La Grande Jonction : « La valeur des espaces publicitaires multipliée par 3 grâce à des campagnes mieux ciblées »

Comment le Groupe Sud Ouest qualifie les données de navigation de ses lecteurs pour identifier leurs centres d’intérêts et redonne ainsi de la valeur à ses espaces publicitaires.

18252Olivier Gérolami, président du Directoire du Groupe Sud Ouest, présentera lors de La Grande Jonction la collaboration engagée par Sud Ouest Publicité avec La Place Média 

Témoignage le 17 octobre prochain lors de La Grande Jonction 

Entre les annonceurs publicitaires et les éditeurs numériques, une nouvelle relation se développe fondée sur la logique du gagnant-gagnant : l’achat programmatique. “Ce marché révolutionne la pub en profondeur”, constate Marion Parot, responsable du digital chez Sud Ouest Publicité (SOP), régie du Groupe Sud Ouest. La régie s’est lancée dans “le programmatique” il y a quelques mois et a vu tripler la valeur de ses espaces publicitaires en RTB (Real Time Bidding ou enchères en temps réel).

A l’origine de ce succès : un partenariat noué avec l’entreprise La Place Média à qui SOP confie la commercialisation de ses espaces publicitaires invendus. La Place Média fédère 200 éditeurs web issus du monde des médias et rassemble 30 millions de visiteurs uniques par mois.

Une audience que l’entreprise fait fructifier : des solutions techniques lui permettent de collecter (grâce à des cookies anonymes installés sur le navigateur) et organiser les données de navigation des internautes pour qualifier leurs profils et identifier leurs centres d’intérêts. La Place Médiasegmente ces audiences en combinant 80 variables, regroupées en 5 catégories : sociodémographiques, affinités, intérêts-produits, intention d’achat et habitudes de consommation.

Lire la suite sur le blog de la Semaine Digitale #SDBX4

Semaine digitale : la Grande Jonction fait le lien

La Grande Jonction a réuni ce vendredi 29 mars 1200 personnes et plusieurs centaines d’entrepreneurs. L’occasion de mettre en avant des exemples concrets de développement économique d’entreprises « traditionnelles » grâce au numérique, et de donner des idées aux autres lors des conférences et ateliers qui ont émaillés la journée.

Bordeaux, ville numérique et attractive : 3 entrepreneurs bordelais témoignent sur BFM Business avant la Grande Jonction

Frédéric Simottel recevait dans l’émission 01Business, sur BFM Business Julien Parrou, PDG de Concoursmania, Christophe Chartier, PDG d’Immersion et Nicolas Leroy-Fleuriot, PDG de Cheops Technology, spécialiste du cloud. Il seront demain au hangar 14, à partir de 13h , à la Grande Jonction pour présenter des cas concrets de croissance numérique, et rencontrer l’ensemble du tissu économique bordelais.

Le cloud, accélérateur de croissance et source d’économie : interview de Nicolas Leroy-Fleuriot avant la Grande Jonction

Nicolas Leroy-Fleuriot, vous dirigez CHEOPS TECHNOLOGY, et vous avez choisi de nous présenter tout d’abord le cas de CULTURA. Quelles ont été les transformations que vous avez accompagnées chez ce client ?

CULTURA a procédé ces dernières années à la refonte complète de son système d’information afin d’anticiper la forte croissance de l’entreprise qui est passée de quelques magasins à plus d’une cinquantaine en quelques années. La mise en place d’un ERP (Progiciel de gestion intégrée) nécessitait de fortes compétences technologiques, outre une garantie de fonctionnement 6 jours sur 7 avec une plage horaire étendue. En outre, certaines périodes de l’année, Noël et les soldes par exemple, généraient des pics de charges nécessitant une augmentation soudaine de la puissance de traitement des systèmes outre une supervision renforcée des applications. La seule réponse adaptée était d’accompagner l’entreprise vers le Cloud. Après une consultation du marché, CULTURA a retenu l’offre iCod® (infrastructure CHEOPS on demand) de CHEOPS TECHNOLOGY pour la qualité des infrastructures de ses 2 datacenters interconnectés et pour son expertise de l’ensemble des environnements utilisés par CULTURA (bases de données ORACLE et SQL Server, ERP GENERIX, environnements LINUX et Windows). CULTURA est passé du faire en interne au faire faire, en s’affranchissant de lourds investissements en infrastructures informatiques tout en résolvant les problématiques de maintien en compétences techniques et de disponibilité d’équipes techniques en heures non-ouvrées.

