Une prépa à moindre stress à Bordeaux

Depuis quatre ans, le lycée Montaigne – 27 classes préparatoires accueillant 1200 élèves – a mis en place une pédagogie individualisée.

« Vous allez beaucoup travailler, il y aura des moments difficiles, mais vous allez y arriver. » Dès son premier jour en classe préparatoire lettres et sciences sociales au lycée Montaigne à Bordeaux, Louise a été rassurée par le discours de ses professeurs. Pour cette jeune Charentaise de 18 ans, qui a eu mention très bien au Bac S, c’est un marathon de deux ans qui commence à un rythme soutenu : trente-cinq heures de cours par semaine et près de quatre heures de travail chaque soir. Le « prix à payer » pour décrocher l’entrée dans une grande école.

Pour aider les étudiants et éviter qu’ils ne lâchent prise en cours d’année, Montaigne a instauré un accompagnement individuel. Dès le début de l’année, le niveau de chacun d’eux est évalué. Ensuite, « nous notons en fonction de la progression de l’étudiant », précise Thomas Verclytte, professeur d’histoire-géographie en hypokhâgne et khâgne. Dans le même esprit, depuis cette rentrée, des groupes de travaux dirigés par niveau ont été constitués pour « rendre les classes plus homogènes » et ne décourager personne…

Lire la suite de l’article de Nicolas César pour La Croix