Retour sur les 12 derniers mois d’Expliseat, la startup française en pleine croissance

Cela fait maintenant un peu plus d’un an que la startup française Expliseat relève tous les défis avec son siège pour avion le plus léger du monde (4 kg contre 12 en moyenne pour la classe économique). Le Titanium Seat, nom de l’invention qui fait l’objet de 10 brevet exclusifs, réduit de plus de 50% le poids des sièges des avions et permet de réaliser des économies de carburants notables.

Le 4 mars dernier, la jeune pousse Expliseat avait annoncé la signature de son premier contrat, soit 12 mois après son lancement officiel (la société étant créée depuis mas 2011). Un événement qui s’était déroulé à l’Aéroclub de France, en présence de la communauté aéronautique et qui officialisait la collaboration entre Expliseat et Air Méditerranée, pour un montant d’un million de dollars. Ce contrat permettra aux passagers de la compagnie de bénéficier du Titanium Seat à partir de l’été 2014…

Lire la suite de l’article d’Etienne Portais sur maddyness.com

Blitzr projette de lever 1,2 million d’euros

Fondée en octobre dernier par trois Bordelais, cette plateforme web dédiée à la musique concurrence directement les Deezer et autres Spotify tout en nouant des partenariats avec les géants Amazon, Itunes et Ebay. L’ambition de Blitzr : devenir la plus grosse base de données de musique au monde.

Fondée en octobre dernier par deux ingénieurs et un chercheur en sciences sociales – tous trois issus du groupe bordelais Year of No Light, cette plateforme web entend révolutionner nos modes de consommation de la musique en ligne. « Nous avions tous un passif en matière de musique, on est tous musiciens ou gestionnaires de labels, etc. Nos attentes sur la musique par rapport aux potentialités du net n’était pas comblées, on était déçus. On a donc eu l’idée de créer cette plateforme sémantique dédiée à la musique », avance Pierre Anouilh.

[…]

Une levée de fonds en 2014


Lauréate du Concours National de Création d’Entreprises de Technologies Innovante organisé par Bpi France et le Ministère de l’Enseigenment supérieur, la start-up a récolté 412 000€ auprès de 4 sources d’investissement (Bpi France, Fonds d’Aquitaine Amorçage, Conseil Régional d’Aquitaine, EADS Développement). Ce n’est pas tout : elle projette une nouvelle levée de fonds d’1,2 M€ et la sortie d’ici quelques mois d’une appli mobile de la plateforme…

Lire l’article complet sur bordeaux7.fr

La startup bordelaise Voxeet lève 1,5 millions de dollars

Conference call 3D : Voxeet lève 1,5 million de dollars auprès de Partech Ventures.

Basée à San Francisco et à Bordeaux pour son centre de recherche, la startup Voxeet, qui édite un service de conférence audio de haute définition et en 3D, a bouclé un tour de table de 1,5 million de dollars (1,09 million d’euros) auprès de Partech Ventures, en tant que leader de l’opération, avec le concours de Kima Ventures (Jérémie Berrebi et Xavier Niel), d’Aquiti Gestion, d’Oleg Tscheltzoff (PDG et fondateur de Fotolia) et de Jacques-Antoine Granjon (fondateur de Vente-privee.com). Kima Ventures a pris un ticket de 150 000 dollars et Jacques-Antoine Granjon a investi 100 000 dollars selon nos informations.

« 99% des sociétés que l’on connait utilisent WebEx (une solution de visioconférence, ndlr), un outil vieux, développé en java et racheté plus d’un milliard de dollars par Cisco, mais qui n’a pas évolué depuis des années » explique Jérémie Berrebi, contacté par Frenchweb….

Lire la suite de l’article de Olivier Harmant sur frenchweb.fr

Mobiles Republic à l’assaut de la Californie, séduit les investisseurs

En ces temps de crise économique, où les PME-PMI peinent à emprunter auprès des banques, « Mobiles Republic », une start-up bordelaise vient de lever 6 millions d’euros, grâce à un tour de table financier, initié par Intel Capita.

Une belle opération, qui en dit long sur les perspectives de croissance de cette société qui n’a « que » cinq ans d’existence. Pourtant, « Mobiles Republic » s’est spécialisé dans un secteur en difficulté : les news… 15 millions d’utilisateurs dans le monde sont déjà séduits par ses applications. Retour sur les raisons d’un succès.

