[Vidéos] « Plus productif et plus efficace » grâce à La Grande Jonction

Créer de la valeur dans son entreprise par l’exploitation et la valorisation des données numériques ? C’est possible ! La Grande Jonction, événement de la Semaine digitale de Bordeaux où se sont pressés quelques 1200 participants le 17 octobre dernier, en a livré de nombreuses illustrations. Retour sur l’événement avec huit acteurs de l’économie classique : leurs découvertes, rencontres business et intentions d’actions au sein de leur entreprise.

[Grande Jonction] Sud Ouest : “Les abonnés numériques passent deux fois plus de temps sur notre site”

“La donnée est au centre de la connaissance client et de la création de valeur. C’est vrai dans le secteur de la presse comme dans tous les secteurs marchands. La data est le carburant de la révolution numérique ». 20712
Guillaume Vasse est le directeur marketing du Groupe Sud Ouest Interactive (GSOI). Depuis fin 2013 et le lancement d’une offre payante d’abonnement à la version numérique du quotidien Sud Ouest (sudouest.fr), GSOI surveille avec attention une batterie d’indicateurs qui le renseignent sur les comportement de navigation des lecteurs sur les différents terminaux que sont les ordinateurs, smartphones et tablettes tactiles. Une démarche très innovante et pionnière dans le secteur français de la presse.Les premiers constats sont probants : “Les lecteurs abonnés à l’offre numérique passent deux fois plus de temps sur le site que les non abonnéset restent 30 secondes de plus à consulter une page ; ils consomment presque 2 fois plus de pages par visite et affichent un taux de rebond presque 2 fois inférieur”, relève Guillaume Vasse.Cette démarche de monitoring et d’analyse de l’activité par les données, mise en oeuvre avec l’aide de la société bordelaise AT Internet et sa solution DataExplorer, permet à GSOI de segmenter les informations, de les croiser et d’identifier de manière très précise l’efficacité des leviers d’acquisition de nouveaux abonnés : leviers internes (autopromotion, emailing, points d’entrées sur le site, etc.) et externes (affiliation par des campagnes publicitaires en retargeting, achat de mots clés, etc.).

“AT Internet collecte les données : 100 millions par mois environ ; Sud Ouest les analyse grâce à des rapports automatisés”, explique Stéphane Genet, Key Account Manager chez AT Internet. “Nous sommes passés d’une mesure de la volumétrie des données à une analyse de ces données”, confirme Guillaume Vasse.
Lorsqu’ils entrent dans le tunnel d’achat d’un abonnement, 55% des lecteurs sont déjà identifiés car ils sont des lecteurs réguliers du journal en ligne”, illustre le directeur marketing de GSOI. “Ceci nous incite à multiplier les propositions d’achat sur le site”.

Le journal Sud Ouest a enregistré en septembre une audience de 48,6 millions de pages vues et 15 millions de visites sur son site web ; 51,5 millions de pages vues et 5,5 millions de visites sur les applications mobiles et tablettes (iPhone et Android). Il compte aussi 5000 abonnés numériques actifs et 15.000 abonnés « print » qui ont activé leur accès aux services numériques.

“L’analyse de notre performance numérique est rendue possible par la data, mais ce n’est pas une fin en soi : nous voulons piloter notre performance en proposant notamment à nos lecteurs abonnés une personnalisation plus forte de leur expérience de lecture. il faut que l’offre s’adapte au besoin” appuie Guillaume Vasse.

La prochaine étape pour GSOI sera de déceler, grâce aux données, à partir de quand les usages et l’engagement des internautes décroît et quelles actions correctives mettre en oeuvre pour réamorcer la dynamique.

Guillaume Vasse témoignera à la Grande Jonction le 17 octobre prochain.

[Video] Les startups bordelaises du big data

La quatrième édition de la Semaine Digitale bat son plein dans Bordeaux. L’occasion de valoriser et de mettre en réseau les acteurs qui y font vivre le digital.

Sur le marché du « big data » les utilisations des données sont parfois inattendues : exemple avec trois jeunes entreprises bordelaises qui fourmillent d’idées novatrices : Weenove, Salmonic et Ants.

La création de valeur par l’exploitation des données numériques est au cœur de La Grande Jonction, le 17 octobre prochain à Bordeaux.