Derrière une belle réussite telle que le passage de CULTURA sur le Cloud, il y a toujours des tournants à prendre. Quels sont les défis rencontrés dans ce processus ?

Décider de transférer son Système d’information dans le Cloud est une chose, mais les processus de transfert sont primordiaux pour que le succès soit au rendez-vous. CHEOPS TECHNOLOGY a développé une méthodologie industrielle baptisée « trajectoire vers le Cloud » qui consiste à cartographier le Système d’Information client et à concevoir les différentes phases de migration des applications et des données vers le Cloud. L’un des grands défis est d’être fin prêt le jour J pour la mise en production et de pouvoir assurer instantanément un retour arrière en cas de problème de dernière minute. Une forte collaboration Client/Prestataire est un facteur clé de succès non négligeable pour que le projet soit une réussite, ce qui fut le cas avec CULTURA. En outre la personnalisation extrême de la prestation Cloud que propose CHEOPS avec son offre iCod® a permis de définir conjointement une unité d’œuvre (unité de facturation du Cloud) spécifique à CULTURA. Ainsi CULTURA maîtrise parfaitement le cout de son SI sur le Cloud et connait parfaitement le coût lors de l’ouverture d’un nouveau magasin. C’est ça également l’un des grands avantages du Cloud, la prédictibilité et la capacité de caler le SI sur le cycle d’exploitation de l’entreprise.

Vous avez permis à CEVA Santé Animale de virtualiser ses installations…quelle était la situation de départ ?

CEVA Santé Animale est devenue une entreprise mondiale avec pas moins de 33 filiales dans le monde entier. Le choix d’un ERP unique destiné à être déployé dans toutes les filiales travaillant dans des fuseaux-horaires différents nécessitait en interne des moyens humains et techniques considérables pour assurer un service 24H/24 7J/7, 365 jours par an. La seule réponse viable était d’externaliser vers le Cloud et de recourir à un prestataire compétent sur les environnements technologiques de CEVA, apte à personnaliser la prestation tout en respectant les niveaux de services attendus par l’entreprise. L’expertise technique de CHEOPS TECHNOLOGY en matière de virtualisation de serveurs et de supervision applicative du progiciel JD EWARDS d’Oracle a fait la différence, outre la capacité à garantir un très haut niveau de sécurisation des données et des applications grâce à un dispositif de réplication temps réel des données dans nos deux Datacenters interconnectés par 2 chemins de fibre optiques et distants de 25 km. Ce dispositif permet un plan de reprise informatique simplifié grâce à une intégrité totale des données et offre une garantie de disponibilité du système de 99,999% (5 mn d’arrêt non planifié par an).

Comment cela s’est-il passé ? Pour quel résultat ?

Le choix de CEVA Santé Animale a été fait en juillet 2010 avec un planning prévisionnel de déploiement des filiales mondiales sur 30 mois. Les technologies de Cloud hybride mises en œuvre par CHEOPS TECHNOLOGY permettent une très forte agilité dans le déploiement avec l’adjonction de la puissance de traitement nécessaire et l’extension de la capacité de stockage au fur et à mesure de la croissance des données de l’entreprise liée au déploiement. En outre la couverture des time-zone a été parfaitement assurée par nos équipes de production qui assurent un service 24H/24, 7 jours sur 7 à des coûts qui n’ont rien à voir avec ceux qui seraient générés par un service interne à l’entreprise.

Pour « La Grande Jonction », nous demandons à chacun des entrepreneurs de nous faire part d’un chiffre-clé. Dans votre cas, vous nous proposez « 25% »…
25% ? Pouvez-vous nous en dire plus ?

Oui, 25% correspondent à la moyenne de la réduction de coût constaté d’un système d’information purement interne à une entreprise, à un système d’information externalisé sur le Cloud. Il ne s’agit que d’une moyenne qui peut aller bien au-delà tant les sources d’économie sont nombreuses. Cela va de l’absence totale du besoin d’investir sur les briques technologiques jusqu’à la réduction drastique du coût du maintien en conditions opérationnelles qui atteint des niveaux très importants lorsque les besoins de disponibilité du Système d’Information sont élevés.

