Le Campement : la pépinière d’entreprises Darwin est une « fourmilière vertueuse »

A première vue : un hamac, et des tentes. Derrière, des fourmis à l’œuvre, au téléphone, en discussion, devant leur écran sur des bureaux en matériaux recyclés. Et en lettres géantes posées sur le sol du premier étage du nouveau bâtiment réhabilité de la caserne Niel : Le Campement. C’est le nom de la nouvelle pépinière d’entreprises (la troisième après celle des Chartrons et de Sainte-Croix) de la Ville de Bordeaux.

Vous ne trouverez ici aucun fabricant de matériel de camping. « Le Campement fait allusion au fait qu’on ne reste pas ad vitam æternam dans ce lieu mais qu’on s’y ressource », résume Jean-Marc Gancille, directeur du développement durable du groupe Évolution et cofondateur du Darwin Eco-système.

L’idée de campement, souvent en pleine nature, va également bien avec la philosophie de la pépinière dédiée au développement durable et à l’innovation d’usages. Dix entreprises y ont pris place depuis son inauguration fin février. Parmi les premiers Campeurs, il y a OriginBy, marque de mode éthique, Someone, marque de chaussures françaises, Yooji qui produit et commercialise des aliments bio pour enfants, Happy Capital plateforme de crowdfunding sous forme de capital ou encore Enercoop Aquitaine, fournisseur d’électricité éthique et écologique…

Lire la suite de l’article de Laurie Bosdecher sur sudouest.fr

Soutien à l’entrepreneuriat féminin à Darwin

Ce lundi 17 mars à 11h, aura lieu à l’espace Darwin, une remise de prix à deux créatrices d’entreprise innovante de Bordeaux Aquitaine Pionnières grâce au soutien de la Fondation Entreprise et Solidarité.

Jacques Mouton, président de la fondation, aura l’honneur de remettre le prix « coup de cœur » à Handiperformance, entreprise de sensibilisation des employeurs au handicap et le prix « coup de pouce » à L’Airial, spécialisé dans la conception de luminaires en bois personnalisables.

Cet évènement, qui réunira l’ensemble des créatrices hébergées, partenaires institutionnels, membres du conseil d’administration de Bordeaux Aquitaine Pionnières et la Fondation Entreprise et Solidarité, vise à promouvoir l’entrepreneuriat féminin et encourager les initiatives. En effet, Bordeaux Aquitaine Pionnières, association dont l’objectif est d’aider les femmes à créer leur entreprise a pour objectif d’œuvrer pour l’égalité professionnelle et de favoriser la création d’emplois durables en soutenant la création par des femmes de sociétés à fort potentiel de développement. Structure récente mais d’ores et déjà reconnue, avec 10 sociétés créées et 7 lauréates à un concours de création d’entreprise en Aquitaine, elle fait partie intégrante de l’écosystème Bordelais et travaille en lien avec de nombreux acteurs de l’accompagnement ainsi qu’avec les différents réseaux de chefs d’entreprises.

Entreprise et Solidarité, fondation d’entreprises, a pour vocation d’apporter une aide à la création et au développement de très petites entreprises. Elle s’investit pour réunir des fonds et aider les associations œuvrant dans l’accompagnement d’initiatives entrepreneuriales. Elle veut donner un sens à la notion de partage de valeurs, en apportant une réponse majeure à l’épanouissement des hommes et des femmes qui entreprennent pour s’en sortir.

A travers leur partenariat, ils s’efforcent de soutenir les créatrices d’entreprise par des contributions financières attribuées sous forme de prix. En célébrant cet évènement, ils souhaitent contribuer à la promotion de l’entrepreneuriat féminin qui, bien qu’en progression, reste largement insuffisant avec 30% de créatrices et 10% seulement de femmes accueillies en incubation.

Vous avez un projet de création d’entreprise ou vous souhaitez vous investir à nos côtés ?

Vous pouvez contacter Christine Panteix, Responsable de l’incubateur Bordeaux Aquitaine Pionnières et de l’accompagnement / animation de la pépinière « Le Campement »

Inauguration du « Campement », pépinière d’entreprises à Darwin

A l’occasion de l’inauguration de la nouvelle pépinière d’entreprises consacrée aux métiers de l’économie verte et du développement durable à Darwin aujourd’hui à 18h30, Christine Panteix, responsable de Bordeaux Aquitaine Pionnières, nous en dit plus sur l’accompagnement des entreprises hébergées.

