Bordeaux Métropole FrenchTech : place à l’action !

Depuis l’obtention du label par Bordeaux Métropole en novembre dernier, un plan d’action a été élaboré sous l’égide d’un Conseil stratégique présidé par Christophe Charle (Cdiscount, MyDesign). Une série d’initiatives pour créer plus de valeur auprès des acteurs de l’éco système, et accélérer la dynamique numérique de la métropole. Présentation. 

1300-entrepreneurs-ont-participe-a-soiree-french-tech-jeudi_2479241_800x400

Après le temps de la labellisation, vient celui de l’action. « Bordeaux Métropole French Tech », symbole de la performance de l’écosystème numérique local, prend une nouvelle dimension avec le plan d’action présenté à la Chambre de commerce et d’industrie de Bordeaux, jeudi 12 février, en présence d’un millier de personnes.

Il a été élaboré sous l’égide d’un Conseil stratégique à majorité entrepreneuriale (5 entrepreneurs/4 collectivités et grandes entreprises) présidé par Christophe Charle, serial entrepreneur (Fondateur de Cdiscount, PDG Fondateur de MyDesign). 

  1. « Tous accélérateurs » des initiatives numériques

Les belles initiatives fleurissent sans cesse, depuis déjà quelques années, au sein de l’écosystème numérique bordelais (tous ceux qui travaillent dans ou pour l’économie du web et les startups). Elles sont le fruit du travail des entrepreneurs, du soutien de l’ensemble des agences, associations et structures d’accompagnement publiques et privées.

Le label French Tech contribue à fédérer ces dynamiques, à les valoriser et à les amplifier pour qu’elles bénéficient à un maximum d’acteurs.

En construisant des écosystèmes encore plus efficaces sur l’enjeu déterminant qu’est le numérique, on accélère la transition vers le digital; on augmente l’attractivité ; on favorise la venue de nouvelles entreprises et de nouveaux talents.

Bordeaux Métropole French Tech s’appuie sur tous et bénéfice à tous pour favoriser la croissance des projets entrepreneuriaux, à tous les stades de leur développement.

  1. Une gouvernance agile : 5 « task force » thématiques

La mise en œuvre du plan est confiée à un Directeur délégué, Thomas Baudin, qui anime des « task force » thématiques issues de l’écosystème :

  • Visibilité et Lisibilité,
  • Accélération,
  • Accès des startups aux marchés des collectivités et grandes entreprises,
  • Développement des talents,
  • International.

Agiles et orientées « action », cette structure informelle ne fixe d’objectifs à personne. Elle œuvre à rendre les initiatives plus coordonnées, plus visibles et plus collaboratives.

  1. Des « datas » partagées pour levier d’influence

Afin de pouvoir agir, Bordeaux Métropole French Tech va créer une base de données des startups de l’écosystème bordelais. Les données de cette base seront accessibles à tous les membres labellisés FT. L’Open data sera la règle. Cette base fera exister l’écosystème de manière plus concrète, plus visible, lui donnera plus de pouvoir.

Par ailleurs French Tech agrégera l’ensemble des initiatives émanant des acteurs de l’écosystème, en un processus « bottom up » qui leur donnera une visibilité d’ensemble, et aidera chacun à mieux définir ses actions en fonction des actions des autres. Cette compilation des initiatives de chacun sera rendue publique sous la forme d’un Plan de Croissance Concertée.

Rappels : ce qu’il faut savoir sur la « French Tech » 

La French Tech : désigne l’écosystème de tous ceux qui travaillent dans ou pour les startups françaises : entrepreneurs, investisseurs, associations et acteurs du soutien publics. 

L’initiative French Tech : C’est l’action impulsée par la Mission Nationale French Tech  mais portée et construite par tous les acteurs de la French Tech, qui vise à démultiplier la croissance numérique de la France.

Le label, à quoi sert-il ?

Les métropoles labellisées doivent amplifier l’impact de leurs dispositifs de soutien à l’écosystème numérique, vers plus de lisibilité et plus de collaboration.

En contrepartie, l’Etat investit :

  • 200 M€ dans des projets accélérateurs privés (BPI),
  • 25 M€ pour favoriser le rayonnement international de leurs startups (Mission nationale French Tech).

Les startups de l’écosystème accèdent en priorité aux offres de Business France et d’UBI France, ainsi qu’au Pass French Tech pour les entreprises en très forte croissance.

Les métropoles obtiennent la possibilité d’utiliser la marque « Métropole French Tech » à des fins de marketing territorial et de promotion de leur attractivité.