De plus en plus de médias « traditionnels » commencent à penser des offres numériques, où l’utilisateur pourra personnaliser son quotidien, en ne recevant sur sa tablette ou son smartphone que les actualités correspondant à ses centres d’intérêt. « Mobiles Republic », start-up bordelaise le fait depuis 2010, mais à l’échelle mondiale. Son application « News Republic » agglomère 800 sources sélectionnées parmi les principales agences de presse, des sites web nationaux et internationaux et des blogs spécialisés. « Nous avons pour clients, le Washington Post, le Guardian, Reuters, BFM, Metro… », détaille Gilles Raymond, fondateur et dirigeant de « Mobiles Republic »…

Lire la suite de l’article de Nicolas César sur aqui.fr

La startup Ezakus à Bordeaux, spécialiste de la qualification d’audience

Vous êtes créateur d’entreprise, vous avez une idée ou un projet innovant ? Ne pensez pas qu’à Paris pour entreprendre ! C’est l’idée de ce rendez-vous « Ma startup en Province ! » à l’occasion de PROVEMPLOI 2013.

Il n’y a pas qu’à Paris que l’on peut créer son entreprise et avoir du succès ! Au fil de ces dernières années, et plus précisément depuis 2008 et l’implantation du haut-débit partout en France, de nombreux entrepreneurs ont choisi des coins reculés pour développer leur idée et créer leur startup ! Ce phénomène s’est accompagné d’un développement accru de l’innovation dans les régions françaises, qui sont évidemment très favorables à l’accueil de ces porteurs de projet, source d’emplois pour les territoires. Incubateurs, pépinières d’entreprises, centres de télétravail sont créés de plus en plusen Province, et notamment dans la moitié sudde la France. Depuis peu, ces entrepreneurs peuvent même se retrouver autour d’un forum dédié baptisé « La Startup est dans le Pré ». S’implanter en province présente donc de nombreux avantages : des loyers inférieurs de 30%, une meilleure qualité de vie, un coût du travail moins élevé, la possibilité de rejoindre rapidement la capitale grâce au TGV et enfin un levier de croissance pour des terres secouées par la désindustrialisation.

(…)

Fondée en 2011 par le bordelais Christophe Camborde, et le toulousain Yannick Lacastaigneratte, Ezakus a une histoire déjà riche. D’abord créateurs de Steek, le pionnier du « Cloud » qu’ils ont cédé en 2009, les deux hommes se sont alors lancés dans l’aventure Ezakus à Bordeaux, spécialiste de la qualification d’audience, un secteur dans lequel ils ont clairement vu une niche. Aujourd’hui, la société emploie une trentaine de personnes, dont la moitié de mathématiciens pour son activité qui consiste à collecter et segmenter l’audience des sites puis à vendre ces données qualifiées aux acteurs du RTB (Real Time Biding – appels d’offres en temps réel). Ezakus possède désormais des bureaux à Bordeaux, Paris, New York et Londres…

Lire la suite de l’article sur dynamique-mag.com

La startup bordelaise Ezakus lève 2,5 M€

Ezakus, start-up bordelaise spécialisée dans le ciblage d’audience sur internet, vient de réaliser une seconde levée de fonds de 2,5 millions d’euros auprès d’Idinvest Partners.

La société de capital investissement avait déjà investi 2,2 millions d’euros à la création d’Ezakus en 2011. Objectif de cette levée de fonds : Poursuivre la R&D réalisée à Bordeaux, et surtout attaquer le marché international pour devenir un des leaders mondiaux des data management platforms (DMP) c’est-à-dire des plateformes de gestion d’audience. Un premier bureau a d’ailleurs été ouvert à Londres cet été et un second doit ouvrir d’ici à la fin de l’année à New York…

Lire l’article sur lejournaldesentreprises.com

La startup bordelaise Dokker Recruit va pitcher pour le Blend Startup Contest

Dernièrement, Maddyness avait relayé l’appel à candidature pour faire participer les startups au concours de pitch de la conférence Blend.

Une centaine de startups ont répondu à cet appel et seulement 12 d’entre elles sont sorties du chapeau ou plutôt issues de la sélection faite par le comité de sélection, composé de Guilhem Bertholet, Nicolas Rosset (Clubic, Alive Ideas), Pierre-Henri Dentressangle (Président de Hi-Inov), Grant Gudgel (qui conseille des startups américaines en vue d’une l’implantation en Europe) et Jérôme Vuillemot (Vidcoin, La Cuisine du Web).

