Naissance d’un partenariat entre la French Tech Bordeaux et le Québec !

En déplacement à Bordeaux jeudi 5 mars dans le cadre de sa première visite officielle en France, Philippe Couillard, Premier ministre du Québec, s’est dit impressionné par le pragmatisme et la dynamique de l’écosystème du numérique de la ville. La métropole bordelaise, labellisée « métropole French Tech » en novembre dernier, a en effet montré qu’elle possédait de jeunes pousses numériques locales très agiles et prometteuses et disposait des structures et acteurs pour les accompagner et les faire grandir. Le Premier ministre a souhaité voir le Québec accélérer davantage sa dynamique numérique en l’associant à celle de Bordeaux. Philippe Couillard et Alain Juppé, maire de Bordeaux et président de Bordeaux Métropole, ont convenu ensemble que des experts bénévoles seraient désignés de part et d’autre afin de développer des projets communs et renforcer les deux écosystèmes du numérique.
11041822_884913261573288_2998583602114914097_n
 

A Bordeaux, c’est Julien Parrou (PDG du Groupe ConcoursMania et co-fondateur de l’association Bordeaux Entrepreneurs) qui s’est vu proposer la mission de « Correspondant French Tech Bordeaux au Québec ». Fortement impliqué dans l’écosystème entrepreneurial régional et déjà régulièrement présent au Québec pour accompagner le développement de son groupe, il aura pour mission de créer une passerelle entre les acteurs du numérique québécois et bordelais afin d’en faciliter les échanges et interactions.

« C’est un honneur, un réel plaisir mais aussi une belle responsabilité de représenter bientôt la French Tech Bordeaux au Québec. Un interlocuteur dédié, pour les entrepreneurs du Québec à Bordeaux et ceux de Bordeaux au Québec, facilitera grandement la collaboration entre nos deux écosystèmes numériques. Les axes de développement, tout comme les idées, sont nombreux pour encourager l’accueil de nouvelles jeunes pousses, faciliter les échanges entre les accélérateurs et incubateurs bordelais et québécois, et promouvoir les levées de fonds transatlantiques » déclare Julien Parrou, PDG du Groupe ConcoursMania.

Une délégation bordelaise au WAQ (Web à Québec) du 18 au 20 mars 2015

Le WAQ est un grand événement numérique francophone en Amérique du Nord. Il rassemble chaque année tout l’écosystème numérique québécois : des décideurs, des développeurs, des étudiants créateurs de jeunes pousses… Une importante délégation bordelaise s’est mobilisée cette année encore et participera à l’édition 2015 : la Mairie de Bordeaux, la CCI de Bordeaux, le Groupe La Poste, ConcoursMania, Otta Conseil, 10h11, Flat226, Tel4Expat, Digital Campus, Josette création, ESMI… L’occasion de faire naitre cette ambition nouvelle au service de la croissance des entreprises à fort potentiel, et renforcer les projets concrets et les synergies transatlantiques.

Des emplois d’été à Bordeaux pour les étudiants de Québec

Les étudiants de Québec de 18 à 29 ans sont invités à s’inscrire au programme d’échanges intermunicipalités des associations Québec-France et France-Québec. Quatre emplois d’été à Bordeaux sont offerts dans le cadre de ce programme.

Les étudiants de Québec ont la possibilité d’acquérir une nouvelle expérience de travail cet été à Bordeaux, en France, s’ils répondent à certains critères et s’ils sont tirés au sort.L’emploi, d’une durée de six à huit semaines, débutera à la fin du mois de juin. Ces emplois, de nature générale et ne demandant pas de spécialisation, proposent aux étudiants de Québec un séjour en France, pour y découvrir la richesse de sa culture mais aussi s’initier au marché du travail. La date limite d’inscription est le 26 février 2014, à 23 h 59.

Ce programme d’échange s’inscrit dans le cadre du jumelage entre les villes de Québec et Bordeaux. Il permet à quatre jeunes Bordelais d’obtenir un travail d’été à la Ville de Québec et vice versa.

Lire la suite sur quebechebdo.com

Bordeaux fête le vin à Québec : De retour tous les 2 ans

La deuxième édition de Bordeaux fête le vin a été un franc succès, permettant au maire de Québec de confirmer que l’événement reviendra tous les deux ans.