Inscriptions à la Grande Jonction

La Semaine Digitale de Bordeaux

[Vidéo] Millesima / Dolist : le marketing optimisé par l’analyse des données

Comment conquérir, engager, fidéliser ses clients, grâce au marketing optimisé et guidé par l’exploitation des données numériques ?

Un exemple concret avec la collaboration engagée par Dolist et Millesima. L’enjeu : améliorer l’efficacité de ses campagnes d’emailing. Pour y répondre, le leader de la vente en ligne de vin a travaillé sur la segmentation, la qualification et la qualité de ses bases de données pour mieux connaître ses 85 000 clients et les fidéliser. Millesima affiche aujourd’hui « un retour sur investissement de 56€ pour 1€ investi » dans l’exploitation de ses données à des fins marketing.


Les deux entreprises participeront à La Grande Jonction le 17 octobre prochain à Bordeaux (Hangar 14) dans le cadre de la Semaine Digitale. Pas encore inscrit ?

La Grande Jonction sur Facebook

Site de la Semaine Digitale de Bordeaux 

La vidéo au rendez vous de la Data

Sébastien Cordon interviendra lors la conférence « Les tendances vidéos dans la communication digitale » à l’occasion de La Nuit du Web et de l’Innovation, le 17 octobre.

18092

DW : La Data est la clé pour l’efficacité de toutes les actions marketing aujourd’hui. Qu’en est-il de la vidéo ?

 SB  : La Data est aujourd’hui au coeur du dispositif vidéo sur internet. En effet, au-delà de sa diffusion propre, la vidéo se nourrit d’une audience ultra qualifiée que la Data lui délivre en temps réel. Pour mieux comprendre le changement fondamental qu’offre la Data, il faut comprendre le schéma des campagnes avant son existence. En dehors d’Internet, les dispositifs médias vidéos classiques s’articulent sur des moyennes. Pendant longtemps, les audiences étaient ciblées selon de larges panels offrant aux annonceurs des retours chiffrés selon le principe du « panier moyen »: La « ménagère de moins de 50 ans » avait alors tous les pouvoirs !

Aujourd’hui, la Data permet d’avoir une vision extrêmement précise de la cible que l’on souhaite impacter tant du point de vue démographique que géographique ou encore en relation avec ses centre d’intérêts. En sortant de la « moyenne », la Data plonge la vidéo dans l’ère de la personnalisation des messages organisant au passage une relation sociale entre l’internaute et la marque. Il devient donc plus évident d’orienter son discours de marque lorsque la diffusion des messages en vidéos ne s’adresse qu’à sa (ses) cible(s). 

Par exemple, lorsque une marque de raquette de squash s’adresse exclusivement à l’ensemble des internautes qui regardent des vidéos de squash sur YouTube, il optimise sa diffusion en imprimant son discours devant les yeux de ceux qui ont manifestement comme intérêt le squash.  

Lire la suite de l’interview

La Grande Jonction : “1 million d’euros d’économies réalisées en un an grâce à la data »

L’enquête menée par Sogeti dans les bases de données d’un groupe mondial du transport maritime relevait du défi ;  comme chercher une aiguille dans une botte de foin, sans connaître la taille de l’aiguille… et sans même être certain qu’il s’agisse vraiment d’une aiguille. Résultat : en seulement trois semaines, le groupe de services informatiques a permis au transporteur d’économiser un millions d’euros par an et d’impacter sensiblement le coût de son offre de services. Un atout clé sur un marché fortement concurrentiel.

19022
Jacques Mezhrahid, directeur de l’innovation de Sogeti, revient sur cette enquête : “Notre centre d’excellence de la data piloté par Yann Sese a mis au point une méthode baptisée Naïve Data Discovery qui consiste à explorer un volume de données avec l’esprit le plus ouvert possible, sans préjuger de ce que nous allons y trouver. Les corrélations réalisées dans ces données mettent en évidence des singularités dans l’activité de l’entreprise, dont certaines méritent d’être creusées. Les données du transporteur maritime nous ont ainsi révélé qu’il assumait des dépenses non justifiées. Ces résultats témoignent d’usages internes à l’entreprise sur lesquels le transporteur a pu agir pourdevenir plus compétitif”…

Lire la suite de l’article

Retour sur cette expérience lors de la Grande Jonction, le 17 octobre

EPSI : “le Numérique” facteur clé d’embauche et de développement

Réussir l’atterrissage sur le marché du travail, c’est une des devises de L’EPSI, école d’ingénierie informatique, qui sera présente à la nuit du web le 17 octobre au Hangar 14. Marie Josée Cornille répond à nos questions.

