L’informatique et le numérique, en tête des secteurs les plus pourvoyeurs d’emplois à Bordeaux

C’est ce que nous révèle le « Palmarès des entreprises qui recrutent à Bordeaux et dans sa métropole » dévoilé par La Tribune / Objectif Aquitaine ce soir. Une étude réalisée en association avec la mairie de Bordeaux et la Maison de l’emploi de Bordeaux.

300 emplois. C’est le nombre de recrutements prévus en 2015 par les trois entreprises arrivées en tête du premier « Palmarès des entreprises qui recrutent à Bordeaux » : Armatis-LC, CGI France et Sogeti France. Comptabilisant déjà plus de 2000 salariés sur la métropole bordelaise, ces entreprises poids lourds dans leur secteur ouvrent ainsi des perspectives très favorables dans un contexte plutôt morose sur le front de l’emploi.

Palmares entreprises qui recrutentArmatis-LC est le leader français sur le marché des centres d’appels ; CGI est la cinquième entreprise mondiale de services numériques (ESN) ; Sogeti est spécialisée dans les services technologiques et le test logiciel, dans la gestion des applicatifs, des infrastructures et des services en ingénierie.

Leurs intentions de recrutement à Bordeaux se porteront sur des fonctions de R&D en informatique (conseil, architecture de systèmes d’information, informatique pure et dure) et de relation client. Mais c’est le poste de commercial qui reste le plus recherché parmi l’ensemble des entreprises consultées.

3.500 entreprises sollicitées

La Tribune – Objectif Aquitaine s’est associé avec la mairie de Bordeaux et la Maison de l’emploi de Bordeaux / Emploi-Bordeaux, en partenariat avec Pôle Emploi, pour lancer cette première édition du « Palmarès des entreprises qui recrutent ». Pour établir ce classement, près de 3.500 entreprises ont été sollicitées, tous secteurs confondus.

L’étude confirme une tendance déjà constatée sur la métropole et qui a valu à cette dernière d’obtenir récemment le label national French Tech : l’informatique et le numérique se distinguent comme les deux secteurs les plus pourvoyeurs d’emplois. La filière numérique enregistre une croissance annuelle de 14% sur la métropole. Plus de 300 entreprises y exercent exclusivement dans ce secteur et 500 de plus en font un des piliers de leur activité.

Les intentions de recrutements étant essentiellement (à 66 %) basées sur la croissance ou l’anticipation d’une croissance de l’activité, plusieurs startups apparaissent dans le Palmarès telles Argolight, Avenuenautique.com, Azendoo, Jestocke.com et Jelouemoncampingcar.com installées dans les locaux de la future Cité Numérique, à Bègles.

Autre révélation notable de l’étude, les difficultés de recrutement rencontrées par les entreprises sembleraient plutôt liées à une inadéquation entre les profils sur le marché de l’emploi et leurs postes à pourvoir.

« Retrouvez le « Palmarès 2015 des entreprises qui recrutent à Bordeaux et dans sa métropole » dans le Guide des entreprises 2015 édité par Objectif Aquitaine (kiosque) ».

Recruter sans CV, l’Aquitaine fait le test

Le recrutement sans CV. L’opération vient de démarrer en Aquitaine et en Midi-Pyrénées. Les candidats répondent à un questionnaire en ligne établi par l’entreprise et Pôle Emploi. Les questions portent sur ce que l’on sait faire, sur ses compétences concrètes, sur ses goûts. 

Au pays du diplôme roi, peut-on recruter sans donner la primeur au CV ? Sites internet, associations et Pôle emploi font le pari de « recruter autrement »,
pour diversifier les profils mais aussi faciliter la vie des employeurs.

C’est en rentrant en France après avoir dirigé une start-up en Allemagne que Stéphanie Delestre « prend soudainement conscience », en participant à un atelier CV à Pôle emploi, que ce support « est en fait un frein à l’emploi », notamment pour les jeunes, « qui n’ont pas grand chose à y raconter ». Selon elle, il manque aussi sur les curriculum vitae des informations essentielles: « ce qu’on sait réellement faire » – les compétences -, le salaire recherché ou encore la flexibilité horaire.