Sans qu’il ait de chiffres officiels, Régis Labeaume a convenu que l’édition 2013 a permis d’accueillir autant de visiteurs que l’été dernier. «C’est au moins aussi bon et c’est déjà un exploit. Je suis très heureux (…) C’est au moins 45 000 personnes», a confirmé le maire, reconnaissant qu’il restera encore des bouteilles cette année. «La consommation est la même que l’an passé», a-t-il convenu. Les chiffres officiels seront dévoilés un peu plus tard cette semaine.

La Ville de Québec mentionne qu’elle est toujours en train d’évaluer le moment précis dans l’année où pourrait avoir lieu la prochaine édition de Bordeaux fête le vin. D’ailleurs, les portes sont ouvertes afin de présenter l’activité au même moment que le Pro Tour cycliste. « On est en test présentement » a dit M. Labeaume.

Pour les producteurs de Bordeaux, l’événement s’est avéré profitable en matière de ventes dans la région. Une augmentation de 17 % a été observée depuis la première édition. « C’est très clair pour tout le monde que ça s’attribue à Bordeaux fête le vin», a affirmé le maire, précisant que quelques producteurs commencent à recevoir des commandes de la SAQ. «Pour eux c’est payant. »…

Lire la suite de l’article sur journaldequebec.com

Bordeaux fête le vin à Québec : les crus aquitains séduisent la Belle Province

Grosse affluence pour cette seconde édition durant laquelle 80 vignerons aquitains ont fait découvrir leurs vins aux amateurs québécois. Près de 20 000 bouteilles ont été dégustées au total.

Comme lors de la fête bordelaise (les années paires, fin juin), un système de pass dégustations structure la manifestation. Pour 35 dollars, l’amateur a notamment droit à huit dégustations, un verre et une mini-formation. Pas une seule bouteille n’est vendue sur place, il s’agit d’une vaste opération de promotion collective.

« Ce n’est pas la buvette, les visiteurs posent beaucoup de questions. Un dialogue s’instaure », explique Julien Vignaut, du Conseil des vins du Médoc. « Nombre d’entre eux demandent où trouver les vins dégustés pour les acheter. Et ils sont peu nombreux à la Société des alcools du Québec (SAQ). C’est frustrant », regrette Marc Médeville, vigneron dans le Sud-Gironde, lors d’une table ronde avec le maire Alain Juppé, présent pour l’occasion. On y eut d’ailleurs une pensée, à 7 000 km de distance, pour les centaines de vignerons étrillés par la grêle en Aquitaine il y a un mois.

22 litres par habitant et par an

Le marché local a la particularité d’être aux mains d’un monopole puissant (la SAQ), où la lutte est féroce pour tout référencement. L’amateur ne pouvant se servir que dans ses succursales, un panneau mentionnait sur chaque stand si les vins dégustés étaient référencés ou pas à la SAQ. Goûter, c’est bien. Acheter par la suite, c’est mieux. D’ailleurs, en relais de cette fête, le CIVB appuie des opérations de promotion dans les magasins durant tout le mois de septembre. L’an passé, les ventes de vins girondins étaient reparties à la hausse à la SAQ après des années difficiles. Au final, il s’agit de faire du business.

« J’ai deux vins référencés à la SAQ depuis vingt ans, ce serait plus compliqué d’y entrer aujourd’hui. Comme sur tous les marchés, il ne faut pas s’endormir », note Damien Chombart, propriétaire du Château Lamothe, en AOC Cadillac Côtes de Bordeaux (500 000 bouteilles, dont 85 % écoulées à l’export). Son blanc vendu 6,40 € à la propriété est à 17 dollars au Québec ; le rouge y bondit de  9,75 € à 21 dollars.

Dans la Belle Province, les taxes sont élevées et les prix chers. Pourtant, le Québécois boit en moyenne 22 litres par an, presque un record pour une région quasiment pas productrice…

Lire l’article de Cesar Compadre sur sudouest.fr

Bordeaux fête le vin : « Nos vins au Québec » Interview de Christophe Chateau (CIVB)

Pendant quatre jours, Bordeaux fête le vin revient à Québec (Canada). Ses objectifs, avec Christophe Chateau (CIVB) interviewé par le journal Sud Ouest :

« Sud Ouest » : Quel est l’objectif de Bordeaux fête le vin, dont c’est la deuxième édition dans la ville de Québec pendant quatre jours, à partir de demain et jusqu’au dimanche 1er septembre ?

Christophe Chateau : Le concept de Bordeaux fête le vin est un outil de promotion de la ville de Bordeaux et des vins locaux. Créé en 1998, il se décline désormais à l’étranger. Après Hong Kong (depuis 2009), la ville de Québec a connu une première édition l’an passé, début septembre. Bruxelles devrait suivre en septembre 2014, mais la décision n’est pas encore prise.

