Les vins de Bordeaux misent sur le digital

Le numérique est en passe de révolutionner le monde prestigieux des grands vins de Bordeaux. En trois ans, pas moins de 13 start-up proposant des applications dédiées au secteur sont nées sur les bords de la Garonne.

Vingt-trois bouteilles de vin de Bordeaux se vendent chaque seconde dans le monde. Dont 42% à l’étranger et 58% en France. La filière vinicole bordelaise pèse 4,3 milliards d’euros de chiffre d’affaires. Pour préserver son leadership mondial, alors que la concurrence internationale est féroce, le Bordelais, épaulé par les collectivités locales, investit donc allègrement dans les nouvelles, technologies, à commencer par le numérique.

En juin dernier, afin de structurer la filière, a ainsi été lancé « Wine Startups », un réseau composé de 13 jeunes pousses bordelaises proposant des services numériques liés au vin et représentant déjà 80 emplois. Parmi elles, Qual’ID a développé un système de traçabilité unique de lutte contre la contrefaçon pour les grands vins, qui fonctionne avec la technologie NFC (Near Field Communication). Ses nouveaux outils sont vite devenus indispensables. À l’image de « Wine Services », qui offre aux propriétaires de grand cru classé (Yquem, Cheval Blanc, Angelus…) un suivi précieux de leurs produits dans le monde entier (sont-ils à la carte des meilleurs restaurants internationaux ? prix moyens dans les pays, etc.) : « Nous sommes les seuls à produire nos propres données, en allant les collecter dans les restaurants et caves du monde entier », souligne Guillaume Forcade, directeur des opérations…

Lire la suite de l’article de Nicolas César sur latribune.fr

Mollat se renforce grâce à son tournant digital

Installée à Bordeaux depuis plus d’un siècle, la plus grande librairie indépendante de France, Mollat, a su faire face à l’arrivée de la Fnac, de Virgin et du numérique.

310 000 livres sur 2 700 m², 18 kilomètres de linéaires. Bienvenue dans le « labyrinthe » de Mollat. L’une des « plus-values » de la maison, ce sont ses 55 libraires confirmés (bac + 4 minimum), capables de guider le grand public comme les chercheurs. Tout est fait pour personnaliser l’accueil. Nombre d’ouvrages sont ornés de leurs commentaires. Cette proximité avec le lecteur paie. En 2012, Mollat, avec un chiffre d’affaires de 25,5 millions d’euros, a encore réalisé des bénéfices. Alors que le secteur est en pleine crise : en un an, l’activité a reculé de 1,5 % ; entre 2003 et 2010, le taux de rentabilité moyen d’une librairie a été divisé par trois. Il est tombé à 1,1 %.

L’ARRIVÉE DE LA FNAC PUIS DE VIRGIN

À écouter le patron, Denis Mollat, la recette de ce succès paraît simple : « Pour être un bon libraire, il faut un maximum de références et toujours plus de libraires. » Dans les faits, ce fut plutôt une rude bataille. Lorsqu’il succéda à son père en 1989, il dut affronter une concurrence « féroce » avec l’arrivée à Bordeaux de la Fnac en 1985, puis de Virgin en 1990, à 200 mètres…

Lire la suite de l’article de Nicolas César sur la-croix.com

CMS Vacances parie sur le support client et la solide expertise technique : la recette d’une croissance à deux chiffres

Découvrez comment l’entreprise CMS Vacances a su surfer sur la vague du digital pour s’adapter aux nouveaux comportements de consommateurs « connectés », trouver son modèle économique et faire ainsi face aux évolutions du marché.

Pourquoi parler de « quartiers numériques » ?

La ministre Fleur Pellerin était en visite hier à Bordeaux pour valoriser la dynamique des territoires.

Fleur Pellerin est à Bordeaux. Sa visite officielle a pour objectif de « rencontrer les acteurs de l’écosystème numérique bordelais, et saluer le travail réalisé par la Communauté urbaine de Bordeaux et la Région Aquitaine pour faire de Bordeaux et sa région une métropole numérique reconnue à l’international ».

Il est vrai que la ville, jadis berceau du jeu vidéo, dispose de belles pépites que FrenchWeb a pu déceler lors du traditionnel FrenchWeb Tour : ConcoursMania, leader du jeu-concours sur internet avec plus de 15 millions d’euros de chiffres d’affaires, ou encore Immersion, une société spécialisée dans la 3D immersive sur différentes surfaces, lancée il y a 18 ans, en croissance de 18%/an. Immersion, qui est d’ailleurs sur la roadmap de la Ministre ce lundi.

Le numérique à Bordeaux, c’est par ailleurs la première région de France, pour la part budgétaire consacrée à la recherche et à l’innovation par habitant. La région Aquitaine est la deuxième région la plus connectée après l’Ile de France. La filière numérique y est estimée à plus de 3 700 entreprises employant 23 000 personnes (+14% d’évolution des emplois numériques en 2011), dans les secteurs de l’e-santé (1ère région française), des jeux vidéo, du mobile, de la géo-localisation et du transport intelligent, sans oublier bien sûr, l’innovation dans le vin, le fleuron français qui dispose aujourd’hui d’un cluster planté au milieu des vignes, abritant chercheurs et startups….

