Bordeaux : Joël Robuchon explique son projet de restaurant gastronomique

joel-robuchon-a-hong-kong-on-connait-peut-etre-mieux_1266058_460x306

Le chef multi-étoilé Joël Robuchon fera le maximum pour viser les trois étoiles dans son nouveau restaurant gastronomique qui ouvrira en 2014 à Bordeaux.

Joël Robuchon, qui cumule déjà 26 étoiles dans le monde sur vingt restaurants, dont 4 trois étoiles à Tokyo, Hong Kong, Macao et Las Vegas, s’associe dans cette affaire au propriétaire bordelais et homme d’affaires Bernard Magrez. Celui-ci a fait l’acquisition l’année dernière d’un hôtel particulier avec parc, situé en plein Bordeaux, près de la rue de Tivoli, en face d’un autre château que le célèbre propriétaire de vignobles, également mécène, a transformé en 2011 en un institut culturel. « J’ai d’excellentes relations avec Bernard Magrez, un homme exceptionnel et un des meilleurs ambassadeurs pour la France », a estimé le chef.

Vers un complexe de luxe avec six suites et deux restaurants ?

Bernard Magrez a indiqué avoir l’intention de transformer l’hôtel particulier en hôtel de luxe avec six suites, qui pourrait s’appeler « la Grande Maison ». Joël Robuchon a trouvé « séduisant » le projet d’y adjoindre un restaurant d’exception, d’une cinquantaine de couverts. « L’endroit est magnifique » et « Bordeaux est une région riche en produits exceptionnels », s’enthousiasme-t-il. Un autre restaurant, plus simple, pourrait également être créé sur le site…

Lire la suite sur sudouest.fr

Crédit Photo : Philippe Taris

Emploi : le secteur de l’IAE, des entrepreneurs contre l’exclusion

Au coeur d’une période de crise, l’IAE montre qu’il est possible de créer des emplois locaux pour des personnes en situation d’exclusion.

Plus de 180 acteurs sont présents en Aquitaine pour vivre au quotidien une aventure humaine et économique. L’IAE : kesako ? Apparu à la fin des années 70, le secteur de l’IAE (Insertion par l’Activité Economique) part du postulat que le travail, droit fondamental, est le premier moyen d’insertion sociale et professionnelle et la mise en situation de travail, l’outil le plus adapté pour y parvenir.

En ce sens, et depuis plus de 40 ans, des initiatives se sont multipliées avec le développement d’entreprenariat différents revêtant la forme d’Entreprises d’Insertion, d’Associations Intermédiaires, d’Ateliers Chantiers d’Insertion, de Régies de Quartier, et d’Entreprises de Travail Temporaire d’Insertion. Aujourd’hui, 182 Structures d’Insertion par l’Activité Economique (annuaire en ligne avec leurs coordonnées) sont ancrées sur les territoires d’Aquitaine. Créatrices d’emplois de proximité avec 12 900 salariés, elles se caractérisent par une finalité sociale alliée à un projet économique.

Leur objectif premier est d’embaucher des personnes exclues du marché du travail (demandeurs d’emploi de longue durée, allocataires des minimas sociaux, jeunes sans qualification…) et, pour une période déterminée (durée maximale de deux ans), de les accompagner dans la construction de leur parcours.

L’IAE permet à des personnes de reprendre une dynamique de de travail, et de bénéficier d’un accompagnement social adapté pour la résolution de problématiques (logement, endettement, santé …). Les structures développent par ailleurs des pratiques spécifiques d’accueil, d’intégration, de formation à un métier et d’acquisition de compétences professionnelles. L’IAE est un SAS, une étape dont l’issue est de faciliter l’accès à un emploi dans des entreprises « ordinaires » ou une formation : 64% des personnes ont une sortie « positive » en fin de contrat IAE…

Lire la suite sur aquitaineonline.com

Meteodyn au salon Metro Num à Bordeaux les 19 et 20 septembre

Le salon Metro Num qui se tiendra au H14 à Bordeaux les 19 et 20 septembre a pour but d’exposer les services et applications numériques existantes et en devenir pour les villes et territoires urbains.

Meteodyn a développé avec les sociétés Siradel, MGDis et le Cerma, l’outil Envie. Il permet de créer des maquettes 3D de villes regroupant des informations complémentaires pour la prise de décision des acteurs publics. Les informations sont notamment les déperditions thermiques, des éco-indicateurs quantitatifs (apports solaires, ressource éolienne) et qualitatifs (confort climatique des piétons), éco-indicateurs fournis par meteodyn, des informations économiques et sociales (issues de l’INSEE, du cadastre, SIRENE), les éclairages et les ambiances urbaines.

