La fibre entrepreneuriale à Bordeaux

Bertille Savoye est rassurée. A vrai dire, la jeune femme n’était pas vraiment inquiète mais après avoir répondu aux 48 questions censées déterminer si, oui ou non, le testé a le profil d’un entrepreneur, elle a obtenu la confirmation qu’elle cherchait.

Diplômée de l’INSEEC en 2012, spécialité finance et contrôle de gestion, Bertille s’est rendu hier matin sur le salon « Faites de la création et de la reprise d’entreprise », organisé depuis 11 ans par la Chambre de Commerce et d’Industrie (CCI) de Bordeaux.
 Après une première expérience professionnelle comme contrôleur de gestion, la jeune femme de 25 ans, libre de tout engagement depuis le début du mois, brûle d’entreprendre.



« En France, ce n’est pas évident »


Avec l’une de ses amies, diplômée elle en marketing et communication, elle ambitionne de créer une agence de consulting dont la spécialité serait… le soutien à la création d’entreprise ! « En fait, je suis ma première cliente », sourit-elle. « Les gens ont des idées pour entreprendre, affirme-t-elle. Mais il y a beaucoup d’échecs, environ 70%, en raison très souvent d’une mauvaise politique commerciale. En France, ce n’est pas toujours évident de se lancer alors qu’en Angleterre par exemple, c’est beaucoup plus facile. Cela a un côté dissuasif et je trouve ça dommage. Si j’ai décidé de me lancer, c’est que j’ai envie de lutter contre cette idée qu’en période de crise on ne peut plus rien faire. Il y a beaucoup de gens qui croient en l’économie et j’ai envie d’aider.»
…

Lire la suite sur Bordeaux7.com

L’innovation du crowd delivery : la Tupina en pointe

Le restaurateur bordelais Jean-Pierre Xiradakis veut se faire livrer par des particuliers.

Selon l’Insee, l’agglomération bordelaise attire chaque jour 80.000 personnes extérieures venant y travailler. La moitié habite en zone rurale. Jean-Pierre Xiradakis, emblématique restaurateur bordelais, y voit autant de transporteurs potentiels.

Adepte du locavorisme (mouvement qui prône la consommation de produits fabriqués localement), le patron de la célèbre Tupina, et d’un autre restaurant, Kuzina, va donc mettre en place dans les prochains jours un système de livraison, via des particuliers, entre l’un de ses maraîchers, La ferme des deux rivières à Castillon de Castets, et Kuzina. «Les petits producteurs de la région n’ont pas le temps ni les moyens de me livrer plusieurs fois par semaine, observe-t-il, alors que pendant ce temps des milliers de personnes font le voyage à vide quotidiennement. Il y avait quelque chose à faire, sur le mode du covoiturage.»

Lire la suite sur 20minutes.fr

Easyjet ouvre de nouvelles liaisons à Bordeaux

La compagnie aérienne low cost easyJet a annoncé une flopée de nouvelles liaisons pour le printemps prochain, dont un Londres Gatwick – Paris – CDG et quatre routes vers Bordeaux.

[…]

La low cost a également annoncé quatre nouveautés à l’aéroport de Bordeaux – Mérignac. Depuis Bruxelles du 30 mars au 14 septembre, avec quatre vols par semaine sans concurrence directe (Ryanair propose Bordeaux – Charleroi): départs lundi, mercredi et vendredi à 16h35 (arrivée 18h15) et retours de l’aéroport Mérignac à 18h45 (arrivée 20h25), plus une rotation le dimanche (départ de Belgique 17h30, retour 19h40). Marrakech sera desservie trois fois par semaine du 1er avril au 13 septembre, avec des départs mardi et jeudi à 17h50 (arrivée 18h35) et samedi à 16h30 (arrivée 17h15), et des retours du Maroc respectivement à 17h05 (arrivée 19h55) et 9h50 (arrivée 13h40), face à Royal Air Maroc et Jetairfly…

Lire la suite sur air-journal.fr

Un nouveau moteur de croissance dans l’enseignement supérieur : avec Kedge, BEM s’engage à l’international

La nouvelle école de commerce, fusion de BEM et d’Euromed, ouvre le 6 janvier à Talence.

