[Grande Jonction] Sud Ouest : “Les abonnés numériques passent deux fois plus de temps sur notre site”

“La donnée est au centre de la connaissance client et de la création de valeur. C’est vrai dans le secteur de la presse comme dans tous les secteurs marchands. La data est le carburant de la révolution numérique ». 20712
Guillaume Vasse est le directeur marketing du Groupe Sud Ouest Interactive (GSOI). Depuis fin 2013 et le lancement d’une offre payante d’abonnement à la version numérique du quotidien Sud Ouest (sudouest.fr), GSOI surveille avec attention une batterie d’indicateurs qui le renseignent sur les comportement de navigation des lecteurs sur les différents terminaux que sont les ordinateurs, smartphones et tablettes tactiles. Une démarche très innovante et pionnière dans le secteur français de la presse.Les premiers constats sont probants : “Les lecteurs abonnés à l’offre numérique passent deux fois plus de temps sur le site que les non abonnéset restent 30 secondes de plus à consulter une page ; ils consomment presque 2 fois plus de pages par visite et affichent un taux de rebond presque 2 fois inférieur”, relève Guillaume Vasse.Cette démarche de monitoring et d’analyse de l’activité par les données, mise en oeuvre avec l’aide de la société bordelaise AT Internet et sa solution DataExplorer, permet à GSOI de segmenter les informations, de les croiser et d’identifier de manière très précise l’efficacité des leviers d’acquisition de nouveaux abonnés : leviers internes (autopromotion, emailing, points d’entrées sur le site, etc.) et externes (affiliation par des campagnes publicitaires en retargeting, achat de mots clés, etc.).

“AT Internet collecte les données : 100 millions par mois environ ; Sud Ouest les analyse grâce à des rapports automatisés”, explique Stéphane Genet, Key Account Manager chez AT Internet. “Nous sommes passés d’une mesure de la volumétrie des données à une analyse de ces données”, confirme Guillaume Vasse.
Lorsqu’ils entrent dans le tunnel d’achat d’un abonnement, 55% des lecteurs sont déjà identifiés car ils sont des lecteurs réguliers du journal en ligne”, illustre le directeur marketing de GSOI. “Ceci nous incite à multiplier les propositions d’achat sur le site”.

Le journal Sud Ouest a enregistré en septembre une audience de 48,6 millions de pages vues et 15 millions de visites sur son site web ; 51,5 millions de pages vues et 5,5 millions de visites sur les applications mobiles et tablettes (iPhone et Android). Il compte aussi 5000 abonnés numériques actifs et 15.000 abonnés « print » qui ont activé leur accès aux services numériques.

“L’analyse de notre performance numérique est rendue possible par la data, mais ce n’est pas une fin en soi : nous voulons piloter notre performance en proposant notamment à nos lecteurs abonnés une personnalisation plus forte de leur expérience de lecture. il faut que l’offre s’adapte au besoin” appuie Guillaume Vasse.

La prochaine étape pour GSOI sera de déceler, grâce aux données, à partir de quand les usages et l’engagement des internautes décroît et quelles actions correctives mettre en oeuvre pour réamorcer la dynamique.

Guillaume Vasse témoignera à la Grande Jonction le 17 octobre prochain.

[Video] « Groupe Sud Ouest : une audience qualifiée par les données »

Membre du réseau La Place Média, qui fédère 200 éditeurs web issus du monde des médias et 30 millions de visiteurs uniques par mois, le Groupe Sud Ouest bénéficie de la force de frappe d’une audience massive qualifiée par les données.

Elle lui permet de tripler la valeur de ses espaces publicitaires invendus, et permet aux annonceurs locaux de mener des campagnes ciblées sur les sites internet du Groupe.

Les deux entreprises participeront à La Grande Jonction le 17 octobre prochain à Bordeaux (Hangar 14) dans le cadre de la Semaine Digitale.

Inscriptions à La Grande Jonction

La Semaine Digitale de Bordeaux

Mode de vie : les jeunes cadres parisiens sont emballés par le Sud-Ouest

Capture d’écran 2013-04-02 à 12.07.24

« Huit milles euros le mètre carré à Paris, soit l’appartement de 100 m² à 800 000 euros au bas mot ! Une moyenne de deux heures par jour dans les trajets boulot-dodo ! Paris fait rêver les touristes chinois, mais plus les jeunes cadres français. Des bouchons du lundi au dimanche, des transports en commun bondés, un temps pour soi et la famille amputé matin et soir, un stress qui rejaillit sur l’éducation, la santé, les loisirs. Pour résumer le diagnostic de l’Observatoire régional de la santé au travail d’Île-de-France (Orstif) : voilà ce que veulent fuir huit cadres trentenaires sur dix, tous domiciliés en région parisienne. Ce chiffre édifiant est révélé par un sondage mené par Cadremploi.fr pour « Le Journal du dimanche » auprès de 1 134 Franciliens CSP + âgés de 35 ans.

Arrivant largement en tête devant toutes les autres, une région les fait clairement rêver : la nôtre, le Grand Sud-Ouest ! Les jeunes cadres franciliens sont 27 % à élire la Gascogne loin devant la Bretagne (20 %) ou le Sud-Est (23 %). »

Lire la suite sur sudouest.fr