Cette offre est l’aboutissement d’un programme de recherche entre les sociétés citées ci-dessus, entreprises aux compétences diverses et complémentaires. ce programme a donné naissance à un outil qui regroupe et recoupe des informations d’aide à la décision sous forme de maquette 3D, clairement lisible…

Lire la suite sur lesnewsdunet.com

Paiement sans contact : Bordeaux en avance sur les usages de demain

La ville de Bordeaux a déployé depuis 2010 une carte NFC de vie quotidienne sur son territoire en cours de dématérialisation sur téléphone mobile NFC.

Le paiement sans contact est un sujet d’actualité, notamment en matière de distribution automatique, et présente de nombreux avantages. Pourtant, une étude récente de l’institut Xerfi souligne que la RFID demeure une technologie de niche réservée aux grands groupes en France.

En effet, cartes de transport, badges de sécurité ou smartphones NFC… les puces RFID font déjà partie de notre quotidien. Il faut dire que les avantages de ces technologies sans contact par radiofréquences (la RFID et son dérivé le NFC) sont nombreux : gain de temps pour le paiement de petite somme, comme celle de son déjeuner en restauration rapide, économies pour les entreprises… Pourtant, le marché ne décolle toujours pas. Seules 2% des entreprises françaises utilisent la RFID, indique l’étude Xerfi. En clair, son adoption massive peine à se généraliser. Le chiffre d’affaires des spécialistes français devrait ainsi progresser de 4% en 2013 et de 5% en 2014 avant de rebondir plus franchement à l’horizon 2015, selon les prévisions des experts de Xerfi.

D’après ceux-ci, le déploiement de la RFID dans les entreprises continuera à croître d’ici 2015. Les fabricants et les intégrateurs trouveront de nouveaux relais de croissance notamment dans le secteur de la distribution (utilisation de la technologie à des fins combinées d’optimisation des stocks, de solutions antivol et d’encaissement). La traçabilité animale est également une application prometteuse. En France, l’identification électronique deviendra par exemple obligatoire sur l’ensemble des cheptels ovins et caprins à partir du 1er juillet 2013…

Lire la suite sur zepros.fr

Bordeaux Bastide : du foncier à prendre sur la partie sud de l’ancienne caserne Niel

caserne niel 2

Avis aux intéressés : un appel à projets a été lancé pour la transformation des Magasins Généraux Sud, implantés sur l’ancienne Caserne Niel, à Bordeaux Bastide.

Il s’agit des bâtiments situés juste en face de la partie rénovée par Darwin, de l’autre côté de l’allée centrale de la caserne. La Communauté urbaine de Bordeaux a en effet décidé, avec la Ville de Bordeaux, de trouver un opérateur pour cette zone en vue de  reconquérir l’urbanisme de la ZAC Bastide Niel. Celle-ci prévoit l’implantation « d’activités culturelles (800 à 1000 m2 réservés), mais aussi des logements, bureaux, activités de services (commerces, etc.) », explique Jean-Yves Meunier, directeur du pôle Dynamiques urbaines de la CUB. A terme, le projet pourrait offrir entre 12 000 et 18 000 m2 de surfaces de plancher…

Lire la suite sur bordeaux7.com

Emploi : Le CIJA nouvelle formule ouvre ses portes

1095991_1769066_460x306

Après deux mois de travaux, le Centre d’information jeunesse (CIJA) a ouvert hier dans un local rénové et dans un contexte de baisse de la fréquentation.

C’est le temple des 15-30 ans en quête de jobs d’été, de bons plans, d’orientation, de réductions ou d’espaces Internet. Fermé deux mois durant pour travaux, transféré dans ses anciens locaux du 5, rue Duffour-Dubergier, le Centre d’information jeunesse d’Aquitaine (CIJA) a réintégré hier son local du 125, cours Alsace-Lorraine entièrement rénové. « C’est plus spacieux, mieux agencé avec des espaces identifiés », apprécie une des 16 salariés. « La dernière rénovation datait d’il y a quinze ans. Dans un endroit où passe beaucoup de monde, il y avait nécessité de rénover », défend Pascal Jarty, son directeur.

