Dreamers, le premier hôtel de backpackers à Bordeaux

C’est à Bordeaux, élue meilleure destination européenne 2015, qu’Agathe, Mathieu et Loïc, ont décidé de poser leurs valises avec un projet ambitieux : créer le premier hostel de backpackers privé de la ville. Pour le plus grand bonheur des travelers de France et de Navarre, Dreamers devrait ouvrir ses portes avant l’été 2016. Mais d’ici là, beaucoup reste à faire. Alors pour ceux qui souhaitent mettre leur pierre à l’édifice, ces trois jeunes entrepreneurs Bordelais ont pensé au crowdfunding, un financement participatif qui fera la différence.

Dreamers, un projet ambitieux et novateur…

A l’origine, tout part d’un constat et d’une envie. Bordeaux, une des villes françaises les plus attractives de France, ne compte aujourd’hui qu’une seule auberge de jeunesse. Dans le même temps, trois jeunes entrepreneurs bordelais tous un peu globe-trotter dans l’âme, ont la volonté de recréer les rencontres et les échanges créés lors de leurs voyages. 

Ainsi Dreamers se veut être un lieu de vie innovant et dynamique qui s’inscrit dans une démarche durable (nourriture locale, transport doux favorisés, etc.). Situé aux alentours de la gare Saint-Jean, Dreamers restera à taille humaine avec une capacité de 80 lits. Pour répondre aux attentes du plus grand nombre, il a été imaginé plusieurs espaces :

• Au rez-de-chaussée, un espace spacieux et cosy dédié à la vie en communauté : réception, bar/restaurant, cuisine commune, accès wifi gratuit. 

• Aux étages, des chambres dortoirs pouvant accueillir de 4 à 16 personnes avec des sanitaires communs 

• Des chambres individuelles louables à la semaine ainsi que des chambres pour 2/3 personnes avec sanitaires individuels. 

• Idéalement des espaces supplémentaires seront créés : un espace dédié aux activités culturelles et sportives (échange de langue, yoga, massage, etc.), et un espace de coworking pour les travailleurs nomades.

• Le tout dans une ambiance chill et décontractée

Portés par l’attachement qu’ils ont pour leur ville, ils souhaitent faire de Dreamers un établissement avant-gardiste et novateur… un véritable intermédiaire entre les visiteurs et la région, et pas seulement une vitrine. Il se veut être une passerelle entre la vie locale bordelaise et la culture internationale des visiteurs. A terme, le l’idée est d’inscrire Dreamers dans la politique culturelle et touristique de la ville en étant présent sur les grands évènements et en valorisant les savoir-faire de la ville au travers de visites insolites, de concerts, d’expositions et autres café-rencontres.

…Qui s’appuie sur le crowdfunding

Pour financer leur projet, Agathe, Mathieu et Loïc, ont décidé de s’appuyer sur le crowdfunding, un financement participatif qui permet à chacun de contribuer au projet. Le principe ? En contrepartie de leur investissement, les participants se verront offrir différents lots : goodies, assiette de charcuterie/fromage/veggie, une nuit à l’auberge avec petit-déjeuner, etc. Ces lots ne seront pas nominatifs et pourront être offerts à leur tour. Une initiative cohérente avec la philosophie de Dreamers qui se veut être un lieu d’échange et de partage. 

Pour faire partie de l’aventure, c’est par là que ça se passe.

Tourisme : création du CityPass Bordeaux Métropole

Le CityPass, vendu pour un, deux ou trois jours donne accès aux transports en commun, 20 musées et monuments, une visite en visiobus et aux visites guidées du Bordeaux Unesco.

Toutes les grandes villes touristiques en ont un. L’outil manquait dans le port de la Lune. Présenté officiellement aujourd’hui mercredi 7 mai, le CityPass Bordeaux Métropole est désormais disponible. Cette carte sans contact de couleur jaune délivrée avec un petit guide donne accès aux transports en commun, aux visites guidées de la Ville, aux musées et monuments de la Ville de Bordeaux et son agglomération.