Le nouveau bâtiment érigé à Talence est à la mesure des ambitions de Kedge, l’école de commerce qui regroupe Bordeaux école de management (BEM) et Euromed, l’école marseillaise. Inspiré de l’architecture de la haute école de commerce (HEC) de Montréal, l’école va s’étendre sur 24.000 m2.

La chambre de commerce et d’industrie de Bordeaux finance la construction de ce bâtiment, soit 40 millions d’euros. L’école accueillera 5.000 étudiants à partir du 6 janvier 2014, qui sera aussi le siège national de Kedge. Avec le campus marseillais, l’école comptera plus de 10.000 étudiants en septembre 2014.

Un stade installé sur le toît

Quelque 180 personnes travaillent sur le chantier, qui a débuté en mai 2012. Pas moins de onze amphithéâtres, dont le plus grand peut accueillir 500 étudiants, et un stade sur le toit, comme cela se fait aux Etats-Unis, concourent à faire de l’école une vitrine internationale. «Le city stade et le gymnase sur le toit c’est une bonne idée car cela libère du foncier au sol. En terme de conception, il a fallu construire une barrière acoustique avec un sandwich de matériaux, afin de contenir les impacts provoqués par les ballons et la cavalcade des joueurs sur le terrain», précise Mathieu Le Hir, directeur des travaux pour SEG Fayat…

Lire la suite sur 20minutes.fr

Mobiles Republic à l’assaut de la Californie, séduit les investisseurs

En ces temps de crise économique, où les PME-PMI peinent à emprunter auprès des banques, « Mobiles Republic », une start-up bordelaise vient de lever 6 millions d’euros, grâce à un tour de table financier, initié par Intel Capita.

Une belle opération, qui en dit long sur les perspectives de croissance de cette société qui n’a « que » cinq ans d’existence. Pourtant, « Mobiles Republic » s’est spécialisé dans un secteur en difficulté : les news… 15 millions d’utilisateurs dans le monde sont déjà séduits par ses applications. Retour sur les raisons d’un succès.

De plus en plus de médias « traditionnels » commencent à penser des offres numériques, où l’utilisateur pourra personnaliser son quotidien, en ne recevant sur sa tablette ou son smartphone que les actualités correspondant à ses centres d’intérêt. « Mobiles Republic », start-up bordelaise le fait depuis 2010, mais à l’échelle mondiale. Son application « News Republic » agglomère 800 sources sélectionnées parmi les principales agences de presse, des sites web nationaux et internationaux et des blogs spécialisés. « Nous avons pour clients, le Washington Post, le Guardian, Reuters, BFM, Metro… », détaille Gilles Raymond, fondateur et dirigeant de « Mobiles Republic »…

Lire la suite de l’article de Nicolas César sur aqui.fr

Mouvement stratégique dans l’enseignement supérieur privé : rachat annoncé de l’INSEEC

Les fonds gérés par Apax Partners France ont signé un accord définitif en vue d’acquérir le groupe INSEEC, l’un des principaux acteurs de l’enseignement supérieur privé en France.

Le closing de la transaction, qui reste soumis à l’obtention de l’accord des autorités de la concurrence, devrait intervenir avant la fin de l’année pour un montant de €200 millions. Avec près de 15 000 étudiants et 40 000 anciens élèves, le Groupe INSEEC confirme, année après année, sa place parmi les premiers groupes d’enseignement supérieur privé français. Le groupe rassemble 11 écoles réparties en France (Paris, Bordeaux, Lyon et Chambéry) et à l’international (Monaco, Londres, Chicago). Fort d’un réseau de 200 universités partenaires, membre de la Conférence des Grandes Écoles et du Chapitre des Écoles de Management, le Groupe INSEEC offre à ses étudiants de nombreuses possibilités de double-diplômes ou d’échanges académiques internationaux. Les études réalisées chaque année mettent systématiquement en évidence le bon positionnement du groupe INSEEC en matière d’insertion professionnelle de ses diplômés. Le groupe INSEEC était préalablement contrôlé par Career Education Corporation, société américaine spécialisée dans l’enseignement supérieur…

Lire la suite sur newsrepublic.com

Bassins à Flots : les Chartrons se prolongent dans un quartier de vie, de travail et de loisir créatif

Des trois quartiers bordelais appelés à évoluer de façon assez spectaculaire dans les prochaines années (avec Euratlantique et Bastide Niel), la zone des bassins à flot est celle où les avancées sont les plus significatives.

