Bordeaux Euratlantique : Fayat signe pour 20.000 m2

Le groupe Fayat et l’Établissement public d’aménagement Bordeaux-Euratlantique ont signé aujourd’hui une promesse de vente pour un terrain qui va accueillir 20.000 m2 de programme immobilier.

L’Opération d’intérêt national (OIN) Bordeaux – Euratlantique située autour de la gare Saint-Jean (Bordeaux, Bègles et Floirac) en cours de développement, dans l’optique de l’arrivée de la LGV qui mettra Bordeaux à deux heures de Paris à l’horizon 2017, tient là une nouvelle bonne nouvelle après l’annonce récente de la foncière ANF qui a signé une opération importante dans la zone Armagnac.

En effet, l’établissement public d’aménagement Bordeaux – Euratlantique vient de signer la vente, au groupe de BTP Fayat (19.500 collaborateurs, 3,5 Md€ de CA 2013, siège à Bordeaux), d’un terrain situé quai Deschamps sur la rive droite de Bordeaux. Ce terrain va accueillir 20.000 m2 de programme immobilier mixte avec 10.000 m2 de bureaux et 10.000 m2 de logements, dont 30% de logements sociaux…

Lire la suite de l’article de Pascal Rabiller sur objectifaquitaine.latribune.fr

Fayat, 1er des indépendants des travaux public et du bâtiment

En embuscade derrière les trois majors du secteur, le groupe familial Fayat est de très loin le premier des indépendants des travaux publics et du bâtiment.

C’est en toute discrétion, au cœur de l’été, que le patriarche Clément Fayat a cédé la direction de l’entreprise à ses deux fils Jean-Claude et Laurent. Le premier devenant président, le second directeur général. Une transition en douceur pour un groupe de BTP, fondé en 1956 et qui n’a jamais quitté sa trajectoire ascendante. Cinquante ans après sa création à Libourne, l’entreprise qui n’a quasiment jamais connu d’exercice déficitaire et emploie aujourd’hui plus de 18.000 personnes dans le monde, devrait afficher un chiffre d’affaires de 3,5 milliards d’euros cette année. Ce qui en fait de loin la première entreprise indépendante du BTP et numéro quatre du secteur après les trois majors. La stratégie de Clément Fayat a pourtant été simple : une croissance externe entretenue par quelque 120 acquisitions au fil de son histoire, une grande autonomie laissée aux filiales et un réinvestissement systématique des bénéfices…

Lire la suite de l’article de Franck Niedercorn sur lesechos.fr