Le CityPass, disponible à l’Office de tourisme (ou sur son site), à l’aéroport, à la gare Saint-Jean et dans les boutiques Tbc, est vendu sous trois formules. Le pass un jour est à 21 euros, le pass deux jours à 27 euros et le pass trois jours 33 euros…

Lire la suite de l’article sur sudouest.fr

Bordeaux dans le Top 20 des destinations à visiter en 2014 selon le Telegraph [Article en anglais]

Smart new hotels, Europe’s greatest wine festival and re-vamped neoclassical splendour: Anthony Peregrine tells us why Bordeaux should be on your wish-list this year.

The target time to be in Bordeaux this year must be from June 26-29, when the city uncorks Europe’s greatest biennial wine festival. Some two kilometres of wine stalls will line the quays. There will be tastings, music, fireworks and lashings of Latin effervescence. And Bordeaux will rub its eyes in disbelief, like the haughtiest grande dame discovering a taste for the tango. France’s most elegant city still hasn’t quite got used to the fact that, if she hasn’t become a raver, she’s certainly been infused with extraordinary energy in recent times. The wine-fest is but one element.

The banks of the Garonne are now reclaimed from dereliction, the flanking buildings restored to their neo-classical splendour. There’s no nobler river-frontage in Europe. None livelier, either – with cruise ships showing up on every tide, shops, restaurants and bars where the dead port once mouldered, and the glorious prospect of the Palais-de-la-Bourse reflected in the vast, new water mirror out front…

Lire la suite de l’article d’Anthony Peregrine sur telegraph.co.uk

Tourisme en Aquitaine : la haute saison fait (enfin) le plein !

Soleil aidant, les atouts aquitains ont de nouveau su séduire les touristes. Du 14 juillet à la fin du mois d’août, la fréquentation touristique a égalé celle de la haute saison 2012, en léger recul après une année 2011 exceptionnelle.

C’est ce qui ressort de la note de conjoncture du Comité Régional de Tourisme d’Aquitaine, réalisée à partir de réponses fournies par près de 950 professionnels du tourisme en Aquitaine. En effet, 71% des professionnels se disent satisfaits de la fréquentation de cette haute saison. Pour autant, autre constat de l’étude, «les touristes rognent sur leur budget vacances», entraînant une baisse du chiffre d’affaires sensible pour les opérateurs.

Selon les analyse du CRTA, 72% des professionnels du tourisme aquitain ont atteint un niveau d’activité au moins équivalent à celui de la haute saison 2012. Une fréquentation qui démontre l’ Aquitaine continue à séduire tant les touristes français que les touristes étrangers. Concernant ces derniers, les opérateurs touristiques notent en effet que les principales clientèles étrangères ont été au rendez-vous, soulignant même une augmentation de la fréquentation allemande et britannique.

Si globalement l’Aquitaine s’en sort bien, les touristes ont leurs coins fétiches. Cette année, sur le littoral, les avis positifs des professionnels dépassent les 75% avec en tête de peloton, la Côte Basque qui affiche l’indice de satisfaction le plus élevé (86% d’opinions positives), suivie par le littoral médocain (81%), le littoral des Landes (77%) et le Bassin d’Arcachon (76%). Dans les grandes villes ce sont 65% des professionnels qui se disent satisfaits, et plus particulièrement encore dans l’agglomération bordelaise où 86% des responsables émettent ne opinion positive sur la haute saison. A l’opposé la déception est de mise pour Pau et Agen…

Lire la suite de l’article de Solène Méric sur aqui.fr

Bordeaux : record battu à l’Office de Tourisme

Les touristes se bousculent à l’accueil de l’Office de Tourisme du centre-ville de Bordeaux et sur les différents sites patrimoniaux, une fréquentation qui bat tous les records.

En dépit d’une météo variable et incertaine, Bordeaux n’en perd pas pour autant son attractivité. En effet la journée du mardi 6 août 2013 a été intense pour les permanents et saisonniers de l’accueil. Le bureau principal de l’Office de Tourisme de Bordeaux a atteint les 4579 visiteurs en une journée, un record historique.

A Bordeaux Monumental, le record est également battu avec 595 visiteurs. Même schéma pour les sites et monuments avec 1000 visiteurs dont 626 à la Porte Cailhau, sans compter les visites nocturnes qui affichent complet. Après un mois de juillet satisfaisant, ces chiffres laissent présager un réel succès pour ce mois d’août 2013.

Lire le communiqué de presse de l’Office de Tourisme de Bordeaux

Office de tourisme de Bordeaux : la stratégie pour doper les recettes

198796_jde-bdx-tram-bordeaux

Pour doper ses recettes, l’Office de tourisme de Bordeaux va développer ses ressources propres.