Bxeco : Pourquoi l’incubateur « Bordeaux Aquitaine Pionnières » a t-il décidé de prendre en charge l’accompagnement des entreprises aux côtés du groupe Evolution ?

Christine Panteix : C’est le groupe Evolution, qui nous connait bien (l’incubateur est situé dans l’écosystème Darwin) qui nous a sollicité. Notre participation est assez naturelle. Notre cœur de métier est l’accompagnement et l’hébergement d’entreprises, portées par des femmes (dans un souci de mixité dans l’entrepreneuriat). Pour nous, c’est à la fois une reconnaissance du travail accompli depuis deux ans et un nouveau challenge extrêmement motivant.

Qu’avez-vous appris de l’accompagnement d’entreprises au travers des réseaux professionnels de femmes entrepreneures ?

Que chaque accompagnement est différent, souvent passionnant, parfois difficile. Il faut prendre le temps d’écouter et ne pas hésiter à bousculer. Etre là pour alerter et rassurer, donner des outils et faire un vrai suivi, remotiver… Et surtout mettre en lien, parler des belles réussites et féliciter quand ça marche ou que l’entrepreneur rebondit ! Et cela ne vaut pas que pour les femmes entrepreneures !

Quels que soient leurs profils ou leurs expériences, les femmes ont souvent plus de freins à la création. Une peur du risque accrue, une moindre confiance en soi et une conciliation professionnelle / personnelle plus compliquée (encore aujourd’hui). Il y a peu, les femmes étaient également moins présentes dans les réseaux professionnels, où circulent des informations stratégiques. Bref, les créatrices, souvent perfectionnistes, ont en général des dossiers plutôt bien ficelés. Mais il faut un coup de pouce supplémentaire pour qu’elles se donnent le droit d’avoir des projets plus ambitieux et qu’elles sautent le pas.

Quelle va être la valeur ajoutée spécifique amenée par « Bordeaux Aquitaine Pionnières » au sein de cet écosystème ?

Dans un premier temps nous apportons une expérience de l’accompagnement et de l’animation d’incubateur ou de pépinière dans le secteur des services innovants. En effet, Marie-Christine Bordeaux, présidente de Bordeaux Aquitaine Pionnières est également co-fondatrice et présidente de Paris Pionnières, qui accompagne des entreprises de l’émergence à quatre ans d’existence depuis 2005.

Ensuite, une méthodologie d’accompagnement qui se veut différenciante, et que nous essayons constamment d’améliorer. Enfin l’habitude de travailler avec de nombreux réseaux, encore accentuée depuis que nous sommes à Darwin et qui va se décliner au quotidien dans la pépinière. Nous pouvons aussi espérer encourager la mixité dans la pépinière grâce aux entreprises créées par des Pionnières, qui pourront pour certaines y entrer!

Concrètement, quel accompagnement sera apporté aux entreprises au sein de la pépinière ?

Nous ferons du sur-mesure en fonction des besoins des jeunes entreprises en mixant les indispensables rendez-vous individuels, du collectif « formel » type ateliers ou rendez-vous d’affaire et du collectif plus « convivial », ce qu’on sait très bien faire à Darwin !

De nombreux intervenants participeront à l’accompagnement: les consultants travaillant déjà avec nous, les membres de POLLENS (Aquitaine Active, ATIS, L’autre entreprise, le MOUVES ) ainsi que les Darwiniens qui pourront être amenés à tutorer certaines jeunes entreprises. L’animateur de la pépinière sera le chef d’orchestre de l’accompagnement, pour garder le tempo et vérifier que l’accompagnement soit le plus pertinent possible. Nous attendons aussi que les « campeurs » soient force de proposition et que des besoins non encore identifiés émergent. La pépinière doit être un laboratoire au service du développement des jeunes entreprises qui y seront hébergées. Les croisements de « mondes » devraient amener beaucoup de créativité dans ce lieu !

Inscription à l’inauguration 

Pépinière de Darwin : « Bordeaux suscite et attire incontestablement les initiatives »

La Pépinière d’entreprises de Darwin sera inaugurée le 28 février à 18h30. Après Sylvain Barfety c’est au tour de Jean Marc Gancille, directeur du développement durable du Groupe Evolution et co-fondateur de DARWIN, de nous présenter la pépinière « d’innovation d’usage ».

