Bordeaux, place majeure de la filière aéronautique et spatiale

« Bordeaux va devenir le pôle majeur de l’organisation de l’armée de l’air », annonçait le ministre de la défense Jean-Yves Le Drian en 2014. Les chiffres de la filière aéronautique et spatiale, à Bordeaux et en Aquitaine, annoncent aujourd’hui la couleur : 59 000 emplois, 4 milliards d’€ de CA , 630 établissements spécialisés et 2 500 chercheurs publics et privés (chiffres invest-in-bordeaux).

1639798_3_ad2c_l-achat-en-bourse-du-titre-dassault-permettra_4f65cbef0a2e5dc340e379ffd1fc0646

Photo © AFP/DIBYANGSHU SARKAR


Des pôles technologiques de renommée mondiale


A l’image du campus de Thalès sorti de terre en 2016, représentant un investissement de 200 millions d’€, 2 000 emplois maintenus, le recrutement de 100 personnes et des partenariats avec 200 PME et ETI locaux, Bordeaux et sa région abritent aujourd’hui des sites d’exception.

Bordeaux Aéroparc s’étend sur plus de 1 500 ha à proximité de l’Aéroport de Bordeaux Mérignac et constitue un site technologique majeur de la filière aéronautique. 110 entreprises y sont implantées (Dassault, Thalès, Herakles, Airbus, Sabena…) représentant plus de 15 000 emplois. Il abrite notamment le Technopole Bordeaux Technowest qui accompagne des projets innovants dans le domaine aéronautique-spatial-défense. Il héberge des porteurs de projet en phase de création dans sa pépinière.  De son côté, le pôle mondial de compétitivité Aerospace Valley compte aujourd’hui 880 adhérents. Il propose aujourd’hui un ensemble de savoir-faire et de technologies majeures de l’écosystème ASD tant du domaine civil que militaire.

Des évènements à venir rassemblant les poids lourds mondiaux de la filière

  • Le salon international ADS Show centré sur le MRO Défense et le World Military MRO Exhibition se tiendra les 28 et 29 septembre 2016 à Mérignac
  • La 4ème édition de l’UAV Show, 1er Salon européen des drones civils les 12 et 13 octobre 2016 à Mérignac
  • La 2ème édition des Talents aquitains de l’aéronautique et de l’espace le 29 novembre 2016 à Bordeaux – Je m’inscris
  • Le colloque du transfert technologique entre les industries de l’aéronautique/spatial et du médical MédiSpace le 08 décembre 2016 à Mérignac

Appel à projets lancé par Technowest auprès des étudiants 

La Technopole Bordeaux Technowest basée à Mérignac lance l’appel d’offres « Etincelle » destiné à encourager l’entrepreneuriat chez les jeunes. Vous avez un projet d’entreprise dans les thématiques suivantes ou l’envie de rejoindre une startup ?

  • Aéronautique/Spatial/Défense
  • Eco-technologies
  • Smart cities/ éco-mobilité
  • Bâtiments et matériaux intelligents.

Déposez votre dossier de candidature jusqu’au 8 décembre ici 

Première mondiale : Dassault fait voler un drone militaire avec un Rafale et un Falcon

Le groupe français Dassault Aviation a révélé qu’il avait réalisé le 20 mars 2014 un vol en patrouille du nEUROn, le drone de combat furtif, avec un Rafale et un Falcon 7X.

Dassault Aviation a révélé qu’il avait réalisé le 20 mars 2014 un vol en patrouille du nEUROn, le drone de combat furtif, avec un Rafale et un Falcon 7X. C’est la première fois, explique le groupe, qu’un drone militaire effectue un vol en formation avec d’autres appareils, en l’occurence un Rafale et un Falcon 7X et deux autres appareils de prises de vue qui ont permis de réaliser des images. Celles-ci fascineront tous les passionnés d’aéronautique et le grand public. La vidéo mise en ligne montre le ballet des avions qui se côtoient et évoluent en parallèle puis s’écartent. Tous ceux qui ont l’habitude d’admirer depuis le sol les évolutions de la Patrouille de France apprécieront ces images et ces étonnants angles de vue.

«Un tel vol est très complexe à organiser: pour chacune des figures à enchaîner, il faut que se retrouvent dans un même espace de travail, au même moment, des aéronefs venant de points d’attente distincts et affichant des performances de vol différentes» explique le groupe. «Il a fallu se prémunir des risques d’interférences, comme les turbulences aérodynamiques des appareils entre eux, et des risques de perturbation dans les communications entre le nEUROn et sa station de contrôle au sol» ajoute-t-il…

Lire la suite de l’article sur lefigaro.fr

Dassault Aviation récompensé à Washington

Dassault Aviation, groupe pilier de la filière Aéronautique Spatial Défense (ASD) européenne, dont les équipes évoluent notamment sur le site de Bordeaux Aeroparc, vient d’être récompensé Outre Atlantique pour son programme européen de drone de combat Neuron.

Lors d’une cérémonie organisée jeudi à Washington DC par le magazine américain aéronautique et spatial Aviation Week, Dassault Aviation et la Direction générale de l’armement (DGA) ont été déclarés vainqueurs des Laureate Awards dans la catégorie Défense pour le programme européen de drone de combat Neuron. Dassault Aviation et la DGA ont gagné face à trois autres finalistes : Saab (Gripen Demo program), Northrop Grumman (Battlefield Airbone Communication node) et enfin l’Agence américaine de défense antimissile (MDA).

