Le studio de jeu vidéo Black Flag veut financer sa première réalisation grâce au crowdfunding

« Tout vient à point à qui sait attendre ». Le jeune studio indépendant Black Flag, créé en juin 2013 à Bordeaux, doit bien connaitre ce proverbe : il vient de lancer une campagne de crowdfunding sur le site Indiegogo pour financer la réalisation de son premier jeu vidéo, Yrminsul, à sortir en avril prochain.

Conçu après un an de travail, ce jeu de stratégie, de conquête et de Tower Defense pour PC et Mac a de quoi séduire plus d’un fan d’aventures :le joueur est possédé par un démon qui l’invite dans sa quête de pouvoir au fil d’une aventure pleine d’un humour loufoque et grinçant. Plus de 30 ennemis issus de 3 armées distinctes défieront le joueur dans ce jeu en 3D alimenté par plus de 30 niveaux et des douzaines d’ennemis…

Lire la suite sur bordeaux7.com

Bordeaux ville attractive pour le jeu video

Bordeaux serait -il le nouvel eldorado du jeu vidéo ? La ville semble en tout cas en prendre le chemin. La preuve : un nouveau studio indépendant appelé Trickster Face a récemment fait son apparition.

Créé à l’été 2013 par trois anciens étudiants de l’Ecole nationale du jeu et des médias interactifs (ENJMIN) à Angoulême, ce jeune studio installé dans la pépinière éco-créative des Chartrons développe des jeux vidéo pour consoles et PC. Sans avoir la prétention de « révolutionner le monde du jeu vidéo », dixit Lionel Geissler, co-fondateur du studio, Trickster Face veut concevoir des jeux avec un contenu original, un scénario approfondi et proposer des thématiques variées. « Nous ne voulons pas nous enfermer dans une mécanique de jeu précise. L’idée n’est pas de proposer des jeux de surface comme Call of Duty. Nous souhaitons proposer des jeux qui intègrent une thématique humaine profonde ».

Lire la suite sur bordeaux7.com

Les acteurs du gaming bordelais testent les objets connectés de demain

La crème de la création bordelaise était réunie mardi soir (29/10) au Node, pour tester les nouveaux objets connectés et de réalité virtuelle. De nombreuses applications semblent promises à ces outils…

Google Glass, Oculus rift, montres connectées… Il y avait foule mardi soir au Node de Bordeaux pour tester ces nouveaux outils numériques. L’association Bordeaux Games, qui fédère vingt-cinq entreprises spécialisées dans la création numérique et le jeu vidéo en Aquitaine, soit près de 400 salariés, avait réuni ses adhérents pour tester ces nouveaux objets actuellement au stade de prototype. Quelque 80 personnes se sont ruées sur les invitations. « Nous aurions pu en accueillir plus de 200 si la place l’avait permis » assure Frédéric Rorai, président de Bordeaux Games.

Casque recouvrant entièrement les yeux, et attaché à la tête par une sangle, l’oculus rift permet une immersion totale dans un environnement 3D et à 360°. Un programme simulant une progression dans une cité médiévale à travers des montagnes russes, était proposé mardi soir. La sensation de vertige et de vitesse est formidablement recréée, et il vaut mieux s’accrocher à un objet réel pendant le voyage! «Il faut prendre en compte la tolérance de l’utilisateur avec ces objets, car c’est souvent une expérience éprouvante» commente Nicolas Baridon, de IDSC Group, basé à Cenon…

Lire la suite de l’article de Mickaël Bosredon sur 20minutes.fr

 

ConcoursMania : mieux comprendre l’utilisateur pour créer de la valeur

PDG de Concoursmania, qui édite des jeux marketing en ligne, pour son propre compte ou des sites commerciaux, Julien Parrou revient sur les clés du succès de son entreprise bordelaise…

Spécialiste du jeu marketing en ligne, la société bordelaise Concoursmania vient de présenter ses résultats du premier semestre 2013. Les comptes arrêtés au 30 juin font ressortir une progression de 20,1% du chiffre d’affaires du groupe, qui s’établit à 7,83 millions d’euros. Le résultat d’exploitation atteint 1,34 millions d’euros (soit une marge de 17,2%). Julien Parrou, président de Concoursmania qu’il a créé en 1995, répond aux questions de 20Minutes.

Comment expliquer vos bons résultats, dans un contexte de marché de la publicité on-line tendu?

Nous ne sommes pas uniquement dépendants du marché publicitaire, car notre secteur d’activité est associé au monde du marketing et du jeu, c’est cela qui nous permet de conquérir de nouveaux marchés. L’autre secteur qui fonctionne très bien actuellement, c’est tout ce qui touche à la publicité vidéo, ce que nous proposons aussi…

Lire la suite de l’interview de Julien Parrou sur 20minutes.fr

Asobo confirme sa vocation bordelaise : producteur de succès mondiaux

En 10 ans, Asobo Studio est devenu le premier développeur indépendant de jeux vidéo sur consoles en France. Découvrez les coulisses d’une société bordelaise internationalement reconnue dont les talents ont su produire Ratatouille, Fuel, Toy Story 3 et Kinect Héros.