 

FrenchTech Bordeaux : une journée de grand oral

33entrepreneurs : 12 startups en compétition jeudi soir à Bordeaux

Sélectionnées à Bordeaux et en Europe par l’accélérateur 33entrepreneurs, douze startups du vin, de la gastronomie et du tourisme vont présenter jeudi soir leur produit ou service auprès d’un jury de dirigeants et d’experts. A gagner : une semaine de coaching pour booster leur croissance.

vino camp 33entrepreneurs

Trois minutes pour convaincre. C’est le format imposé jeudi soir aux douze « pitcheurs » de l’EuropaTour pour remporter l’adhésion du jury et tenter de remporter une semaine de coaching au sein de l’accélérateur bordelais 33entrepreneurs. Parmi les participants, deux startups étrangères : Upaji (Los Angeles) et Wineta (Estonie). Quelques bordelais également, parmi lesquels François-Xavier Bodin (projet Linguali, solution de traduction en temps réel à travers le monde), Jean François Olive (projet Time To Lunch, l’ardoise du jour des restaurants directement sur son mobile) et Grégory Castelli (projet Phileas Sommelier, projet en lien avec l’univers du vin et de la restauration).

33entrepreneurs teste depuis janvier, à travers toute l’Europe, son concept de concours EuropeaTour qui lui permettant « de détecter des startups d’excellence dans le monde du vin, de la gastronomie et du tourisme afin de les aider dans leur développement », explique Vincent Pétré, community manager de 33entrepreneurs.

500 startups se sont portées candidates pour participer à l’un de ses « startup pitch contest » organisés à Londres, Munich, Lausanne, Venise et Saint-Raphaël. Mais c’est la première fois que 33entrepreneurs organise une édition dans sa ville de naissance. Un second round est d’ores et déjà programmé en décembre prochain. « Les meilleures startups grandissent à Bordeaux », affirme l’accélérateur en guise de slogan. Jeudi soir, le public et le jury composé d’experts et dirigeants d’entreprises du vin et du numérique, auront la charge de désigner le projet le plus prometteur.

« Nous y allons avant tout pour lever de nouvelles questions sur notre projet », explique François-Xavier Bodin, de Linguali. « Nous avons validé son potentiel économique mais nous avons encore beaucoup de travail pour le transformer en solution opérationnelle techniquement et commercialement. Bénéficier de coaching sur ces dimensions nous permettra d’identifier les faiblesses du projet et d’atteindre notre objectif de commercialiser Linguali dans six mois ».

vincent-pretet-coq33-HD
33entrepreneurs est un accélérateur de startups fondé par des entrepreneurs pour d’autres entrepreneurs. Il associe des investisseurs privés, des mentors (du monde entier) et des entrepreneurs passionnés. Son ambition : favoriser l’implantation à Bordeaux d’entreprises innovantes à fort potentiel de croissance. Pour cela, tout au long de l’année, l’accélérateur propose à ses pépites un accompagnement intensif mêlant investissement financier et mentorat de haute volée sur 3 à 5 mois.

L’événement bordelais « startup pitch contest » est ouvert au public à partir de 19h, jeudi 26 juin, dans les locaux de la société Millesima (Inscription)

Suivre 33entrepreneurs sur Twitter

Cap sur FrenchTech : les atouts de Bordeaux

Regard sur les atouts maîtres de la candidature French Tech Bordeaux : les projets d’accélérateurs et la mobilisation des entrepreneurs au service de la croissance de l’écosystème digital. Une vidéo des étudiants de Digital Campus. Le dossier de candidature de Bordeaux Métropole pour l’obtention du label French Tech a été adressé y a quelques jours à la secrétaire d’Etat chargée du numérique.

Startup Assembly : la pépinière éco-créative de Bordeaux Chartrons ouvre ses portes

Dans le cadre de la Startup Assembly, qui réunira plus de 500 acteurs de la French Tech au niveau national, les jeunes entreprises innovantes de la pépinière éco-créative Bordeaux Chartrons ouvrent leurs portes au public les 12 et 13 juin prochains.

Le principe : Développer la culture d’entreprendre ! Durant deux jours, les entreprises accueilleront dans leurs locaux les visiteurs pour faire découvrir leur activité et l’entrepreneuriat de l’intérieur. Quels sont les parcours, les challenges, les doutes, les réussites d’entrepreneurs passionnés par leurs métiers ? Ce sera l’occasion de créer des moments uniques de rencontre, d’échanges et de partage. Et pourquoi pas de donner l’envie à d’autres de créer leur propre entreprise ?