En 2011, la jeune femme fonde Qapa, un site qui permet de chercher un emploi « sans CV ni lettre de motivation ». Le principe ? Le candidat répond à des questions simples et évalue son niveau sur une douzaine de compétences. Un algorithme va ensuite chercher les offres correspondantes. L’avantage: abolir les frontières entre les métiers. Depuis, l’ex-petit site ne cesse de grignoter des parts du marché de l’emploi : il se classait au 8e rang des sites spécialisés avec plus de 920.000 visiteurs uniques en mars, selon Médiamétrie. Chaque mois, il permet de pourvoir entre 12.000 et 15.000 postes…

Lire la suite sur aquitaine.france3.fr

Les métiers de la petite enfance en pleine croissance

Taux de natalité élevé, évolution démographique positive dans le Sud-Ouest et départs en retraite dans le secteur favorisent l’emploi de personnel qualifié dans les métiers de la petite enfance.

Le boom de la Petite Enfance garantie des débouchés, parfois même sans diplôme !

Le secteur de la « Petite Enfance » désigne les métiers liés à la prise en charge et à l’éducation de l’enfant de 0 à 6 ans. Ils s’exercent dans des lieux variés : à son domicile, chez les parents, dans une crèche ou une halte-garderie, au sein d’écoles ou de centres de loisirs, dans des maternités ou des hôpitaux. Ces professions mixtes sont accessibles grâce à une large palette de formations : du CAP Petite Enfance en passant par le Bac + 5 pour des postes d’infirmières puéricultrice.

En tête des métiers porteurs figure celui d’Assistante Maternelle : les postes à pourvoir devraient grimper selon la Dares, qui prévoit une augmentation de 59 700 personnes formées d’ici à 2015. Souvent occupé par des femmes reprenant un emploi après une interruption ou une reconversion, ce métier compte aujourd’hui une personne sur trois âgée d’au moins 50 ans. Le taux de départ en retraite est donc élevé et, parallèlement, les besoins en prise en charge des jeunes enfants s’accroissent.

Pôle emploi révèle qu’en 2009, 300 000 Assistantes Maternelles accueillaient 800 000 enfants, dont 290 000 de moins de 3 ans. Soit le premier mode d’accueil du jeune enfant en France…

Lire la suite sur sudouest-emploi.com

La PME à suivre : Jobijoba, un moteur de recherche d’emploi

La PME veut créer une sorte de « Google de l’emploi » et dégage un chiffre d’affaires proche de 5 millions d’euros.

Lorsqu’il lance Jobijoba en 2007, Thomas Allaire veut créer une sorte de « Google de l’emploi ». Et le site est devenu une référence avec des accords avec 400 sites spécialisés comme celui de Pôle emploi, 2 millions de visiteurs uniques en France et 3 millions à l’étranger. A l’époque, Thomas Allaire est consultant indépendant et constate qu’il n’existe aucun outil permettant de chercher un travail de façon efficace parmi les centaines de sites d’offres d’emplois. L’idée de Jobijoba est née. Cet ancien de la société de service informatique SQLI développe lui-même la première version du logiciel. Grâce à des outils sémantiques, l’objectif est de traiter automatiquement les annonces en les classant par secteur, métier, salaire, type de contrat… L’un des problèmes les plus épineux étant de débusquer celles qui sont identiques malgré des formulations différentes.Thomas Allaire s’attache à nouer des partenariats avec tous les spécialistes du marché des offres d’emplois. C’est désormais là-dessus que repose le modèle économique de l’entreprise…

Lire la suite de l’article de Franck Niedercorn sur lesechos.fr

Emploi : Quels secteurs d’activité vont recruter sur l’agglomération bordelaise en 2014 ?