Dans sa version new-look, le Cija innove. Un accueil repensé « permettant une approche individuelle ». Quatre ordinateurs sont en libre-service. « C’est un service qui existait déjà mais qui était moins visible. Là, on a disposé les ordinateurs à l’entrée. On va mettre en place un fléchage pour orienter les utilisateurs. » Et un écran à l’entrée diffuse des offres d’emploi…

Lire la suite sur sudouest.fr

Les imaginaires du savoir 2013 : le FabLab, incubateur des pratiques de médiation de demain

proxy.storify.com_-300x225

Cette nouvelle édition des « imaginaires du savoir » conforte l’importance et l’émergence des nouvelles méthodologies de médiation. Cap Sciences et ses partenaires, dont la Ville de Bordeaux, soutien de l’événement, ont voulu en souligner l’importance croissante. Muséographies numériques, interfaces homme-machine, technologie sans contact mais aussi réflexion sur la salle de classe de ce début de 21ème siècle sont aujourd’hui au programme de ces imaginaires dont la vocation est bien concrète.

Programme et inscription

Ouverture de la Maison du projet Bordeaux-Euratlantique

Projet d’avenir pour l’émergence d’une nouvelle centralité et porteur d’une ambition nouvelle pour la métropole bordelaise, l’Opération d’Intérêt National Bordeaux-Euratlantique se veut ouverte et partagée avec les habitants de la métropole.

Tout à la fois centre d’affaire, modèle de développement durable, mais aussi lieu de développement de l’habitat tout autant que d’activités créatives, le tout à deux pas de la gare et d’un réseau ferroviaire européen, le projet est immense, presque trop pour en avoir une vision claire… C’est bien dans un but de concertation et d’information des métropolitains sur l’avancée des projets urbains du secteur que s’ouvre en cette dernière semaine de juin, la Maison du projet de Bordeaux-Euratlantique. A cette occasion, son équipe vous invite à échanger et participer à toute une série de tables rondes auxquelles il est fortement conseillé de s’inscrire au préalable…

Lire le programme sur aqui.fr

Bordeaux Bastide : le projet Darwin critiqué, ses patrons répondent

1094530_1757603_460x306

Le projet Darwin, une ruche dédiée aux activités écocréatives, est en plein essor. Les critiques aussi se répandent. Philippe Barre et Jean-Marc Gancille répondent aux question du journal Sud-Ouest.

« Quand vous voulez. On n’a rien à cacher. » La réponse tombe illico après notre demande d’interview, la proposition étant de ne parler « que des sujets qui fâchent ». Ainsi sont les porteurs du projet Darwin,Philippe Barre et Jean-Marc Gancille : directs, intrépides, sûrs de leur fait (et doués pour la com). Les deux compères ont de quoi avoir une certaine assurance. Lancé en 2008, le projet Darwin, une sorte de biotope destiné aux entrepreneurs « verts et créatifs », émerge à une vitesse impressionnante sur les ruines de l’ancienne caserne Niel, quai des Queyries.

Cette ruche est bâtie sur quatre piliers : coopération et mutualisation (52 organisations, soit 200 salariés, voisinent sous les toits de Darwin), gouvernance collective (à travers une association de locataires, Les Darwiniens), transition écologique (climatisation naturelle, récupération des eaux pluviales, tri des déchets…), et innovation.

Ce projet rondement mené est souvent cité en exemple. Il est aussi la cible de critiques feutrées mais récurrentes. Philippe Barre, patron d’Évolution, la société mère de Darwin, et Jean-Marc Gancille, directeur du développement durable, ont répondu point par point à ces bémols…

Lire la suite de l’entretien sur sudouest.fr

JT Bordeaux Eco – La Plateforme de l’initiative : plus de 500 entreprises créées depuis 2008

La « Plateforme de l’initiative et de la création d’entreprise » est un dispositif mis en place par la Maison de l’emploi de Bordeaux pour aider les Bordelais à créer leur entreprise. 

L’objectif de la Plateforme de l’initiative est de faciliter l’accès des futurs entrepreneurs à l’information, à l’accompagnement et au financement par les acteurs locaux de la création d’entreprise. Notamment autour des matinées de la création au cours desquelles les porteurs de projet peuvent rencontrer les acteurs et les professionnels de l’accompagnement d’entreprises (experts comptables, banquiers, avocats…).

Vinexpo 2013 : Première cuvée pour le collectif Wine Startups

wine-startups

Treize startups bordelaises viennent de former un nouveau réseau afin de doper leur notoriété et de convaincre les acteurs traditionnels du vin de la valeur ajoutée que peuvent apporter leurs solutions innovantes.

Elles consomment le digital sans modération… Au total, 13 jeunes pousses bordelaises se sont regroupées afin d’attirer l’attention sur leur activité mariant l’art du vin aux nouvelles technologies. Parrainées par Viadeo, les startups ont profité du salon Vinexpo, grand messe du secteur, pour officialiser le lancement de leur collectif baptisé Wine Startups.