Bxeco : Quelle sera la spécificité de la pépinière de Darwin ?

Jean-Marc Gancille : La pépinière s’adresse à toutes les formes d’initiatives s’inscrivant dans le champ du développement durable et de l’innovation d’usages. Elle concerne également les alternatives économiques crédibles aux modes de consommation et de production actuels. La pépinière s’intègre dans un éco-système entrepreneurial dynamique composé de TPE et de PME. Elles assureront un mentorat décisif auprès des porteurs de projet. Elle s’applique à elle-même les valeurs qu’elle prône :

  • Economie de moyens : l’aménagement et la gestion du lieu seront particulièrement « éco-responsables”
  • Cohésion sociale : une entreprise d’insertion – la conciergerie solidaire – assurera la gestion logistique du lieu et ses services au quotidien
  • Transition écologique : la pépinière s’inscrit pleinement dans le programme de transition écologique mis en place au sein de Darwin

En quoi la pépinière vient-elle compléter l’écosystème Darwin ?

Elle permet d’accueillir des projets qui peuvent accéder à un éco-système favorable à leur développement (avec une décôte substantielle du loyer). Les jeunes pousses pourront ainsi côtoyer des entrepreneurs établis et participer à des formes de coopération économiques inédites, solidaires et créatives.

Numérique, innovation d’usage, développement durable : en quoi ces dimensions sont-elles complémentaires ?

Mutualisation, collaboration, frugalité, participation… sont au coeur des nouveaux modèles entrepreneuriaux responsables. Les outils numériques agissent comme des accélérateurs et rendent possible ces principes fondamentaux de l’innovation. Tout est interdépendant. Pas de modèle crédible sans innovation réelle. Pas d’innovation réelle sans utilité avérée. Pas d’utilité avérée sans maîtrise de l’ensemble des externalités sociales et environnementales négatives d’un projet. La boucle est bouclée !

Quelle est votre vison de l’entrepreneuriat à Bordeaux ? Ressentez vous une dynamique particulière au niveau de l’agglomération ?

Nous accueillons chaque jour au sein de Darwin des porteurs de projets économiques en quête de sens dans leur démarche. Bordeaux suscite et attire incontestablement les initiatives. C’est un territoire devenu fertile. Beaucoup de projets restent néanmoins fragiles et méritent un accompagnement spécifique pour s’épanouir. La Ville de Bordeaux a bien perçu cette réalité et ce besoin spécifique. En choisissant DARWIN elle s’est donnée les meilleures chances de réussir

Inscription à l’inauguration de la pépinière

Quelle sélection à l’entrée de la pépinière d’entreprises de Darwin ?

Avant l’inauguration officielle de la Pépinière d’entreprises de Darwin le 28 février 2014, nous avons rencontré 3 des ces principaux acteurs. Cette semaine c’est Sylvain Barfety, directeur du développement économique du Groupe Evolution – DARWIN Ecosystème, qui nous en dit plus sur les critères de sélection pour intégrer la pépinière.

Bxeco : Une pépinière est d’autant plus attractive d’autant qu’elle accueille des projets de qualité, comment allez-vous les attirer ?

Sylvain Barfety : Effectivement, la qualité des projets est essentielle à l’émulation au sein de la pépinière. Nous comptons sur la diversité de notre groupement pour une appréciation variée des candidatures que nous recevons. Concernant l’attractivité de la pépinière, nous comptons sur plusieurs facteurs :

  • Le Darwin Ecosystème (plus de 90 entreprises et associations) est en soi une forte source d’attractivité pour les entreprises qui cherchent un lieu attractif et différenciant et où elles puissent développer rapidement leur réseau et compléter leurs compétences. Afin de renforcer ce lien, nous avons mis en place un système de parrainage entre l’association Les Darwiniens (qui regroupe les structures locataires de Darwin) et les structures de la pépinière.
  • Par ailleurs le Groupement Evolution / Bordeaux Aquitaine Pionnières / Conciergerie Solidiaire / Polens qui gère la pépinière bénéficie d’un vaste réseau diversifié et complémentaire. Il sera pleinement mis à contribution pour diffuser et réunir autour de ce projet commun.
  • Le lieu et l’offre de la pépinière Darwin seront par ailleurs largement relayés dans le cadre d’une communication mutlimédia plus classique. Ainsi que par la présence de l’animateur sur les différents événements s’y rapportant.