Autour du plan d’eau, les grues font désormais partie du paysage. Les chantiers se multiplient et petit à petit, la physionomie de cette porte d’entrée nord de la ville va évoluer pour devenir un secteur où se mêleront logements, bureaux, commerces, activités maritimes et même touristiques.

10 000 nouveaux habitants en 2030

La CUB, la Ville et le Port de Bordeaux ont chargé l’agence de l’urbaniste Nicolas Michelin du pilotage du projet de développement dans le cadre d’une procédure innovante, dite « d’urbanisme négocié.» Un « plan guide » a été élaboré par l’architecte. Il permet, sur les 160 hectares concernés, de donner une cohérence architecturale et urbanistique aux projets menés de façon indépendante sur les différentes parcelles.
..

Lire la suite sur Bordeaux7.com

ConcoursMania : mieux comprendre l’utilisateur pour créer de la valeur

PDG de Concoursmania, qui édite des jeux marketing en ligne, pour son propre compte ou des sites commerciaux, Julien Parrou revient sur les clés du succès de son entreprise bordelaise…

Spécialiste du jeu marketing en ligne, la société bordelaise Concoursmania vient de présenter ses résultats du premier semestre 2013. Les comptes arrêtés au 30 juin font ressortir une progression de 20,1% du chiffre d’affaires du groupe, qui s’établit à 7,83 millions d’euros. Le résultat d’exploitation atteint 1,34 millions d’euros (soit une marge de 17,2%). Julien Parrou, président de Concoursmania qu’il a créé en 1995, répond aux questions de 20Minutes.

Comment expliquer vos bons résultats, dans un contexte de marché de la publicité on-line tendu?

Nous ne sommes pas uniquement dépendants du marché publicitaire, car notre secteur d’activité est associé au monde du marketing et du jeu, c’est cela qui nous permet de conquérir de nouveaux marchés. L’autre secteur qui fonctionne très bien actuellement, c’est tout ce qui touche à la publicité vidéo, ce que nous proposons aussi…

Lire la suite de l’interview de Julien Parrou sur 20minutes.fr

Asobo confirme sa vocation bordelaise : producteur de succès mondiaux

En 10 ans, Asobo Studio est devenu le premier développeur indépendant de jeux vidéo sur consoles en France. Découvrez les coulisses d’une société bordelaise internationalement reconnue dont les talents ont su produire Ratatouille, Fuel, Toy Story 3 et Kinect Héros.

Bordeaux : le disquaire Harmonia Mundi devient La Machine à Musique

Ouvrir un commerce spécialisé dans la vente de CD, alors que l’industrie du disque bat de l’aile, le pari est pour le moins osé. C’est pourtant ce que vient de faire Hélène des Ligneris, la patronne de la librairie la Machine à lire.

Depuis le 20 septembre dernier, la Machine à Musique, petite soeur assumée de la librairie de la place du Parlement, accueille les passionnés de musique qui apprécient de tenir entre leurs mains un boîtier, un livret et un disque. Des spécimens de plus en plus rares…

L’émergence du téléchargement en ligne, une tendance qui dure depuis le milieu des années 2000 et ne semble pas prête de s’arrêter, a engendré des conséquences terribles pour les distributeurs, comme l’a illustré récemment la fermeture des magasins Virgin Megastore. Le magasin bordelais d’Harmonia Mundi, une entreprise indépendante française de production de disques qui possédait, il y a quelques années, 44 enseignes dans le pays, en a également fait les frais…

Lire la suite sur Bordeaux7.com

Nouvelle perspective d’un financement de l’économie à Bordeaux

Toutes les banques s’activent sur le marché de la gestion privée, avec des organisations toutefois différentes.