Programme :

Jeudi  12 juin

Kizym : Plateforme web offrant aux artistes et aux fans la liberté d’échanger leur musique en choisissant eux-mêmes les formats audio et les tarifs.
09h00-12h00 / 14h30-17h30

Myam Agency : Agence de scénarisation, films de marque et évènements sur mesure.
09h00-12h00 / 14h30-17h30

180 Degrés Ingénierie : Atelier d’ingénierie environnementale au service de l’architecture et l’urbanisme.
10h00-12h00

Atelier Diptyque : Agence d’architecture
14h00-16h00

So Loon : Agence créative de réalité augmentée et design interactif.
14h30-15h30

Multivote : Plate-forme de vote sur Internet sous forme de réseaux sociaux en mode SAS.
14h30-18h30

Asylum : Création graphique, images de synthèse, films d’animation 3D pour l’architecture et l’immobilier.
15h00-16h00

Présentation de la pépinière : offres, critère de sélection, entreprises hébergées et accompagnées.
14h00-15h30

Vendredi 13 Juin

Petit-déjeuner de présentation de la pépinière : offres, critère de sélection, entreprises hébergées et accompagnées.
09h00-10h30

Aquitaine Culture : Association pour mission de contribuer au développement culturel et artistique en Aquitaine.
09h00-11h00

AND : Agence de conseil en communication digitale.
11h00-12h00

Boladream : Plateforme web permettant de participer activement au management de vrais clubs de football.
11h00-12h30

Weenove : Société éditrice d’une solution innovante de Business Intelligence.
14h00-16h00

Inscriptions gratuites ici

Candidature FrenchTech Bordeaux : « Nous avons beaucoup d’atouts »

Dans quelques jours, la métropole bordelaise déposera son dossier de candidature au label FrenchTech. Il s’agit d’un appel à projets lancé par le gouvernement en février 2013 pour encourager la croissance et le rayonnement de l’écosystème numérique français. A la clé, des financements importants pour accompagner la croissance des entreprises et leur développement à l’international. La candidature bordelaise est préparée conjointement par les collectivités locales, les agences de développement et les entrepreneurs du numérique. Agnès Grangé, directrice régionale de La Poste, coordonne cette candidature. Entretien mené par Sophie Lemaire pour Bordeaux7.



Qu’y a t’il derrière ce projet FrenchTech, quel est l’enjeu pour l’économie locale ? 


Ce label, c’est une dynamique et une aventure humaine. C’est d’abord la construction d’un dossier de candidature qui regroupe un diagnostic de l’écosystème du numérique en Aquitaine et une feuille de route qui montre quelle est l’ambition de cet écosystème à 10 ans. Nous en avons aussi fait une aventure humaine, qui s’est illustrée lors de la réunion que nous avons organisée à la CCI le 8 avril : 1100 entrepreneurs du numérique y ont participé et ont symbolisé la force de cet écosystème sur cette métropole. 



Que dit le diagnostic que vous avez réalisé ?

Nous savons qu’en Aquitaine il y a 27000 emplois sur le numérique, dont 16000 dans la métropole bordelaise. Et que finalement, alors que c’est un écosystème très dispersé en terme de taille d’entreprises, il a un poids économique en nombre d’emplois proche de celui de l’aérospatiale ou de la filière bois. Mais c’était un peu diffus, un peu masqué et très dispersé. Ce qui caractérise cet écosystème, c’est effectivement que la majeure partie des entreprises sont unipersonnelles ou emploient moins de 10 personnes. Mais on a aussi de très belles « pépites » qui sont en croissance : Immersion, BeTomorrow, Concoursmania etc… et quelques grands groupes comme CDiscount. Par la construction de ce dossier de candidature, on s’est tous rencontrés et on a pris totalement conscience du poids de cet écosystème et de son importance. Du coup, ça l’a aussi valorisé et par ces temps moroses ça fait un bien fou de voir qu’il y a des entreprises en croissance, du développement à l’international… 



Lire la suite de l’entretien sur bordeaux7.com

Retour sur la soirée FrenchTech à la CCI de Bordeaux

1100 participants, dont une majorité d’entrepreneurs du secteur numérique, se sont réunis lundi soir 14 avril à la CCI de Bordeaux pour soutenir la candidature de la métropole bordelaise au label national French Tech. Un rassemblement inédit dans l’écosystème local de l’innovation et du web. Retour en vidéo avec la CCI de Bordeaux :

FrenchTech : bientôt 4 accélérateurs de startups à Bordeaux

A Bordeaux, 4 accélérateurs sont en cours de création ou déjà actifs. Leurs représentants et/ou créateurs les ont présentés à l’occasion de la soirée French Tech organisée lundi 14 avril à la CCI de Bordeaux et qui a réuni plus d’un millier de participants. Présentation.