Le budget de l’Office de tourisme de Bordeaux s’élève à près de 4 millions d’euros, dont 1,8 M€ de subventions de la Mairie. Un nouveau site internet verra ainsi le jour en janvier 2014. Un investissement de 40.000 à 60.000 € est prévu pour ce site marchand, dont l’appel d’offres est en cours. Par ailleurs, un City Pass sera créé, qui permettra aux touristes de profiter de façon dématérialisée de titres de transport et d’entrées dans les musées. Enfin, l’offre oenotouristique devrait toucher une clientèle plus large. Actuellement, 60 circuits dans les vignobles sont proposés par l’Office de tourisme. « Nous souhaitons qu’ à terme les hôteliers qui le souhaitent puissent proposer cet offre via une connexion web », déclare Nicolas Martin, DG de l’Office de tourisme…

Lire la suite sur lejournaldesentreprises.com

L’explosion du tourisme à Bordeaux : « c’est la décennie bordelaise »

Pour Didier Arino de Protourisme, le potentiel de progression de Bordeaux est considérable : 30 % au moins sur les six sept ans qui viennent. 

Protourisme, l’un des plus grands cabinets d’audit, de conseil et de marketing dans le domaine touristique est, peu de gens le savent, basé à Ambarès. Didier Arino, son directeur général, était l’invité hier de l’assemblée générale de l’office du tourisme de Bordeaux. Pour parler tourisme urbain et de l’avenir de Bordeaux en la matière.

« Sud Ouest » : Le tourisme urbain, une formule à la mode ou une réalité ?

Didier Arino : C’est un vrai phénomène. Depuis 30 ans, le tourisme urbain ne cesse de gagner des parts de marché sur le tourisme rural et le tourisme du bord de mer. Aujourd’hui, c’est 30 % des séjours et 40 % des retombées économiques. Et Bordeaux en bénéficie pleinement.

On dit même que Bordeaux est devenue une ville phare. Est-ce vrai ?

C’est effectivement la frénésie bordelaise, comme ça a été la frénésie lilloise, nantaise ou encore marseillaise à une époque. Les grandes villes qui ont su revoir leurs aménagements, se donner une nouvelle image, revoir leur politique de communication, créer de nouvelles animations et festivités ont vécu ce phénomène. L’an passé, Bordeaux a été la seule ville à progresser. Même Paris a stagné.

À Bordeaux, à quel moment, selon vous, s’est produit le déclic ?

Bordeaux est sortie de l’ombre lorsqu’elle a changé de visage avec ses quais réaménagés, son fleuve retrouvé. Pour moi, le déclic s’est produit en 1998, au moment de la coupe de monde de football. Avant, Bordeaux était une ville de passage où l’on ne connaissait d’elle que le pont d’Aquitaine et la rocade embouteillée. Aujourd’hui, elle est une ville que l’on veut absolument visiter, une ville plaisir, une ville désir.

Pensez-vous que cela va durer ?

C’est la décennie bordelaise ! Cela devrait durer au moins jusqu’en 2020. Le potentiel de progression est considérable. De 30 % au moins. Grâce aux effets de nouveaux leviers qui vont attirer un plus grand nombre de touristes français et étrangers…

Lire la suite sur sudouest.fr

Bordeaux : le mauvais temps serait-il un vecteur pour le… tourisme ?

Malgré le temps maussade de ce mois de mai, certains professionnels du tourisme bordelais tirent leur épingle du jeu.

A Bordeaux les lieux touristiques enregistrent en ce moment un afflux massif de vacanciers désertant le littoral. L’office de tourisme a d’ailleurs connu un record de fréquentation pour un mois de mai le vendredi du week-end de l’Ascension (3 400 personnes), ainsi qu’une augmentation de 24% par rapport à l’année dernière sur les 15 premiers jours de mai. C’est ce qu’on pu constater sur place les équipes d’Itélé.

[Vu sur le net] Bordeaux plus que jamais ville touristique

Capture d’écran 2013-02-22 à 10.44.59

La métropole girondine a enregistré plus de trois millions de visiteurs en 2012, en majorité des Français, ce qui en fait la seule ville avec Paris à avoir progressé en un an…

Lire la suite sur sudouest.fr