[…] Le vin n’est pas le seul attrait de la région, et les banques l’ont bien compris. Ainsi, BNP Paribas vient de dupliquer dans la région son entité dédiée aux « entreprises innovantes », déjà testée à Grenoble et Toulouse. « Cela suppose des compétences particulières car ces entreprises fonctionnent différemment avec un fort contenu en R&D et se tournent très vite vers l’international », précise Vincent Thiery, le directeur régional de BNP Paribas.

D’une façon générale, à Bordeaux comme ailleurs, les banquiers suivent les entrepreneurs pour le jour où il vendra ou transmettra sa PME. « Nous accompagnons les dirigeants d’entreprise pendant de nombreuses années avant la cession de leur entreprise, alors qu’ils disposent durant cette période de peu de liquidités dans notre banque, cela rend nos conseils plus pertinents et nous confère une plus grande légitimité pour gérer ces clients après la cession », assure Jean-Charles Roumat…

Lire la suite de l’article de Franck Niedecorn sur lesechos.fr

Un peu plus d’Europe à Bordeaux avec Volotea

La compagnie aérienne low cost Volotea lancera l’été prochain neuf nouvelles liaisons, dont celles reliant Naples à Bordeaux et Nantes et un Palerme – Strasbourg.

Du 30 mai au 5 septembre 2014, la spécialiste espagnole du vol pas cher opèrera deux vols par semaine entre Naples et sa base de Bordeaux, à bord des habituels Boeing 717 de 125 places. Les vols quitteront l’aéroport Mérignac mardi après-midi et vendredi en début de matinée, avec des retours d’Italie respectivement en fin de soirée et milieu de journée. Pas de concurrence sur cette route pour Volotea, qui porte à 18 le nombre de destinations proposées à Bordeaux : Ajaccio, Bastia, Calvi, Figari, Grenoble, Ibiza, Lille, Malaga, Munich, Naples donc, Olbia, Palerme, Palma de Majorque, Strasbourg, Ténériffe Sud, Valence et Venise…

Lire la suite de l’article sur air-journal.fr

Un nouveau ponton privé mais ouvert à tous

Qu’il pleuve ou qu’il vente, les trois amis ne ménagent pas leurs efforts. En ce mardi après-midi, sous une désagréable petite bruine, Denis Gesta, Franck Jouanny et Richard Muairon mettent la main à la pâte afin d’assembler le plancher du nouveau ponton Montesquieu.

Situé en aval du restaurant l’Estacade, sur la rive droite de la Garonne, face à la place des Quinconces, ce ponton, qui devrait être achevé dans les prochaines semaines, est leur bébé. Intégralement financé par les trois hommes, pour un montant de 580 000 € HT, il accueille déjà le bateau du premier, le « Royal », et celui du deuxième, le « Marco Polo.» Au printemps prochain, « l’Aliénor-Cripure », propriété du troisième, viendra compléter le tableau…

Lire la suite sur Bordeaux7.com

Fayat, 1er des indépendants des travaux public et du bâtiment

En embuscade derrière les trois majors du secteur, le groupe familial Fayat est de très loin le premier des indépendants des travaux publics et du bâtiment.

C’est en toute discrétion, au cœur de l’été, que le patriarche Clément Fayat a cédé la direction de l’entreprise à ses deux fils Jean-Claude et Laurent. Le premier devenant président, le second directeur général. Une transition en douceur pour un groupe de BTP, fondé en 1956 et qui n’a jamais quitté sa trajectoire ascendante. Cinquante ans après sa création à Libourne, l’entreprise qui n’a quasiment jamais connu d’exercice déficitaire et emploie aujourd’hui plus de 18.000 personnes dans le monde, devrait afficher un chiffre d’affaires de 3,5 milliards d’euros cette année. Ce qui en fait de loin la première entreprise indépendante du BTP et numéro quatre du secteur après les trois majors. La stratégie de Clément Fayat a pourtant été simple : une croissance externe entretenue par quelque 120 acquisitions au fil de son histoire, une grande autonomie laissée aux filiales et un réinvestissement systématique des bénéfices…

Lire la suite de l’article de Franck Niedercorn sur lesechos.fr

Bordeaux : 22 escales de navires de croisière en 2014

A l’échelle de la Gironde, il y aura 42 escales l’an prochain.

