Retour sur les 12 derniers mois d’Expliseat, la startup française en pleine croissance

Cela fait maintenant un peu plus d’un an que la startup française Expliseat relève tous les défis avec son siège pour avion le plus léger du monde (4 kg contre 12 en moyenne pour la classe économique). Le Titanium Seat, nom de l’invention qui fait l’objet de 10 brevet exclusifs, réduit de plus de 50% le poids des sièges des avions et permet de réaliser des économies de carburants notables.

Le 4 mars dernier, la jeune pousse Expliseat avait annoncé la signature de son premier contrat, soit 12 mois après son lancement officiel (la société étant créée depuis mas 2011). Un événement qui s’était déroulé à l’Aéroclub de France, en présence de la communauté aéronautique et qui officialisait la collaboration entre Expliseat et Air Méditerranée, pour un montant d’un million de dollars. Ce contrat permettra aux passagers de la compagnie de bénéficier du Titanium Seat à partir de l’été 2014…

Lire la suite de l’article d’Etienne Portais sur maddyness.com

Premier succès pour le siège ultra-léger d’Expliseat

L’audacieux pari des trois jeunes fondateurs d’ Expliseat, inventeurs d’un siège d’avion ultraléger, commence à payer.

Un an après sa présentation, leur siège en composite de carbone et titane, qui ne pèse que 4 kg, a remporté, hier, son premier client, la compagnie charter Air Méditerranée. Bien que modeste, cette commande de 220 sièges pour un seul Airbus A321, est une première victoire de taille pour la jeune entreprise. Elle confirme qu’Expliseat a réussi à franchir tous les obstacles menant à la certification aéronautique de son siège.

Test de résistance au choc (jusqu’à 16 g), au feu (12 secondes d’exposition à une flamme vive), et plus de 100.000 cycles d’utilisation simulée correspondant à dix ans de vie, rien ne lui aura été épargné. « Nous avons passé tous les tests, assure Jean-Charles Samuelian, 26 ans, cofondateur et directeur général d’Expliseat. L’obtention de la certification de l’Agence européenne de sécurité aérienne n’est plus qu’une question de semaines. Mais elle est techniquement acquise. »…

Lire la suite de l’article de Bruno Trevidic sur lesechos.fr