« Il ne s’agit ni d’une association ni d’un incubateur », précise David Ducourneau, fondateur de la start-up Kasual Business, éditrice de l’application Smart Bordeaux : le Shazam du vin. « L’objectif est simplement de mutualiser notre expérience afin de renforcer notre notoriété » ajoute-il. Via ce dispositif, les différents porteurs de projets espèrent ainsi accélérer leur développement par la conclusion de partenariats à l’échelle nationale mais aussi attirer le regard des investisseurs.

Les Wine Startups entendent également mener une mission d’évangélisation auprès des acteurs traditionnels du vin. « Chacun d’entre nous s’est retrouvé confronté à des difficultés similaires » explique Audrey Gribelin, fondatrice de la start-up SmartCave. « Nous avions du mal à construire une base de données autour du vin et à convaincre les acteurs traditionnels du secteur de la valeur ajoutée que peuvent apporter nos différentes solutions. » Autre enjeu de taille : séduire de nouveaux talents. « Bordeaux est déjà la capitale du vin, nous aimerions aussi qu’elle devienne celle du numérique » ajoute ambitieusement Audrey…

Lire la suite sur frenchweb.fr

Emploi : l’essor du numérique pourrait profiter aux jeunes bordelais

Créés pour aider les jeunes diplômés à trouver un emploi, les Kfés pros, sorte de simulation d’entretiens d’embauches organisés par la Maison de l’emploi de Bordeaux, ont accueilli ce 18 juin des jeunes autour d’un secteur qui n’a pas été choisi au hasard : le numérique. De nombreux emplois devraient en effet être créés d’ici 2015.

60% : c’est le pourcentage de chefs d’entreprise de PME régionales spécialisées dans le numérique qui éprouveraient des difficultés à recruter du personnel compétent, selon une enquête du Syrpin, le Syndicat régional des professionnels de l’informatique et du numérique. Malgré la crise, le secteur du numérique est en effet en plein essor : l’économie numérique devrait créer près de 450 000 emplois d’ici 2015 selon le Ministère de l’économie et des finances. Une aubaine pour les jeunes particulièrement touchés par le chômage (26,5% des moins de 25 ans en avril 2013).

A Bordeaux, ils étaient une petite douzaine à participer au Kfé pro dédié au numérique, qui s’est déroulé au Zac, un restaurant des Chartrons. Principalement spécialisés dans les domaines du développement et du web business, les participants ont d’abord rencontré cinq professionnels du numérique et du recrutement durant quinze minutes, tout à tour. Le but ? Obtenir des conseils mais aussi rencontrer des professionnels de leur secteur. Simon Gomez, 25 ans, est diplômé d’un master en marketing et communication obtenu à l’IAE de Toulouse. Pour lui, cette simulation d’entretiens est avant tout un moyen de se créer un réseau :  » Cela m’a permis d’avoir un premier contact avec des dirigeants d’agences de communication, à construire la première base du réseau «  confie-t-il. Selon l’enquête du Syrpin, les réseaux relationnels constituent en effet près de 60% du mode de recrutement privilégié dans les métiers du web.

Au-delà de l’aspect relationnel, les chefs d’entreprise qui ont accepté (bénévolement) de jouer le rôle de recruteur, en profitent pour délivrer un autre message :  » depuis que je suis chef d’entreprise, j’ai réfléchi aux erreurs que j’ai pu commettre quand je cherchais un emploi, glisse Sébastien Cornac, directeur de l’agence de communication Etincelles. Souvent, les jeunes parlent trop de leur formation et ne mettent pas assez en avant leur savoir faire, ce qui les différencie sur le marché du travail » ajoute-t-il…

Lire la suite sur aqui.fr

L’explosion du tourisme à Bordeaux : « c’est la décennie bordelaise »

Pour Didier Arino de Protourisme, le potentiel de progression de Bordeaux est considérable : 30 % au moins sur les six sept ans qui viennent. 

Protourisme, l’un des plus grands cabinets d’audit, de conseil et de marketing dans le domaine touristique est, peu de gens le savent, basé à Ambarès. Didier Arino, son directeur général, était l’invité hier de l’assemblée générale de l’office du tourisme de Bordeaux. Pour parler tourisme urbain et de l’avenir de Bordeaux en la matière.

« Sud Ouest » : Le tourisme urbain, une formule à la mode ou une réalité ?

Didier Arino : C’est un vrai phénomène. Depuis 30 ans, le tourisme urbain ne cesse de gagner des parts de marché sur le tourisme rural et le tourisme du bord de mer. Aujourd’hui, c’est 30 % des séjours et 40 % des retombées économiques. Et Bordeaux en bénéficie pleinement.

On dit même que Bordeaux est devenue une ville phare. Est-ce vrai ?