Quels seront les critères retenus pour choisir une entreprise ?

La pépinière Darwin est dédiée aux métiers de l’innovation d’usage et du développement durable. Les entreprises devront donc impérativement s’inscrire dans ces secteurs d’activités. Au delà de ce périmètre, notre volonté est de favoriser l’émergence de projets porteurs d’une forte dynamique de partage et d’intérêt général. Aussi serons nous très attentifs à l’émergence de ce type de projets, en particulier ceux qui s’inscrivent dans la dynamique de l’économie sociale et solidaire.

La création d’emplois devra également être une priorité du développement des structures hébergées. Les modalités de sélection des entreprises sont reprises sur le site du Darwin Ecosystème en attendant la finalisation du site internet qui lui sera dédié.

Faut-il être bordelais pour postuler ?

Non, nous sommes ouverts à tous.

Nous avons compris qu’il est préférable d’être une entreprise pour postuler, une association pourra-t-elle tout de même poser sa candidature ?

Le type juridique de la structure n’est pas un critère de sélection : associations, coopératives, groupements, entreprises… tous les modèles sont les bienvenus. C’est le projet qui est important, pas le montage juridique. Dans ce domaine aussi il y a de l’innovation et nous souhaitons que la pépinière Darwin en soit un laboratoire.

Une pépinière dédiée aux jeunes entreprises du numérique et du développement durable à Darwin

Une pépinière pour jeunes entreprises investies dans le développement durable ouvrira sur le site de l’ex-caserne Niel.

Elle sera dédiée aux jeunes entreprises du numérique, du développement durable, des technologies vertes ou porteuses de « valeurs sociales ». Elle sera ainsi à l’image de la ruche Darwin, installée dans l’ancienne caserne Niel. Celle-ci accueillera en effet début 2014 la troisième pépinière de la ville de Bordeaux.

La ville possède déjà deux pépinières. La première a été ouverte en 2006 avec la Chambre de métiers et de l’artisanat dans le quartier Sainte-Croix. Son but est de permettre la création et le maintien d’activités artisanales en ville. Elle héberge 9 entreprises : ébénisterie, réparation d’automobile, décoration florale, plombier, etc. Huit ans plus tard, 80 % des sociétés nées dans ses locaux sont toujours en activité.

La deuxième pépinière s’est installée en 2010 aux Chartrons et a été créée en partenariat avec l’association Emploi Bordeaux sur le thème de l’écocréativité. A ce jour, 19 entreprises y sont installées. Parmi les derniers venus : So Loon, qui met le concept de réalité augmentée au service du marketing ; Weenote, créatrice d’un logiciel qui rend les données numériques interactives…

Lire la suite de Michel Monteil sur sudouest.fr

Darwin, un étonnant tiers lieu durable à Bordeaux

Darwin est un ambitieux projet de développement durable installé dans les anciens magasins généraux de l’armée, à Bordeaux, dans l’ancienne caserne Niel au bord de la Garonne. Visite de ce lieu unique.

L’écosystème Darwin est plutôt inclassable. A la fois espace de coworking, pôle d’économie créative, cluster dédié à l’économie verte, Darwin agrège plusieurs projets. Il ambitionne d’être « l’avant-garde d’un écoquartier » qui a débuté par la réhabilitation d’un 1er bâtiment il y a quelques mois et la livraison d’un 2nd en octobre dernier. Un premier ensemble de 9 000 m2 où l’on trouve déjà un espace de coworking, une pépinière d’entreprises de la mairie de Bordeaux, un bar-restaurant et les 1ers commerces éco-responsables installés dans le « magasin général ».

Dans le 1er bâtiment, l’espace de coworking affiche complet. Ici pas de coworkers de passage mais des résidents, mélangés à des entreprises qui occupent des petits espaces modulables. Une mixité volontairement choisie pour favoriser les échanges et les interactions…

Lire la suite de l’article de Xavier de Mazenod sur zevillage.net

Darwin lauréat du prix national d’architecture citoyenne en 2013

[Article Sud Ouest] L’Unsfa (Union nationale des syndicats français d’architectes) a créé en 2001 un Prix du projet d’architecture citoyen, qui salue, chaque année en France, une démarche « concertée, exemplaire, témoignant d’un effort de coproduction ».