Une bonne nouvelle et une moins bonne. La bonne, elle est pour les automobilistes bordelais et girondins de façon plus générale. A partir de demain samedi 18 octobre et jusqu’au 7 mai prochain, le pont Jacques Chaban Delmas ne sera pas levé (donc fermé au trafic routier) pour laisser passer les bateaux de croisière. La moins bonne nouvelle, elle est donc pour les passionnés de bateaux.

Ce samedi, « L’Europa » sera le dernier grand navire à franchir cette année le pont levant et se coller aux quais du port de la Lune, à hauteur de la place des Quinconces. Il arrivera samedi matin de bonne heure et repartira en fin de journée.

La saison des croisières se termine et l’on pense déjà à la prochaine. Plus de 42 escales sont d’ores et déjà programmées pour l’année 2014 en Gironde: 22 à Bordeaux Port de la Lune, 3 à Bassens, 1 à Pauillac et 16 au Verdon. Le grand port maritime de Bordeaux (GPMB) conforte ainsi sa position. Pour les croisières, c’est aujourd’hui le deuxième port de l’Atlantique après le port du Havre…

Lire la suite de l’article de Jean-Paul Vigneaud sur sudouest.fr

Repérez les bonnes affaires avec Enviedebaisse.com

Qui ne s’est jamais senti déçu à l’idée d’avoir un jour acheté une paire de chaussures ou un un sac à main et de s’être aperçu un peu plus tard qu’on aurait pu se payer ces produits moins cher ? Pour toutes les «shoppeuses» qui ne souhaitent plus acheter au prix fort sur internet, le site Enviedebaisse.com, peut séduire.

Créée par trois anciens habitants de Pau (aujourd’hui bordelais) et ayant tous acquis une expérience dans la mode et l’e-commerce, cette jeune start-up permet à l’internaute d’être alerté dés que le prix d’un article préalablement sélectionné enregistre une baisse. « Après s’être gratuitement inscrit sur notre site, on peut ajouter à sa liste d’envie tous les articles qui nous plaisent lorsqu’on navigue sur n’importe quel site d’e-commerce, via un marque-page sur lequel on peut cliquer. », avance Frédéric Roumat, co-fondateur du site. En effet, en glissant le bouton « je veux » dans la barre de son navigateur, l’acheteuse peut parcourir ses sites d’achats préférés et cliquer sur « je veux » pour chaque produit désiré. « Nous nous chargeons ensuite de traquer l’’article sélectionné et d’alerter par mail l’internaute si son prix baisse. »
 …

Lire la suite de l’article sur Bordeaux7.com

Bordeaux, capitale mondiale des hydroliennes fluviales en 2014

La capitale aquitaine va accueillir dès l’été prochain un projet unique au monde : un test grandeur nature des prototypes d’hydroliennes développés par les industriels. L’enjeu est de taille : en France, 40000 emplois pourraient être créés à l’horizon 2020 grâce à la filière des énergies marines renouvelables.

Et si l’on produisait de l’électricité avec le courant des fleuves ? À partir de l’été 2014, des industriels vont se presser dans la capitale girondine pour mettre au banc d’essai leurs hydroliennes fluviales ou maritimes. Bordeaux a été choisi comme site expérimental estuarien national pour l’essai et l’optimisation d’hydroliennes (projet Seeneoh).

« Grâce au pont de pierre et à ses 15 arches marines, il y a de fortes accélérations de courant. La vitesse peut atteindre jusqu’à 7 noeuds », justifie Marc Lafosse, 32 ans, président d’Énergie de la Lune, cabinet d’ingénierie en énergies marines à Bordeaux, qui va gérer le site. C’est le seul projet de cette ampleur dans le monde. Et c’est donc un tout nouveau marché à fort potentiel qui s’ouvre. « À ce jour, il existe 146 technologies différentes d’hydroliennes dans le monde. Nous avons déjà reçu 17 demandes ! » indique l’océanographe…

Lire la suite de l’article de Nicolas César dans latribune.fr

Santemoinscher.com : une parapharmacie en ligne au succès grandissant

Pour tromper l’ennui, il faut parfois agir. C’est ce que vous dira certainement Emmanuel Bonnin, ancien pharmarcien qui a décidé de se lancer en 2009 dans une parapharmacie en ligne au succès grandissant.