Quels sont les secteurs d’activité qui vont recruter en 2014 sur l’agglomération bordelaise ? Voila le genre d’information qui intéresse au plus haut point les demandeurs d’emploi et, de la même façon, les personnes en situation d’orientation professionnelle ou de formation. Deux jours après la présentation nationale des résultats de son étude annuelle BMO (pour « besoin de main d’oeuvre »), Pôle Emploi a donc présenté vendredi la déclinaison locale de cette enquête.

Les intentions des employeurs

L’étude BMO se base chaque année sur les déclarations d’intention des employeurs interrogés par Pôle Emploi. À l’échelon de l’Aquitaine, ils sont 20,8% a annoncer avoir l’intention de recruter dans le courant de l’année. C’est mieux que l’an dernier (18,8%) et cela représente environ 110 000 projets de recrutement (+10%). Une bonne part de ces projets potentiels aquitains est situé dans le bassin d’emploi de Bordeaux-CUB, qui avec 27 344 projets est le secteur le plus dynamique de la région. C’est aussi une zone où la proportion d’emplois saisonniers dans ces projets de recrutement est relativement faible (39%, contre 49% à l’échelle de l’Aquitaine).

Les métiers porteurs

Si l’on exclut ces emplois saisonniers par nature précaires (dans l’agriculture ou l’hôtellerie-restauration), quels sont donc les métiers porteurs d’emplois pour 2014 sur le secteur de Bordeaux ? Les agents d’entretien de locaux (dont les agents territoriaux spécialisés des écoles maternelles) arrivent en tête avec 2 157 projets de recrutement, loin devant les aides et apprentis de cuisine, employés polyvalents de la restauration (dont plongeurs, crêpiers, pizzaiolos) avec 1 284 projets, et les aides à domicile et aides ménagères (dont auxiliaires de vie, travailleurs familiaux) avec 1 174 projets. Viennent ensuite les télévendeurs (878), les aides soignants (860) et les agents administratifs divers (860)…

Lire la suite de l’article de Sophie Lemaire sur bordeaux7.com

Emploi : les clauses d’insertion en vidéo avec la Maison de l’Emploi de Bordeaux

Emploi-Bordeaux, à travers le PLIE de Bordeaux, vous présente les modalités de mises en oeuvre des Clauses d’Insertion. Notamment dans les marchés publics en terme d’insertion professionnelle, pour les demandeurs d’emploi bordelais qui en bénéficient. En 2013, les clauses ont permis le retour à l’emploi de 500 personnes, dont la moitié en emploi durable ou en formation qualifiante. 

La CCI Bordeaux place la formation au cœur de la bataille pour l’emploi

En cette période de chômage de masse, la CCI de Bordeaux a décidé de redistribuer les cartes stratégiques de son offre de formation pour répondre au mieux aux attentes des entreprises.

Ainsi, de nouvelles formations vont être lancées. A la rentrée 2014, la chambre consulaire va proposer une formation diplômante à Bac + 2, et une autre à Bac + 3, dédiée au multimedia, au webdesign et à l’e-marketing. Des formations, qui font l’objet d’un partenariat avec l’école des Gobelins de Paris.

La CCI de Bordeaux fait le pari de nouvelles formations : renforcement de la filière « web design » au sein de son école de design, mais aussi ouverture au sein de BEST des Bachelor FERRANDI (l’école française de gastronomie). Ou encore création d’une nouvelle spécialité en commerce international au sein de l’IPC Vins&Spiritueux, développement au sein de Worldsom de modules plus courts pour les professionnels et renforcement des formations longues ICFA tertiaire. Par ailleurs, côté formations à destination des salariés, le GIC/FO réoriente son action sur des formations courtes sur mesure et va signer un partenariat avec Kedge pour le volet formation continue de la Business School. Cette offre est centrée sur les compétences tertiaires au sens large : commerciales, gestion, management et de service (quel que soit le secteur d’activité de l’entreprise). « L’ambition est de relever le défi de la formation et de la clarifier dans le sens de l’efficacité tout en sécurisant les financements pour maintenir la performance de nos outils de formation », explique Pierre Goguet, président de la CCI de Bordeaux…

Lire la suite de l’article de Nicolas César sur aqui.fr

Des emplois d’été à Bordeaux pour les étudiants de Québec

Les étudiants de Québec de 18 à 29 ans sont invités à s’inscrire au programme d’échanges intermunicipalités des associations Québec-France et France-Québec. Quatre emplois d’été à Bordeaux sont offerts dans le cadre de ce programme.