18442

DW : 100% d’embauche après le diplôme, c’est un chiffre flatteur… Quel est le secret d’EPSI ?
L’EPSI place ses étudiants diplômés car elle a la reconnaissance des entreprises du secteur Numérique ; Présente depuis 1981 sur Bordeaux son réseau d’anciens est important et nous sommes adhérents des principaux réseaux acteurs du Numérique : ADEISO, AQUINUM, SYRPIN. Egalement,  tous les ans, la promo de Bac +5 sortant est parrainée par une entreprise du secteur (2012- Sogeti, 2013- AT Internet, 2014 CIS Valley).

DW : Les destinées de vos étudiants sont variées, certains s’orientent même vers de la recherche. Pouvez-vous nous en dire un peu plus ?
En effet, nous avons tous les ans certains étudiants qui se dirigent vers la recherche afin d’approfondir et d’enrichir leur connaissance et voulant se spécialisé dans un domaine particulier, c’est cette ouverture d’esprit et cette pluri compétences que nous souhaitons favoriser chez nos étudiants. A titre d’exemple, nous avons une étudiante qui après avoir passé ses 5 années d’études à l’EPSI, a poursuivi un master en cognitique à l’université de Bordeaux et prépare à ce jour une thèse avec une entreprise du nom deALGOTECH à BIDART et avec l’équipe Mnemosyne de l’INRIA. les démarches sont ainsi lancées pour l’élaboration du dossier.

Lire la suite de l’interview

« Un retour sur investissement de 56€ pour 1€ investi ! »

Moins d’emails envoyés aux clients, mais beaucoup plus efficaces : l’entreprise bordelaise Millésima, leader dans la vente directe aux particuliers de grands vins, a fait appel à la société Dolist dans le but d’améliorer la « pression marketing » opérée sur ses clients grâce aux courriers électroniques.

Elle témoignera à la Grande Jonction le 17 octobre prochain.

17612
Photo : Jean-Paul Lieux, Directeur associé de Dolist

« Plus vous êtes précis dans vos campagnes d’emailing, plus vous obtenez de résultats. C’est pourquoi il est utile de réfléchir avant d’agir ». Gerard Spatafora, E-Commerce & M-Commerce Manager chez Millésima, connaît ses 85 000 clients (presque) sur le bout des doigts. Il veille à leur adresser « le bon message, au bon moment. Car une mauvaise gestion de nos envois d’emails et c’est toute notre démarche d’acquisition client qui s’effondre », souligne-t-il.

Il y a cinq ans, Millésima, entreprise bordelaise leader dans la vente directe aux particuliers de grands vins (offline et online), a fait appel à la société Dolist, spécialiste de l’Email et du Data Marketing, également bordelaise, dans le but d’améliorer la « pression marketing » opérée sur ses clients grâce aux courriers électroniques. Il s’agissait alors d’accroître l’impact des campagnes d’emailing de Millésima en travaillant les dimensions techniques, les stratégies éditoriales et d’envois.

Lire la suite sur le blog de la Semaine Digitale #SDBX4

La Grande Jonction : “Un taux de croissance de la base clients deux fois supérieur à la moyenne”

L’antenne régionale d’un grand groupe bancaire a optimisé ses démarches de prospection clients grâce au croisement de données permis par l’utilisation des solution de géomarketing, de data visualisation et de segmentation marketing du Groupe Cartegie.

Retour sur cette expérience lors de la Grande Jonction, le 17 octobre.

17702

“L’ambition de notre groupe bancaire est avant tout d’accroître sa clientèle patrimoniale. Notre délégation intervient sur un périmètre géographique important, le Sud-Ouest, qui présente une diversité de marchés. Nous avons donc la nécessité d’adopter des approches commerciales ciblées”, explique Jean-François Mirguet, directeur de l’antenne régionale d’une banque de renommée internationale.

Depuis quelques mois, il utilise l’outil data drive® du Groupe Cartegie, société bordelaise spécialiste du Big Data Marketing, dans le but d’optimiser ses démarches de prospection clients. Résultat : la croissance de sa base clients est aujourd’hui deux fois supérieure à la moyenne de celle du réseau national de la banque !

Lire la suite sur le blog de la Semaine Digitale #SDBX4