Pour cette édition 2013, le jury de l’Unsfa a décidé d’accorder ce prix à des Bordelais : les porteurs du projet Darwin, écoquartier dévolu à l’économie verte et aux cultures urbaines, en train d’émerger dans l’ancienne caserne Niel, quai de Queyries.

« Une philosophie »

Rappelons qu’une soixantaine d’organisations (entreprises et associations) ont à ce jour rejoint ce biotope. L’Unsfa, dans un communiqué publié hier, a salué « une philosophie entrepreneuriale alternative et la recherche de la sobriété écologique. »

À l’occasion de cette distinction, Philippe Barre, patron d’Évolution, la société mère de Darwin, et Jean-Marc Gancille, directeur du développement durable, ont expliqué comment ils essaient de faire grandir ce projet en réseau : avec les institutions (un comité de pilotage avait lieu tous les mois et demi), avec les locataires des espaces de travail (réunis dans une association, Les Darwiniens, qui tient son AG le 17 octobre), avec les riverains (les associations bastidiennes organisent par exemple souvent leurs réunions dans les locaux de Darwin), avec des personnalités qualifiées (à travers un comité de soutien), avec des interlocuteurs internationaux (le site est régulièrement visité par des délégations venues d’autres villes européennes), ou encore en se rapprochant, depuis quelques semaines, d’autres lieux bordelais qui se veulent novateurs (Les vivres de l’art, l’Iboat, le Garage moderne…)…

Lire la suite de l’article sur sudouest.fr

Bordeaux Bastide : du foncier à prendre sur la partie sud de l’ancienne caserne Niel

caserne niel 2

Avis aux intéressés : un appel à projets a été lancé pour la transformation des Magasins Généraux Sud, implantés sur l’ancienne Caserne Niel, à Bordeaux Bastide.

Il s’agit des bâtiments situés juste en face de la partie rénovée par Darwin, de l’autre côté de l’allée centrale de la caserne. La Communauté urbaine de Bordeaux a en effet décidé, avec la Ville de Bordeaux, de trouver un opérateur pour cette zone en vue de  reconquérir l’urbanisme de la ZAC Bastide Niel. Celle-ci prévoit l’implantation « d’activités culturelles (800 à 1000 m2 réservés), mais aussi des logements, bureaux, activités de services (commerces, etc.) », explique Jean-Yves Meunier, directeur du pôle Dynamiques urbaines de la CUB. A terme, le projet pourrait offrir entre 12 000 et 18 000 m2 de surfaces de plancher…

Lire la suite sur bordeaux7.com

Bordeaux Bastide : le projet Darwin critiqué, ses patrons répondent

1094530_1757603_460x306

Le projet Darwin, une ruche dédiée aux activités écocréatives, est en plein essor. Les critiques aussi se répandent. Philippe Barre et Jean-Marc Gancille répondent aux question du journal Sud-Ouest.

« Quand vous voulez. On n’a rien à cacher. » La réponse tombe illico après notre demande d’interview, la proposition étant de ne parler « que des sujets qui fâchent ». Ainsi sont les porteurs du projet Darwin,Philippe Barre et Jean-Marc Gancille : directs, intrépides, sûrs de leur fait (et doués pour la com). Les deux compères ont de quoi avoir une certaine assurance. Lancé en 2008, le projet Darwin, une sorte de biotope destiné aux entrepreneurs « verts et créatifs », émerge à une vitesse impressionnante sur les ruines de l’ancienne caserne Niel, quai des Queyries.

Cette ruche est bâtie sur quatre piliers : coopération et mutualisation (52 organisations, soit 200 salariés, voisinent sous les toits de Darwin), gouvernance collective (à travers une association de locataires, Les Darwiniens), transition écologique (climatisation naturelle, récupération des eaux pluviales, tri des déchets…), et innovation.

Ce projet rondement mené est souvent cité en exemple. Il est aussi la cible de critiques feutrées mais récurrentes. Philippe Barre, patron d’Évolution, la société mère de Darwin, et Jean-Marc Gancille, directeur du développement durable, ont répondu point par point à ces bémols…

Lire la suite de l’entretien sur sudouest.fr