Les étudiants de Québec ont la possibilité d’acquérir une nouvelle expérience de travail cet été à Bordeaux, en France, s’ils répondent à certains critères et s’ils sont tirés au sort.L’emploi, d’une durée de six à huit semaines, débutera à la fin du mois de juin. Ces emplois, de nature générale et ne demandant pas de spécialisation, proposent aux étudiants de Québec un séjour en France, pour y découvrir la richesse de sa culture mais aussi s’initier au marché du travail. La date limite d’inscription est le 26 février 2014, à 23 h 59.

Ce programme d’échange s’inscrit dans le cadre du jumelage entre les villes de Québec et Bordeaux. Il permet à quatre jeunes Bordelais d’obtenir un travail d’été à la Ville de Québec et vice versa.

Lire la suite sur quebechebdo.com

Café des Entrepreneurs : Comment entreprendre sur la Rive Droite

Permettre aux jeux entrepreneurs bordelais de profiter des opportunités de business nées des grands projets urbains. C’est ainsi qu’a été pensé le Café des Entrepreneurs, dont la 2ème mouture aura lieu mercredi 29 janvier de 9h à 11h au Restaurant L’Alcazar et abordera à la fois la renaissance de la Bastide mais aussi plus largement la mutation de la Rive droite de Bordeaux.

Cette seconde rencontre réunira, de manière informelle, Sylvain Barfety (directeur du développement économique du Groupe Evolution, représentant du projet Darwin et Bastide Niel), un représentant de l’Association Nationale des Jeunes Entrepreneurs, la directrice de la Direction du Développement économique de la Ville de Bordeaux, un responsable de la Plateforme de l’initiative (le service création d’entreprise de la Maison de l’Emploi) et une trentaine de néo-créateurs. Elle s’adresse plus spécifiquement aux entrepreneurs issus des quartiers « prioritaires » de la Ville de Bordeaux et à ceux qui souhaitent être accompagnés et encouragés dans leur démarche de création.

Développé en partenariat avec l’association Anje Aquitaine, le Café des Entrepreneurs consiste à rapprocher des porteurs de projet et des jeunes entrepreneurs d’un côté et des aménageurs chargés du développement économique d’un territoire de l’autre. Il y sera dans un premier temps présenté l’un des projets urbains actuellement mené sur le territoire de Bordeaux. Le second temps servira à envisager et à décortiquer, ensemble, les possibles retombées économiques pour les jeunes entrepreneurs locaux.

Cette initiative s’adresse non-seulement aux grandes structures qui y découvriront des prestataires à même de répondre à leurs besoins, mais aussi et surtout aux créateurs (principalement issus des quartiers prioritaires de la ville) pour, au final, favoriser le développement de l’activité de manière homogène sur Bordeaux et sa Métropole.

Bastide / Rive Droite
Restaurant L’Alcazar
11 Place de Stalingrad
(Tram A – arrêt Stalingrad)

Coup d’envoi pour le chantier d’insertion de la mission emploi Saint-Michel

La Maison de l’Emploi a déployé un Atelier Chantier d’Insertion chargé de réhabiliter le local de la place Canteloup où sera implanté la nouvelle Mission Emploi.

Cette opération innovante s’intègre dans le cadre de l’opération Re-Centres, de la politique de responsabilité sociale d’Aquitanis (propriétaire des locaux) et de la promotion de la clause d’insertion assurée par Emploi-Bordeaux à travers le PLIE. Aquitanis, maître d’ouvrage et maître d’œuvre a confié l’Atelier Chantier d’insertion au Compagnons Bâtisseurs d’Aquitaine qui prendront en charge la démolition, le décaissement, le remplacement du plancher, la réagencement intérieur, la création d’un patio couvert. L’électricité, la plomberie, l’alarme, la ventilation et les menuiseries seront confiées à des entreprises spécialisées.