Ce Bordelais a décidé de se lancer dans l’e-commerce parapharmaceutique avec Pauline Bouteaudou, préparatrice en pharmacie, pour changer son train de vie : « Je tenais une pharmacie à Mérignac mais cela devenait un peu monotone et surtout, il n’y avait pas d’avenir dans ce domaine », explique ce dernier, qui s’est alors appuyé sur ses compétences en informatique pour développer un site de vente de produits parapharmaceutiques, en parallèle de sa pharmacie.

« En février 2009, on a commencé à faire des commandes, je faisais moi même les emballages des colis et écrivais les adresses à la main. Cela tournait pas mal, si bien qu’en juin 2010, il a fallu disposer d’un entrepôt et monter une société en parallèle de la pharmacie. On s’est alors installé à Saint Jean d’Illac dans un entrepôt de 135 m2 avec Pauline, avec qui on s’est associés. Au bout de six mois, on a embauché deux personnes, puis on a déménagé à nouveau en février dans un entrepôt plus grand de 240m2 »

Lire la suite de l’article sur Bordeaux7.com

Bordeaux : un fonds d’investissements mutualiste entre au capital de Regaz

Un fonds d’investissement mutualiste va devenir actionnaire de la société contrôlant le réseau de gaz.

Sauf imprévu de dernière minute, un fonds d’investissement devrait faire son entrée au capital de Regaz, société qui possède et exploite le réseau de transport de gaz de Bordeaux, et de 45 autres communes. Infravia European Fund devrait en effet acquérir le petit quart du capital (24 %) détenu depuis plusieurs années par la société Dalkia, filiale de Veolia et d’EDF. Dalkia endettée, et qui souhaitait se défaire de cet actif, a trouvé preneur à un bon prix. La firme empochera 46,5 millions, ce qui valorise l’ensemble de Regaz à peu près de 200 millions.

Regaz, qui a pour actionnaire majoritaire (51 %) la mairie de Bordeaux, est issu d’une scission de la société d’économie mixte Gaz de Bordeaux. Du fait des exigences européennes, les activités de réseau et de commercialisation ont en effet dû être séparées. Gaz de Bordeaux, qui a gardé l’ancienne dénomination, continue à vendre du gaz aux particuliers et aux entreprises. Regaz contrôle les quelque 3 500 kilomètres, tant de Gaz de Bordeaux, qui est restée sa filiale que des autres groupes utilisant ses tuyaux. Les péages perçus auprès de ces divers clients lui permettent d’afficher une bonne rentabilité, avec des bénéfices annuels supérieurs à 7 millions…

Lire la suite de l’article de Bernard Broustet sur sudouest.fr

Bordeaux : l’Université des entreprises, c’est aujourd’hui

L’Université des entreprises organisée par le Medef Gironde est placée, cette année, sous le signe de l’optimisme, avec comme thème : « Changer de regard, pour une stratégie du succès».

De nombreux intervenants prestigieux sont attendus. Pierre Gattaz, président du Medef, prendra la parole lors de la soirée des entrepreneurs. Au programme de la journée: un grand débat d’ouverture, six séminaires (Chocs, crise… Comment rebondir ; Changer l’entrepreneur pour changer l’entreprise ; Quelles organisations pour réussir…), un carré business, la soirée des entrepreneurs, les résultats du palmarès Coup de pouce… Et une plénière de clôture qui réunira Marc Halevy, physicien et philosophe, Philippe Peyrard, Dg délégué d’Atol les opticiens, Yannick Roudaut, entrepreneur et conférencier; et Philippe Baumard, professeur des universités…

Lire la suite de l’article sur lejournaldesentreprises.com