Vinipro : « Le salon a tenu ses promesses »

Au-delà des grands crus, Bordeaux a une gamme fournie de bouteilles de 5 à 15 €. Ce premier salon professionnel Bordeaux Vinipro lui était dédié. À confirmer en 2016.

L’idée était en l’air depuis des années dans notre région : créer un salon professionnel dédié au cœur de gamme des vins produits en Bordelais et dans le Sud-Ouest. Soit entre 5 et 15 euros environ la bouteille, prix public. Le premier Vinipro a répondu à cette attente. Ce salon professionnel s’est tenu durant trois jours, de lundi à mercredi, au Parc des expositions de Bordeaux-Lac. Avec 260 exposants (vignerons, coopératives, négociants) venus rencontrer cavistes, restaurateurs, grossistes ou autres importateurs étrangers. Sur les stands, petits et uniformes, du rouge, du blanc sec, des liquoreux, des crémants et autres rosés.

À l’heure des bilans, difficile de trouver des avis vraiment négatifs, même s’il a fallu essuyer les plâtres d’une première édition préparée à la hâte – dernières inscriptions il y a peu, numéros de stands fournis au dernier moment, cartons d’invitation tardifs… (lire la suite de l’article de César Compadre sur sudouest.fr)

Vinipro stand

De son côté, l’Alliance des Crus Bourgeois du Médoc, qui regroupe 250 châteaux, tire un bilan très positif du premier salon Vinipro, égrené de dégustations et de rendez-vous « business » pour les viticulteurs. Frédérique de Lamothe, directrice :

« L’Alliance loue rarement un stand dans ce type d’événement car ils ne permettent pas de mettre en valeur nos 250 châteaux adhérents. Pour Vinipro, nous en proposions 120 en dégustation. Du lundi matin au mercredi soir, le stand n’a pas désempli. Nos carnets de dégustation et nos livrets de promotion était en rupture de stock ! Mais Vinipro a aussi permis des mises en relation très concrètes entre acheteurs et viticulteurs. J’ai vu des acheteurs passer sur le stand le matin, et rencontrer les viticulteurs en fin de journée… Nous avons retrouvé sur le salon les cibles annoncées par les organisateurs : cavistes, sommeliers, grande distribution. Des cibles qui ne sont pas toujours faciles à atteindre. Nous nous attendions à rencontrer des acheteurs français, ou allemands, et avons aussi croisé des asiatiques. Le salon a donc tenu sa promesse : c’est un vrai rendez-vous commercial pour les vins du sud-ouest, avec des participants venus pour acheter et faire du business. »

Leave a Reply

You must be logged in to post a comment.