L’un des 3 objectifs du programme FrenchTech est d’investir 200 millions d’euros dans des initiatives privées (des programmes d’accélération) qui aident les entreprises numériques à croître plus vite pour devenir des championnes à l’international. La levée de fonds est une des difficultés les plus criantes pour les entreprises, notamment dans leur phase de développement.

BlMpsltIcAASsYf

 

Photo Guillaume Dardier (@GdArdier)

Programme Croissance, par Réseau Entreprendre Aquitaine

Le Programme Croissance de Réseau Entreprendre Aquitaine est destiné aux lauréats de l’association. Ils ont au minimum 3 ans d’existence, un chiffre d’affaires supérieur à 1 M€, et un effectif minimum de 15 emplois. Ils ont un projet de croissance clair et ambitieux : un chiffre d’affaires doublé, ou un effectif supérieur à 50 salariés en 3 ans. Ces candidats vont pouvoir choisir, parmi une centaine de chefs d’entreprise, les membres de leur futur comité d’accompagnement. Ils pourront également bénéficier de l’appui de la Fondation Réseau Entreprendre qui, avec la Caisse des Dépôts, va se porter caution d’un emprunt BPI, dès lors qu’un autre établissement bancaire aura donné son accord pour un montant se situant entre 100 à 300 K€.Soit une possibilité d’accès à un financement de 200.000 € à 600.000 € pour financer du BFR, des équipements, de la R&D, ou même de la croissance externe.

33Entrepreneurs, par Vincent Prêtet

33entrepreneurs est un accélérateur fondé par des entrepreneurs pour des entrepreneurs. Il vise à édifier les leaders mondiaux dans les 3 domaines d’excellence de la France: le vin, la gastronomie et le tourisme grâce aux nouvelles technologies. La philosophie est de miser sur le capital humain comme principal levier de création de valeurs et de jouer sur ses points forts. Le programme d’accélération s’appuie sur une équipe d’investisseurs privés, de mentors et d’entrepreneurs passionnés. Pour booster la croissance des start-ups, 33entrepreneurs propose un accompagnement intensif mêlant investissement financier et mentorat sur 3 à 5 mois.

Le « 3 en 1 », par Bordeaux Entrepreneurs

Premier accélérateur régional pour les startup du secteur internet, il sera créé à Bordeaux début 2015. Le projet prévoit une combinaison unique, en un seul lieu de 2500m2, d’un accélérateur de startup du secteur internet, d’un espace de bureaux pour les entreprises de forte croissance en accès ultra souple et évolutif, de la « Terrasse des Entrepreneurs », bistro-café au coeur de la ville dédié aux entrepreneurs, carrefour de rencontres, d’échanges et d’événements.
L’accélérateur permettra de sélectionner des startups à fort potentiel de croissance dans le secteur web, média et mobile, et de leur donner accès à différents types de ressources essentielles pour réussir (mentorat, financement, recrutement, accès au marché). Objectif de promotion de 10 startups par an. Les services de l’accélérateur seront assurés par des acteurs issus à 100% de l’entrepreneuriat.
Le « 3 en 1 » proposera des sessions de 16 semaines de mentorat intensif, un apport de capital sous forme de BSAA d’un montant pouvant aller de 30K à 100K et un accès aux locaux à des conditions tarifaires préférentielles et sans engagement ultérieur. En contrepartie, l’accélérateur prendra une participation minime au capital et pourra sortir ou non du capital lors du premier gros tour de table. En dehors des investissements liés aux locaux, dont le budget d’investissement est de 6 millions d’euros, le budget du projet « 3 en 1 » est de 4 millions d’euros sur 5 ans.

Digit’Halles, par eCom33

L’association Ecom33 a ouvert en mars, au Haillan, les postes de son accélérateur de e-commerce “Digit’Halles”. Ce lieu (6.500 m2 d’un seul tenant – 4.500 m2 d’entrepôt et 2.000 m2 de bureaux) propose des outils et services mutualisés en direction des créateurs de sociétés de e-commerce : une dizaine de bureaux de 15 m2 chacun, un service client, webmarketing, un studio photo et vidéo, des services généraux, des conseils en financement et levées de fonds, une plateforme logistique (service porté par la société du Haillan, CA Logistique) et même une salle dédiée à la formation aux métiers spécifiques du e-commerce. La devise du site en dit long sur ses intentions : “e-commerçants, concentrez-vous sur votre activité, on s’occupe du reste”.
De grands opérateurs du secteur ont manifesté leur intérêt pour cette initiative, certains devraient rejoindre les rangs des partenaires de l’opération, aux côtés d’Ecom33. En attendant, les candidats à une installation dans Digit’Halles peuvent se faire connaître.

FrenchTech Bordeaux : les entrepreneurs bordelais se mobilisent en masse