Ce prix, qui honore les valeurs et l’esprit pionnier de l’industrie aérospatiale et de défense en général, récompense les défis technologiques relevés et les solutions industrielles d’avant-garde imaginées pour développer la première grande plate-forme aérienne furtive en Europe, le démonstrateur technologique Neuron. « Cette distinction récompense l’excellence technologique et de la capacité d’innovation tant étatique qu’industrielles sur le démonstrateur Neuron », a estimé la DGA, qui assure la maîtrise d’ouvrage, dans un communiqué publié ce vendredi…

Lire la suite de l’article de Michel Cabirol sur latribune.fr

Bordeaux Mérignac, nouvel eldorado pour l’aéronautique

Aéroport, industries, défense… Mérignac, le nouvel eldorado ?

« Si nos carnets de commandes se remplissent, l’extension de nos locaux mérignacais se matérialisera. » Pour Eric Trappier, pas question de se laisser abattre. Bien sûr, le PDG de Dassault Aviation regrette que, mi-décembre 2013, l’armée brésilienne ait préféré un appareil suédois au Rafale, son fameux avion de chasse. »Mais nous sommes mobilisés sur la signature d’un contrat avec l’Inde, poursuit-il.Si ce contrat se concrétise, le Brésil n’aura été qu’une péripétie. »

Ce serait – enfin ! – le premier contrat à l’export pour cet avion militaire né en 1986. Surtout, ce contrat avec l’Inde permettrait d’assurer la pérennité de l’usine mérignacaise. C’est ici, où Dassault est installé depuis l’après-guerre, qu’est aujourd’hui assemblé un Rafale par mois, comme le sont aussi 70 Falcone – l’avion d’affaires – par an. Et c’est ici que sont implantées plusieurs dizaines d’entreprises du secteur ASD (aéronautique-spatial-défense), rassemblant environ 8 000 emplois.« A Mérignac, nous tirons un écosystème et nous en sommes fiers », précise Eric Trappier. Le secteur repose en réalité sur trois piliers : « L’aéroport, l’armée et l’industrie, énumère Franck Descoubes, directeur de cabinet du maire de Mérignac.Et chacun de ces trois piliers monte aujourd’hui en puissance. » Ainsi, avec ses 4,57 millions de passagers (+ 4 % par rapport à 2012), l’aéroport voit son trafic augmenter chaque année. L’arrivée de la LGV à l’horizon 2017 a même été anticipée par la construction d’un nouveau terminal destiné à accueillir les compagnies low-cost. La base aérienne 106 accueille plus de 3 000 militaires et civils ; elle héberge depuis 2012 les 800 salariés de la Simmad (Structure intégrée de maintien en condition opérationnelle des matériels aéronautiques de la défense)…

Lire la suite de l’article de Pascal Mateo sur lepoint.fr

Aérocampus Aquitaine, le fleuron de la formation aéronautique

Aujourd’hui, « Aérocampus Aquitaine » est devenu le premier centre de formation à la maintenance aéronautique en Europe et s’implante dans le monde entier.

« Nous venons d’être choisis pour former 400 techniciens par an à la maintenance aéronautique à Dubaï à partir de 2015 », s’enthousiasme Denis Guignot, président d’Aérocampus Aquitaine. L’accord a été signé sur place le 17 novembre au Salon de l’aéronautique.

Dubaï construit actuellement un nouvel aéroport et va y adosser une gigantesque usine de maintenance, où tous les composants d’un avion seront réparés, de la cafetière au moteur. L’investissement global est colossal : 33 milliards d’euros.

Aérocampus sera l’une des pièces maîtresses de cette nouvelle usine de maintenance. Ce premier contrat international va rapporter au campus girondin plusieurs millions d’euros de chiffre d’affaires. Mais c’est aussi la reconnaissance exemplaire du centre de formation de la Direction générale de l’armement (DGA) de Latresne, dans l’agglomération bordelaise…

Lire la suite de l’article de Nicolas César sur la-croix.com

Salon du Bourget : L’aéronautique, c’est plus de 100 000 emplois dans le Sud-Ouest

Alors que s’ouvre le cinquantième salon du Bourget, l’aéronautique affiche aux États-Unis, en Europe et dans notre région, une santé éclatante.

Selon l’Insee, elle faisait déjà vivre l’équivalent de 98 000 salariés à temps plein dans le Sud-Ouest (Aquitaine, Midi-Pyrénées), dont plus d’un tiers dans les grandes entreprises (Airbus, Turbomeca, Dassault, Thales, etc.) et le reste chez les fournisseurs et les sous-traitants. L’Aquitaine ne pesait qu’un peu plus d’un quart de cet ensemble (26 000 emplois), ce qui n’est déjà pas si mal.

Les agglomérations de Bordeaux et de Toulouse concentrent une bonne part de l’énorme potentiel industriel du Grand Sud-Ouest, l’un des tout premiers territoires mondiaux dans ce secteur. Mais, à côté des deux métropoles, d’autres bassins d’emploi tirent leur épingle du jeu. Le Béarn, le Pays basque, le Marmandais, Rochefort abritent des entreprises de taille significative, qui ont su trouver leur place dans ce grand jeu mondial.

Pour la plupart, la période est faste. « Nous étions descendus de 300 à 200 salariés, et nous sommes presque remontés à 400 », indique Roland Potez, PDG de l’entreprise du même nom, à Aire-sur-l’Adour (40), qui réalise des tronçons et des pièces complexes d’avions (portes…), tout en s’étant dotée d’un bureau d’études. « Sur deux ans, la hausse de notre chiffre d’affaires a atteint 61 %, et je pense que ça va se poursuivre », confie-t-il encore…

Lire la suite sur sudouest.fr