« News Republic veut occuper une place de leader mondial » Jérome Le Feuvre, directeur général

Entreprise phare de l’économie numérique bordelaise, News Republic se distingue par la croissance fulgurante de son chiffre d’affaires : +1529% en 5 ans. Créée il y a 6 ans, la startup propose une application mobile d’agrégation d’actualités et compte 12 millions d’utilisateurs. Entretien avec Jérome Le Feuvre, directeur général.

news republic

Jérome Le Feuvre, directeur général News Republic

Vous avez reçu récemment le 2e prix du « Deloitte In Extenso Technology Fast 50 Sud ouest », remis aux 3 entreprises technologiques ayant la plus forte croissance de chiffre d’affaires sur les 5 derniers exercices.

Quels sont les leviers de votre « hyper-croissance » ?

Cet indicateur de croissance du chiffre d’affaires témoigne de notre stratégie de développement axée avant tout sur les nouveaux usages et l’international. Pour conserver une position de leader sur nos marchés, nous mobilisons l’essentiel de nos investissements sur de nouvelles implantations et du recrutement de compétences : nous recruterons encore 25 personnes en 2015 et seront présents en Inde et au Brésil, après la Russie et le Canada fin 2014. Il y a une croissance naturelle de nos marchés liée au changement des usages sur les mobiles, en particulier les smartphones. Nous étoffons aussi l’offre en contenus disponibles sur notre application. Enfin, l’accord signé avec le constructeur HTC constitue un accélérateur de croissance puisqu’il intègre notre solution dans l’ensemble de ses téléphones.

Une telle croissance de chiffre d’affaires peut-elle constituer un risque pour l’entreprise ?

Comme beaucoup de startups, le développement de la société News Republic est soutenu par plusieurs fonds d’investissement dont Intel Capital, auprès desquels nous avons levé 4 millions d’euros à l‘automne 2013. Nous sommes en phase de construction d’un marché et d’un modèle économique en lien avec nos partenaires médias. Nos revenus proviennent des recettes publicitaires et des royalties de partenaires. Nous sommes convaincus d’assister à un mouvement de fond sur la consommation de l’information et que l’enjeu est de prendre une place au niveau mondial, d’asseoir notre marque et d’être reconnu par les utilisateurs. Donc, nous nous développons à l’international, nous cherchons des relais de croissance et continuons de grandir : c’est le destin de toute entreprise et le risque 0 n’existe pas.

Le Prix Fast50 est un signal fort et positif adressé aux investisseurs : envisagez-vous une nouvelle levée de fonds ?

En effet, nous repartons en levée de fonds auprès d’investisseurs internationaux afin de poursuivre notre développement dans le monde et la construction de notre marque. Nous sommes par ailleurs lauréats du Pass French Tech qui nous a permis d’obtenir des aides de BPI France et de la Région Aquitaine pour de la Recherche et Développement sur notre moteur de recommandation sémantique : nous souhaitons proposer un service toujours plus personnalisé à nos millions d’utilisateurs.

news republic equipe

L’équipe News Republic

News Republic en chiffres

  • Plus de 1 000 partenaires de contenus sous licence : agences de presse (Reuters, AFP, AP, Bloomberg, Al Jazhira, etc.), groupes médias, sites internet d’information.
  • Permet la lecture de près de 50 000 articles par jour dans l’ensemble des langues couvertes
  • Plus de 600 millions d’articles sont lus par les utilisateurs chaque mois, soit 200 chaque seconde.
  • Plus de 12 millions de personnes à travers le monde consultent l’application

31 salariés, dont une vingtaine à Bordeaux, 4 à San Francisco (Californie), 3 à Londres, Berlin et Madrid, et 2 en Chine.