Le chantier se déroulera de janvier à août 2014 et emploiera 10 personnes en insertion, dont une majorité issue de Saint-Michel. Il représente un coût direct de 141 000 € auquel s’ajoutent des coûts d’encadrement et de formation des personnes employées sur le chantier. Outre Aquitanis, ce chantier d’insertion est financé par le Fonds social européen, l’État, le Département et la CUB.

La future Mission Emploi Saint-Michel, d’une surface de 108 m², sera animée par une équipe de 4 personnes. Autour d’un cyber espace, ce lieu proposera un service d’information et d’orientation, ainsi que des ateliers d’aide à la recherche d’emploi et au positionnement sur des offres collectées. La Mission Emploi proposera aussi un accompagnement via le PLIE et des permanences de différents partenaires (Info droit, CAF, écrivain public, …). Tout comme sa grande soeur de Bordeaux Nord, cette Mission Emploi ambitionne de recevoir 2000 personnes par an. Elle servira, en outre, de point de ressources sur le thème de l’emploi pour l’EPA Bordeaux Euratlantique.

Meriadeck s’engage aux côtés de l’Ecole de la 2ème Chance de Bordeaux-Métropole

Unibail-Rodamco, propriétaire et gestionnaire du Centre Commercial Mériadeck et les Passages, annonce la signature d’une convention visant à faciliter aux stagiaires de l’E2C Bordeaux-Métropole l’accès à des stages et emplois au sein des enseignes de son centre de shopping.

Le groupe décline ainsi localement un partenariat national initié en 2008 avec le Réseau National des Écoles de la Deuxième Chance.

5 ans d’engagement pour l’emploi des jeunes des Ecoles de la Deuxième Chance

Le Groupe Unibail Rodamco, premier groupe immobilier commercial en Europe, est engagé depuis 2008 aux côtés de la Fondation des Ecoles de la 2ème Chance et du Réseau national E2C-France dans une démarche citoyenne de participation à l’insertion professionnelle et sociale des jeunes issus des Ecoles de la 2ème Chance.

Les écoles de la 2ème Chance proches de centres commerciaux gérés par le Groupe Unibail Rodamco peuvent, depuis la signature de cette première convention (renouvelée en 2013), bénéficier de l’appui du groupe, pour l’obtention d’un stage ou d’un emploi liés aux métiers du commerce ou de la restauration. Unibail Rodamco intervient comme interface entre ses centres de shopping et ses entreprises partenaires, afin de promouvoir l’image des Ecoles de la 2ème Chance auprès des professionnels et d’initier le recrutement de ces élèves…

Lire la suite sur emploi-bordeaux.fr

L’emploi dans le petit commerce en Gironde résiste

Une étude du conseil général de la Gironde et de l’Insee montre que le petit commerce résiste à la pression des grandes surfaces.

La Gironde est soumise à une forte pression d’implantations de grandes et moyennes surfaces depuis plus d’une décennie. Le conseil général de la Gironde a mené, avec l’Insee, une enquête sur l’évolution des commerces ces dernières années, afin de nourrir sa réflexion sur l’avenir de l’urbanisme commercial. On y voit notamment que l’emploi dans le petit commerce résiste plutôt bien.

Les boulangeries-pâtisseries créatrices d’emplois. La part de l’emploi salarié dans le petit commerce reste globalement stable entre 2004 et 2011, et, grâce à une légère dynamique d’implantations, ce secteur a créé quelque 500 emplois sur cette période. Malgré un léger recul du nombre de boulangeries-pâtisseries, ces commerces représentent la moitié des créations nettes d’emplois salariés des petits commerces sur cette période (+ 260). L’augmentation de l’emploi salarié repose ensuite sur les alimentations générales et les autres commerces en magasin spécialisé (épiceries fines ou bio, commerce de glaces, fromagers, épiceries exotiques,…) qui se développent fortement sur le département (+40% d’établissements en sept ans). Ces deux activités génèrent un tiers des nouveaux emplois salariés du petit commerce alimentaire…

Lire la suite de l’article de Mickaël Bosredon sur 20minutes.fr

Qu’est-ce qu’un développeur web ?