Bordeaux-Paris en deux heures

En 2017, Bordeaux sera reliée à Paris en seulement 2h00 de TGV. De fait, les prix de l’immobilier tendent certes à grimper, mais ils restent extrêmement attractifs aux yeux des parisiens, et notamment des entrepreneurs fatigués de la capitale qui leur coûte à tous points de vue : on estime que 15% des effectifs des startups à Bordeaux sont des des ex-parisiens, ayant accepté de baisser (un peu) leur salaire, pour une qualité de vie meilleure.

A Bordeaux toujours, le siège de Yummypets, cette start-up qui a développé un réseau social pour animaux (plus de 120 000 membres), est basée en plein centre-ville. Une aubaine pour cette société qui emploie une quinzaine de personnes.

Plus que des « quartiers numériques », les villes de France ont toutes leur carte à jouer dans le rayonnement de la France sur le secteur de l’innovation, notamment pour l’implantation des laboratoires R&D, des datacenters, et des supports techniques. Là où les coûts et les charges y sont moins élevés, et la formation au niveau attendu des sociétés et PME innovantes. On pourrait presque penser que le label du « Paris capitale de l’innovation » ne pourrait se passer de ses connexions avec la province…

Lire la suite de l’article de Marion Moreau sur frenchweb.fr

Bordeaux fête les Journées du Patrimoine des Startups 2013

Les Journées du Patrimoine Des Startups, ce sont 3 journées portes ouvertes pour découvrir le monde des start-ups françaises. A Bordeaux, plus d’une dizaine de startups ouvriront leurs portes les 12 et 13 septembre.

Fin de semaine prochaine, comme depuis 1991, auront lieu les journée du patrimoine, une manifestation instaurée par le Conseil de l’Europe. Mais en parallèle, les 12, 13 et 14 Septembre 2013 se déroulera les Journées du Patrimoine des Startups.

Pour Marc-Arthur Gauthey, organisateur de l’événement, le message est clair : « le patrimoine de la France, c’est avant tout sa jeunesse, son dynamisme, ses talents, ses entrepreneurs »C’est pourquoi il est possible dès maintenant de s’inscrire sur JPDS.fr pour découvrir les coulisses de l’écosystème start-ups français.

JPDS version 2.0

Cette deuxième édition des Journées du Patrimoine des Startups profite évidemment de la notoriété d’une première édition réussie pour s’étendre dans toute la France. En effet, des entrepreneurs sont spontanément venus se manifester auprès de l’équipe des JPDS pour proposer leur aide et fédérer une ville à participer cette année. Cet événement n’est donc en aucun cas réservé aux parisiens et vous êtes vivement invités à jeter un oeil aux start-ups participantes dans votre région.

Objectifs des JPDS

On pourrait se laisser tromper par le nom pompeux de Journées du Patrimoine des Startups… mais cet événement est absolument sans prise de tête, emprunt de convivialité et de bon esprit. Les objectifs sont multiples pour l’équipe des JPDS : à la fois transmettre l’envie d’entreprendre, faire découvrir l’univers des start-ups pour satisfaire la curiosité de tous, valoriser l’entrepreneuriat, susciter des vocations et briser des idées reçus…

Programme et inscriptions 

Lire la suite de l’article de Valentin Pringuay sur presse-citron.net

Digital : Le groupe Caisse des Dépôts partenaire de Metro’num à Bordeaux

La Caisse des Dépôts et Transdev sont partenaires de Metro’num, 2ème rencontre des services numériques urbains et territoriaux, qui se tiendra les 19 et 20 septembre à Bordeaux.

Plus de 3 000 décideurs nationaux et acteurs des villes et des territoires y échangeront sur leurs expériences et pratiques dans le domaine des services innovants. A l’heure où de nombreuses métropoles dans le monde se sont engagées sur la voie de la ville optimisée grâce au numérique, et où la technologie offre chaque jour de nouvelles applications, ils aborderont les thèmes suivants :

Espaces et territoires : quels villes et territoires intelligents voulons-nous construire ?
Mobilités : quelles mobilités voulons-nous pratiquer ?
Hommes et territoires : quelle relation à l’autre voulons-nous créer ?

Le 20 septembre, Xavier Roland-Billecart directeur régional de la Caisse des Dépôts, participera à la remise des Coups de Cœur Metro’num, suite à l’appel à projets initié par la Caisse des Dépôts et lancé en début d’année auprès d’entrepreneurs innovants. Cette opération permettra à trois entreprises innovantes de bénéficier d’une tribune et d’une vitrine pour développer des synergies et des opportunités d’affaires avec tous les acteurs des services numériques urbains…

Lire l’article sur directgestion.com

[Vu sur le net] Pourquoi Bordeaux attire les entrepreneurs de l’économie numérique

Capture d’écran 2013-03-10 à 20.28.38

 

Bordeaux Ville numerique attractive, ce sont encore les entrepreneurs qui en parlent le mieux : « Il y a beaucoup d’initiatives de la municipalité [bordelaise], avec des élus très sensibilisés », explique Mathieu Llorens« Nous avons notamment des projets d’espaces numériques, des investissements importants dans les infrastructures techniques, avec plusieurs centres de données en projets », poursuit le président d’AT Internet

Lire la suite sur LeMonde.fr

Octopepper crée Yummypets, le 1er réseau social dédié aux animaux domestiques

Octopepper s’est démarqué dans l’univers du numérique en créant Yummypets, le 1er réseau social dédié aux animaux domestiques.