Wiidii : le « compagnon de vie » virtuel made in Bordeaux

L’engouement pour les assistants virtuels est en plein essor, notamment dans le monde de l’entreprise. Avec le développement de l’intelligence artificielle, le recours aux services d’assistance à distance devrait encore progresser, et les services proposés s’améliorer. C’est le pari de l’application mobile Wiidii, développée par Cédric Dumas et ses sept salariés.

cedric dumas wiidii

Fondateur et gérant depuis sept ans d’une conciergerie privée haut de gamme (Rêvexo-C), Cédric Dumas est un spécialiste de la relation client : « On a acquis un savoir faire précieux pour Wiidii : trouver des solutions très rapidement à des problèmes très concrets ». Ce type de service, concède l’entrepreneur, ne s’adresse toutefois pas au grand public : question de coût et de culture, la conciergerie privée reste perçue comme un luxe pour les plus fortunés.

Avec Wiidii, qui intègrera en janvier 2015 le bouquet de services du Bordeaux Metropole City Pass proposé par l’Office de tourisme de Bordeaux, Cédric Dumas a voulu créer « un assistant personnel de type compagnon de vie accessible à tous (10€ par mois avec test gratuit pendant une semaine, ndlr) et simple d’utilisation grâce à la technologie de reconnaissance vocale : je parle, il me répond », explique l’entrepreneur. Wiidii est disponible sur l’Appstore et Google Play depuis quelques mois.

Service « sur mesure » et personnalisé

Les applications comme Siri, intégrée par Apple dans son iPhone courant 2011, ou Google Now (2012) ont ouvert la voie et démocratisé l’usage de la commande vocale du téléphone mobile. « Mais, pour moi, ce ne sont pas des assistants personnels. Il s’agit de donner des instructions à son smartphone : chercher des informations sur le web, consulter l’état du trafic, lire des messages reçus, etc. », pointe Cédric Dumas.

Wiidii, qui combine les savoir faire d’un être humain à la puissance d’automatisation des machines, mobilise des procédés d’analyse sémantique et d’intelligence artificielle pour gérer des demandes complexes. L’assistant peut répondre à des milliers d’utilisateurs à la fois, qu’il tutoie et nomme par leur prénom.

Il conseille des lieux, prend des rendez-vous, recherche des informations précises et diverses, aide à la réservation. Le tout en un temps réduit : de quelques secondes à 6 minutes maximum. Une sorte de couteau suisse des temps modernes pour un usage en mobilité : idéal pour des touristes à la découverte de Bordeaux. Le grand public pourra également tester l’application dès janvier dans le Living Lab de Cap Sciences.

wiiwii app ecran« L’application comprend l’expression orale courante et dialogue avec l’utilisateur. Au fil du temps, elle le reconnaît et peut personnaliser ses réponses et propositions. Elle s’adapte à sa manière de parler, à ses goûts et à ses critères, par exemple pour réserver un restaurant ou choisir un itinéraire en voiture. L’humain, lui, vérifie que l’algorithme ne se trompe pas dans les réponses qu’il apporte », détaille le créateur.  La base de données (« confidentielle et cloisonnée », selon Cédric Dumas) enregistrant toutes les informations des utilisateurs de l’application de Wiidii enrichit la qualité du service grâce au recoupement d’informations.

Cédric Dumas, qui a réalisé une levée de fonds d’amorçage de 150 000 euros, envisage « un développement exponentiel » de la rentabilité de son entreprise et des embauches à la clé. Il compte s’implanter en France via les acteurs institutionnels du tourisme et les entreprises. Il vise enfin un marché plus restreint mais auprès duquel Wiidii prend tout son sens : les personnes malvoyantes, pour du guidage en temps réel.

L’application a déjà conquis un millier d’utilisateurs.

Boddy, l’application de coaching santé délivré par des pros

Frenchweb a rencontré Jean-Etienne Durand, co-fondateur et dirigeant de Wopata, entreprise de développement d’applications mobiles basée à Bordeaux. Il nous présente « Boddy », l’application mobile qui apporte des conseils de pros sur le sommeil, la nutrition ou encore la dermatologie.

Frenchweb : A quel besoin répond votre application?