12 startups défendront leur projet devant un panel d’investisseurs et professionnels du web lors de la conférence Blend Web Mix. Un pitch de 5 minutes auquel il faut ajouter 5 minutes de questions/réponses. Un format relativement classique auquel sont habitués les 12 nominés, dont fait partie la startup bordelaise Dokker Recruit, solution innovante de recrutement 2.0 pour les PMEs. L’outil permet de gérer vos candidatures et votre vivier de CV. Une fois la campagne diffusée sur les sites de recrutement, les candidatures sont centralisées sur l’espace dédié et sécurisé et il est possible de laisser des commentaires suite à l’entretien d’embauche…

Lire l’article sur maddyness.com

La startup bordelaise Marbotic s’expose à Futur en Seine 2013

1083438_1634391_460x306

Marbotic est un des six projets régionaux présents au festival Futur en Seine, avec Azendoo, Blookup, Château Academy, Immed et Wataycan.

Elle a tout juste 30 ans, et un projet qui pourrait bien révolutionner l’univers des jouets. La Bordelaise Marie Mérouze, diplômée de l’École centrale Paris, a créé il y a quelques mois Marbotic. Sa start-up propose « 10 chiffres », un jeu où des objets en bois et les écrans de tablettes numériques interagissent.

Avec cet outil, les enfants apprennent à compter de manière ludique en posant leurs doigts, ou les chiffres en 3D équipés de capteurs conducteurs fonctionnant avec l’électricité statique du corps, sur l’application du jeu, téléchargeable sur iPad et bientôt sur les tablettes munies du système Android. « Mon idée est de stimuler en même temps la tête et le corps de l’enfant. À moyen terme, j’espère décliner ce concept avec des lettres ou des animaux, et dans plusieurs langues », explique-t-elle. Depuis ce matin, Marie Mérouze présente son jeu à Futur en Seine, festival des innovations numériques, à Paris. « C’est une belle vitrine pour moi, pour voir comment vont réagir à la fois le grand public et les professionnels. » La jeune entrepreneuse est à la recherche d’un partenaire pour lancer une fabrication industrielle de son jeu, conçu de façon artisanale en Gironde…

Lire la suite sur sudouest.fr

Crédit Photo T. David

JT Bordeaux Eco Spécial Vinexpo : Trois startups du vin à Bordeaux

A l’occasion du lancement du réseau Wine Startups aujourd’hui à Vinexpo, le JT Bordeaux Eco de juin vous présente trois entreprises bordelaises qui tirent profit de l’économie du vin en s’appuyant sur les nouvelles ressources numériques.

David Ducourneau (Kasual Business) qui a créé le Shazam du vin avec l’application Smart Bordeaux, l’outil de reconnaissance des étiquettes de vins (300 000 téléchargements à ce jour). La société  Millésima, spécialiste des grands vins et de la vente en primeurs à Bordeaux, réalise 300 000 livraisons/an auprès de 65 000 particuliers, dont 80% via son site marchand. Enfin, Wine Tour Booking propose de créer les visites de leurs propriétés aux aux vignobles grâce à sa plateforme en ligne. 

Les startups de Bordeaux en lumière à Futur en Seine 2013

images-stories-Economie-Industrie-LOGO-FUTUR-EN-SEINE-FR-300x408

Fabriquer et exposer les nouveaux objets du siècle, partager et révéler les opportunités de l’Ile-de-France pendant 10 jours et accueillir le Monde, tel est l’objectif de Futur en Seine : le numérique est le plus court chemin vers le futur. 6 projets inédits de notre région seront présentés à Paris (…), dont 4 bordelais.

Créé par Cap Digital en 2009, Futur en Seine est un festival mondial qui présente chaque année durant dix jours les dernières innovations numériques françaises et internationales aux professionnels et au grand public. Cette année, Futur en Seine aura lieu du 13 au 23 juin 2013. Le festival débutera avec un Village des innovations au CENTQUATRE du jeudi 13 au dimanche 16 juin 2013 (exposition de projets innovants, conférences, ateliers…) et se prolongera dans toute l’Ile-de-France à travers une centaine de manifestations partenaires jusqu’au 23 juin 2013. En 2012, Futur en Seine a réuni 10 000 visiteurs au CENTQUATRE et plus de 90 000 visiteurs durant 10 jours…

Découvrez les startups bordelaises sur l’article de aquitaineonline.com