« Sud Ouest » : Comment se déroule cette opération de promotion à Québec ?

Christophe Chateau : 80 producteurs et négociants bordelais, mais aussi d’Aquitaine, sont de ce grand déplacement (ils étaient 60 l’an passé). La CCI de Bordeaux organise aussi des opérations. Concrètement, c’est une délégation de 130 professionnels qui traversera demain l’Atlantique.

Sur place, sur les bords du fleuve Saint-Laurent, nous serons organisés par pavillons (vins des AOC Bordeaux, Saint-Émilion, Pessac-Léognan, sweet, côtes…). De midi à 23 heures, les visiteurs viendront déguster. 18 000 bouteilles de chez nous sont sur place.

« Sud Ouest » : Les visiteurs pourront aussi en acheter sur le lieu de la fête ?

Christophe Chateau : Non. Bordeaux fête le vin est une vaste opération de promotion collective, de découverte. Via des pass dégustation achetés sur place, les Québécois pourront goûter au verre nos vins sur les différents stands et discuter directement avec les producteurs. Il y a aussi des séances de formation. L’an passé, 40 000 visiteurs se sont déplacés au cours des quatre jours, avec 15 000 pass vendus. Un gros succès. On en espère 50 000 cette fin de semaine, avec 20 000 à 25 000 pass commercialisés. La météo, élément primordial pour confirmer le succès, devrait être au beau.

En articulation avec cette fête, et dans le cadre des foires aux vins de septembre organisées dans les magasins de la Société des alcools du Québec (SAQ), nos vins seront particulièrement mis en avant. L’an passé, nous avons progressé dans nos ventes. On l’espère aussi cette année. L’objectif final est de vendre davantage de bouteilles à une clientèle locale souvent bien informée. Les Québécois sont de grands amateurs, et cette province de 7 millions d’habitants est un marché important pour le Bordelais…

Lire l’interview complète sur sudouest.fr

Bordeaux fête le vin à Québec du 29 août au 1er septembre

1147196_2303497_460x306

80 viticulteurs présents pour Bordeaux fête le vin à Québec du 29 août au 1er septembre.

Il faut battre le fer quand il est chaud ! C’est ce que vont faire les viticulteurs de la Gironde du 29 août au 1er septembre sur les bords du Saint-Laurent. L’an passé, à la même époque, Bordeaux fête le vin à Québec avait fait un malheur. 40 000 visiteurs en trois jours, des bousculades sans fin devant les stands et, au-delà de la fête, des retombées commerciales surprenantes.

De la fin de l’été 2012 à ce milieu d’année, les ventes de vins de Bordeaux (en chiffres d’affaires) ont progressé de 17,2 %. À ce jour, une bouteille de vin sur six vendues à Québec est une bouteille de bordeaux. Et ce n’est pas la conclusion d’un sondage complaisant ! C’est le constat officiel réalisé par la Société des alcools du Québec, la SAQ qui a le monopole de la vente de vins et d’alcool.

Tous les deux ans

Aussi, le Conseil interprofessionnel des vins de Bordeaux, la Ville de Bordeaux, Bordeaux Grands Événements, la Chambre de commerce et d’industrie de Bordeaux, le Comité régional du tourisme et l’Agence d’Aquitaine de promotion agroalimentaire ont-ils décidé d’unir à nouveau leurs efforts pour renouveler l’événement cet été et une fois tous les deux ans ensuite.

Difficile, peut-on penser, d’avoir l’esprit à la fête lorsqu’une partie de la profession vient d’être frappée par la grêle et se retrouve un genou à terre. « En effet, pour beaucoup la période est difficile mais c’est dans ces moments-là qu’il faut savoir réagir. Il ne faut surtout pas baisser les bras. La récolte de cette année ne sera peut-être pas bonne mais le 2012 est à vendre », note Christophe Château, chargé de communication au CIVB.

Des viticulteurs de l’Entre-deux- Mers seront donc du voyage, comme 80 autres. Vingt vignerons de plus au total que l’an passé. Pour faire face à l’affluence attendue.

Lorsqu’une fête marche bien au Québec, sa fréquentation progresse de 40 à 50 % l’année suivante. « De notre côté, nous tablons sur 50 000 personnes », note Christophe Château

Lire l’article de Jean-Paul Vigneau sur sudouest.fr

Crédit Photo Jean-Paul Vigneau