Jean-Etienne Durand : Boddy accompagne ses utilisateurs au quotidien sur leur santé, en leur offrant chaque jour la précieuse astuce d’un spécialiste sur les thématiques suivantes : sommeil, enfance, santé de la femme, nutrition et dermatologie. Les conseils sont rédigés par des spécialistes de la santé et sont tous validés par Sylvie Royant-Parola, médecin psychiatre et spécialiste de la santé 2.0. Les utilisateurs reçoivent aussi tous les vendredi un sondage, où ils peuvent comparer en temps réel leurs habitudes avec celles de la communauté Boddy.

 D’où vient l’idée de la création ?

L’idée résulte d’une prise de conscience suite à une expérience personnelle : la frustration que l’on peut ressentir en recherchant de l’information de santé sur Internet. II est très souvent compliqué de trouver de l’information fiable sur les petits soucis de santé que l’on rencontre au quotidien.

Une étude de marché que nous avons effectuée a confirmé cette tendance. Développant des applications mobiles depuis 5 ans pour de grands comptes du secteur de la santé, nous avons décidé de franchir le pas et de devenir aussi notre propre client ! …

Lire la suite de l’interview de Jean-Etienne Durand sur frenchweb.fr

3pages.fr : l’appli qui incite à prendre la plume

« Cette application m’a vraiment aidé à écrire », avoue David Wong. L’application web dont parle cet étudiant bordelais en master de cryptologie s’appelle 3pages.fr.

« J’ai toujours aimé écrire mais je n’arrivais jamais à être constant dans mon écriture », raconte ce jeune homme de 25 ans, qui a créé la plateforme en novembre dernier. « J’ai d’abord commencé à chercher sur le net des sites qui me donnaient des conseils pour écrire et j’ai lu que pour bien écrire, l’important était d’écrire tous les jours », explique-t-il.
« J’ai fini par trouver un site américain qui proposait d’écrire un certain nombre de mots minimum par jour; cela m’aidait, mais il était payant et pas très bien fait. Comme je suis encodeur, je me suis donc dit que je pouvais faire un meilleur site gratuit, basé sur un système de chaîne.»…

Lire la suite de l’article d’Emeline Marceau sur bordeaux7.com

Les applications à venir sur le réseau de transport bordelais

L’exploitant du réseau de transport sur la communauté urbaine de Bordeaux, Keolis, a présenté la semaine dernière aux Rencontres nationales du transport public toutes les nouvelles applications smartphone à venir sur le réseau en 2014.

Vous croyiez avoir tout vu en matière d’application smartphone liées aux réseaux de transports ? De nouveaux services sont en préparation, et arriveront ces prochains mois.

Réserver son V’Cub

La technologie NFC (Near Field communication), qui équipe désormais tous les smartphones depuis un an, va faire son apparition sur les bornes de réservation des vélos en libre-service V’Cub. Après avoir téléchargé l’application sur son téléphone, on pourra donc s’en servir pour retirer son vélo à la station, en glissant le smartphone sur la touche «Accès facile» qui va équiper toutes les stations V’Cub en 2014. «Le service sera réservé aux abonnés à partir de janvier, et une grande campagne pour l’ensemble des usagers sera lancée après Pâques» indique Paul Chaperon, directeur du marketing chez Keolis Bordeaux. «D’une quinzaine de clics pour retirer un vélo, on va passer à 2 clics» résume Erhan Kahraman, responsable projet chez Effia (autre filiale de la SNCF). «Le NFC sera disponible sous Android dans un premier temps, Windows Phone fin du premier trimestre 2014, et BlackBerry fin de premier semestre 2014, ajoute le responsable projet. A terme, on pourra retrouver cette technologie dans d’autres équipements, une montre, un baladeur ou des bracelets…» Paul Chaperon précise que «la phase 2 de ce projet permettra de commander sur l’e-boutique de Keolis son vélo, et de le retirer en arrivant à la station. Il n’y aura plus aucune transaction à effectuer à la borne, ce qui permettra d’accélérer les procédures. Actuellement, il faut compter 1’30’’ pour retirer son vélo.»…

Lire la suite de l’article de Mickaël Bosredon sur 20minutes.fr