Florent Paret nous explique le métier de développeur web avec Baptiste Levesque de Biwibiz :

Rencontres Emploi Handicap : L’offre et la demande réunies à Bordeaux

Le 19 novembre, se tenaient au Hangar 14 à Bordeaux les 7e Rencontres Emploi Handicap.

Organisé par la Maison de l’emploi de Bordeaux, ce rendez-vous annuel permet de rapprocher l’offre et la demande concernant le marché de l’emploi des personnes handicapées. Plus de 60 stands étaient installés pour rencontrer et échanger avec le public handicapé.
 Pour ce dernier, c’était l’occasion d’identifier les offres d’emplois proposées (gestionnaire de ressources humaines, électricien, téléconseiller, mécanicien monteur, consultant informatique) par diverses entreprises telles que Bouygues Telecom, La Poste, SNCF, CDiscount, ERDF, EDF, le CHU de Bordeaux ou le Crédit Agricole d’Aquitaine, mais aussi de préparer son entretien, de poser sa candidature, de se renseigner auprès d’organismes spécialisés…

Lire la suite sur Bordeaux7.com

Emploi : Le guide de l’e-réputation pour sa recherche d’emploi à Bordeaux

La Maison de l’Emploi de Bordeaux propose un judicieux guide pour la recherche d’un travail.

Une récente enquête réalisée par la Maison de l’Emploi de Bordeaux intitulée « Recrutement et identité numérique : quelles pratiques » souligne que plus de la moitié des sondés vérifient sur un moteur de recherche l’e-réputation d’un candidat. Une pratique en augmentation constante. Pour aider les demandeurs d’emploi bordelais dans l’obtention d’un travail la Maison de l’Emploi de Bordeaux a conçu « Le guide de l’e-réputation pour sa recherche d’emploi à Bordeaux ».

« Quelle doit être mon identité professionnelle ? » « Quels messages transmettre à mes cibles, par l’intermédiaire de quels outils ? » « Vers quelles sources m’orienter pour obtenir les infos et contacts dont j’ai besoin ? » Tant de questions abordées dans ce document dans lequel figure aussi un mémo permettant de rédiger son parcours numérique personnalisé et des liens utiles pour repérer les hubs Viadeo et Linkedin à connaitre pour trouver un emploi à Bordeaux, les pages Facebook et Twitter à suivre localement, etc…

Lire la suite de l’article sur sudouestnumerique.net

Handiperformance : de l’handicap à l’entrepreneuriat

« Je ne suis pas du genre à renoncer.» Souriante mais déterminée et sûre d’elle, Agnès Randon raconte son histoire sans fausse pudeur. Depuis février 2012, cette mère de famille aujourd’hui handicapée s’est lancée dans l’entrepreneuriat.

Handiperformance, sa société, en laquelle elle croit dur comme fer, affiche un double objectif : « je fais de la formation et du conseil aux entreprises sur la thématique du handicap, explique-t-elle. Et de l’autre côté, j’aide aussi les personnes en situation de handicap dans leur recherche d’emploi ou leurs démarches administratives.» Après un an et demi d’activité, le bilan en aurait découragé plus d’un, avec une clientèle encore trop maigre et la concurrence involontaire d’organismes contre lesquels elle ne lutte pas à armes égales. « La maison de l’emploi de Bordeaux m’a décerné le prix de l’entreprise citoyenne dans la catégorie handicap donc je ne perds pas espoir, souflle-t-elle. Je vais y arriver.»…

Lire la suite de l’article sur bordeaux7.com

Emploi : l’association Force Femmes aide les femmes de plus de 45 ans à rebondir

L’association Force Femmes accompagne et soutient les femmes de plus de 45 ans dans leurs démarches de retour à l’emploi et de création d’entreprise.