Si vous deviez donner un conseil aux entreprises qui nous lisent, et qui hésitent encore à passer « dans les nuages », quel serait-il ?

Dans les 10 années qui viennent, l’univers numérique (volume de données dans les entreprises) va croître de x 44 et le nombre de serveurs, qu’ils soient physiques ou virtuels devrait croître de 1000%. Dans le même temps, le personnel informatique devrait croître de moins de 50%, c’est dire, que quelle que soit la taille de l’entreprise, l’équation sera impossible à résoudre. De la même façon, l’accès à l’informatique a été simplifié pour les utilisateurs que nous sommes, mais a contrario à cause de cela, l’empilement de couches technologiques a incroyablement complexifié la tâche aux informaticiens qui sont derrière. Il deviendra compliqué techniquement et déraisonnable financièrement pour les entreprises, PME, ETI, voire Administrations et Grandes Entreprises de conserver tout ou partie de leur système d’information en interne. Le Cloud est la seule réponse plausible, tant en termes de service (à condition de bien choisir son prestataire…) que de coût. Les entreprises qui ont déjà migré vers le Cloud sont déjà gagnantes, autant ne pas les laisser prendre de l’avance et se concentrer sur son métier…

Nicolas Leroy-Fleuriot, merci, et rendez-vous à « La Grande Jonction », le 29 mars à Bordeaux.

S’inscrire à La Grande Jonction

Programme complet de la journée

La Grande Jonction : comment stimuler la croissance de l’économie traditionnelle avec une stratégie web

Comment augmenter son chiffre d’affaire de 40% en un an grâce à une vraie stratégie web ? Maison Energy , accompagnée par Kaizen Marketing, a adopté un mix d’outils et de méthodes : l’optimisation du référencement de son site, l’utilisation d’un comparateur de prix, mais aussi le « re-targetting », qui permet de retoucher les visiteurs du site pour les convertir en clients, et une vraie stratégie de création de notoriété. Couronnement de ce succès : l’ouverture d’une boutique de démonstration physique, à Mérignac. Retrouvez cet exemple, et bien d’autres, lors de La Grande Jonction, le 29 mars au hangar 14.

Je m’inscris à la Grande Jonction

« La Grande Jonction » 29 mars 2013 : faire croître l’économie entière grâce au numérique

La Grande Jonction

A l’occasion de la 3ème édition de la Semaine Digitale, la ville de Bordeaux organise le 29 mars prochain une après-midi sur le thème de l’économie numérique, la Grande Jonction. Cette manifestation est destinée à toutes les entreprises, des grands groupes nationaux aux PME  et TPE bordelaises.

Cette rencontre a pour objectif de mettre à jour des exemples clairs de croissance économique obtenue grâce au numérique, dans les entreprises et les villes, par ceux qui les ont vécus. Deux temps forts sont au programme de cette journée :

13h00 – Une grande rencontre entre toutes les entreprises et l’économie numérique

Des exemples concrets de création de valeur par l’adoption des bons outils seront présentés :

  • vendre plus et plus loin
  • conquérir, engager, fidéliser ses clients
  • devancer la concurrence
  • gagner en productivité

12 entrepreneurs venus de tous les secteurs témoigneront de leur transformation numérique, accompagnés des entreprises numériques qui les ont conseillés.

Puis suivent des ateliers pour :

  • poser toutes les questions,
  • rencontrer les professionnels,
  • repérer ce que le numérique apporte à notre économie aujourd’hui.

Dès 9h30 – Un seul enjeu pour toutes les villes : la croissance de l’économie numérique locale

Les acteurs du développement économique local, villes, chambres de commerces, régions, associations de professionnels, passeront en revue plusieurs pistes pour accélérer la croissance des entreprises digitales sur leur territoire. Ce qui marche (parfois à l’envers des idées reçues), et ce qui ne marche pas, raconté par les représentants des villes et des régions :

La « Grande Jonction » se déroule entièrement au H14 – Bordeaux

S’inscrire à La Grande Jonction (entrée gratuite, places limitées)
Se rendre à La Grande Jonction