Créée en octobre 2005 par des femmes chefs d’entreprise, Force Femmes est née d’une dynamique collective de solidarité de femmes qui ont désiré s’engager personnellement sur le thème de l’emploi. Force Femmes traduit l’idée que les femmes de plus de 45 ans représentent une force pour l’entreprise.

Forum emploi à Bordeaux : un gigantesque job dating avec 5 000 candidats

Des professionnels ont recruté la semaine dernière place Pey-Berland. Plutôt que le CV, les embauches se font par le dialogue et autres tests.

Béatrice a longtemps travaillé en caisse dans la restauration collective. Inscrite à Pôle emploi depuis juin et à quelques années de la retraite, elle cherche un emploi d’hôtesse de caisse dans la grande distribution. Elle a suivi des réunions d’information, elle consulte les petites annonces. Hier, elle était place Pey-Berland dans la foule du 3e Forum de l’emploi des métiers du commerce et de l’artisanat.

Certains sont arrivés dès 8 heures, deux heures avant l’ouverture de ce gigantesque job dating. Entre 5 000 et 6 000 candidats ont fait la queue, une ou plusieurs fois, en espérant décrocher un emploi de téléconseiller chez Laser Contact, d’employé de libre-service chez Auchan, de vendeur spécialisé à la Fnac, de « marketeur » chez Cdiscount, de fleuriste au Jardin des fleurs, d’hôte de caisse chez Carrefour…

Le commerce est « le premier employeur de Bordeaux », souligne Christian Baulme, président de La Ronde des quartiers. Hier, 27 entreprises étaient venues embaucher 850 employés. L’an dernier, elles étaient un peu moins de 20 pour 600 emplois proposés…

Lire la suite de l’article de Michel Monteil sur sudouest.fr

Bordeaux 2ème du Palmarès des 50 villes où il fait bon vivre

Refaire sa vie, quitter Paris ou changer de région, beaucoup y pensent, et à tout âge. Découvrez le palmarès L’Express des 50 villes où il fait bon vivre.

Partir, oui, mais où ? C’est la question que se posent des milliers de personnes, en particulier des Franciliens, sans savoir forcément y répondre. « Ce n’est pas un phénomène marginal. D’après les chiffres de l’Insee, plus de 200 000 personnes quittent chaque année la région parisienne », constate Antoine Colson, fondateur du salon Provemploi, destiné à tous ceux qui souhaitent « vivre et travailler en province ». La 6e édition aura lieu en octobre à Paris. L’an passé, 8000 personnes l’avaient visité et les organisateurs les ont interrogés sur leur démarche. Depuis quand avaient-ils le projet de quitter Paris? Où se sont-ils installés? Tous n’ont pas répondu mais les 1500 réponses reçues sont pleines d’enseignements…

Découvrez le palmarès sur lexpress.fr

Emploi : Le quartier Ginko veut créer du lien social

Avec ses 32 hectares de terrain, le nouvel éco-quartier de Bordeaux ne veut pas rester en vase clos. Déjà pendant toute la durée du chantier, les habitants des quartiers voisins ont été impliqués : emploi, environnement, concertations. Le nouveau quartier Ginko a été inauguré, ce vendredi soir à coup de concert et de feu d’artifice.

« Le lien social sinon rien » : on pourrait donner ce crédo à Bouygues Immobilier, la ville de Bordeaux et la Communauté urbaine de Bordeaux lorsqu’ils ont conçu l’éco-quartier Ginko.

Le lien social dans les emplois

Sur les 150 embauches depuis le début des travaux, 40 concernent des emplois d’insertion : bâtiments, espaces verts, agents de sécurité, concierge, restauration des ouvriers du chantier… Ces emplois ne sont pas tous pérennes, mais les salariés sont suivis par la maison de l’emploi sud-de-Bordeaux. In fine, c’est 2 000 emplois qui devraient être signés dans le quartier.

Le lien social entre voisins

Ou du moins la mixité sociale, avec l’accession à la propriété ou à la location sous différentes formes : prêt locatif à usage social, logements en accession libre ou sociale…

Lire la suite de l’article sur francebleu.fr