C’est effectivement la frénésie bordelaise, comme ça a été la frénésie lilloise, nantaise ou encore marseillaise à une époque. Les grandes villes qui ont su revoir leurs aménagements, se donner une nouvelle image, revoir leur politique de communication, créer de nouvelles animations et festivités ont vécu ce phénomène. L’an passé, Bordeaux a été la seule ville à progresser. Même Paris a stagné.

À Bordeaux, à quel moment, selon vous, s’est produit le déclic ?

Bordeaux est sortie de l’ombre lorsqu’elle a changé de visage avec ses quais réaménagés, son fleuve retrouvé. Pour moi, le déclic s’est produit en 1998, au moment de la coupe de monde de football. Avant, Bordeaux était une ville de passage où l’on ne connaissait d’elle que le pont d’Aquitaine et la rocade embouteillée. Aujourd’hui, elle est une ville que l’on veut absolument visiter, une ville plaisir, une ville désir.

Pensez-vous que cela va durer ?

C’est la décennie bordelaise ! Cela devrait durer au moins jusqu’en 2020. Le potentiel de progression est considérable. De 30 % au moins. Grâce aux effets de nouveaux leviers qui vont attirer un plus grand nombre de touristes français et étrangers…

Lire la suite sur sudouest.fr

Park & Trip, Prix de la meilleure création d’entreprise au Salon de l’entreprise d’Aquitaine

Park & Trip, qui propose un parking low-cost aux clients de l’aéroport, a reçu le Prix de la meilleure création d’entreprise au Salon de l’entreprise d’Aquitaine.

Deux mois après son ouverture, Park & Trip vient de se distinguer en remportant la Business Cup de la meilleure création d’entreprise de l’année, décernée à Bordeaux lors du Salon de l’entreprise d’Aquitaine. Créée par deux jeunes entrepreneurs de 26 ans, cette société propose un nouveau concept de location de places de stationnement économiques pour la clientèle de l’aéroport. Une activité directement concurrente des parkings de la plate-forme.

Cette récompense est d’autant plus savoureuse qu’elle est soutenue par des partenaires institutionnels, également actionnaires de la société Aéroport de Bordeaux-Mérignac, comme le Conseil régional d’Aquitaine, la CUB ou la Chambre de commerce et d’industrie. « Au-delà de la remise du chèque de 3 000 euros, on a ressenti un réel soutien. Ce prix nous a permis d’approfondir des contacts avec la CCI et la Chambre de métiers », précise le cofondateur Benoît Leblanc…

Lire la suite sur sudouest.fr

JT Bordeaux Eco Special Vinexpo : Inno’vin Bordeaux Aquitaine, le cluster de la filière vitivinicole

A l’occasion de Vinexpo 2013, coup de projecteur sur le cluster Inno’vin Bordeaux Aquitaine. Cette « grappe d’entreprises » (75 adhérents dont 55 entreprises) a pour rôle de fédérer les acteurs de la filière vitivinicole autour de projets innovants. Présentation du cluster par son directeur Gilles Brianceau.

Site d’Inno’vin

Salon du Bourget : L’aéronautique, c’est plus de 100 000 emplois dans le Sud-Ouest

Alors que s’ouvre le cinquantième salon du Bourget, l’aéronautique affiche aux États-Unis, en Europe et dans notre région, une santé éclatante.

Selon l’Insee, elle faisait déjà vivre l’équivalent de 98 000 salariés à temps plein dans le Sud-Ouest (Aquitaine, Midi-Pyrénées), dont plus d’un tiers dans les grandes entreprises (Airbus, Turbomeca, Dassault, Thales, etc.) et le reste chez les fournisseurs et les sous-traitants. L’Aquitaine ne pesait qu’un peu plus d’un quart de cet ensemble (26 000 emplois), ce qui n’est déjà pas si mal.

Les agglomérations de Bordeaux et de Toulouse concentrent une bonne part de l’énorme potentiel industriel du Grand Sud-Ouest, l’un des tout premiers territoires mondiaux dans ce secteur. Mais, à côté des deux métropoles, d’autres bassins d’emploi tirent leur épingle du jeu. Le Béarn, le Pays basque, le Marmandais, Rochefort abritent des entreprises de taille significative, qui ont su trouver leur place dans ce grand jeu mondial.

Pour la plupart, la période est faste. « Nous étions descendus de 300 à 200 salariés, et nous sommes presque remontés à 400 », indique Roland Potez, PDG de l’entreprise du même nom, à Aire-sur-l’Adour (40), qui réalise des tronçons et des pièces complexes d’avions (portes…), tout en s’étant dotée d’un bureau d’études. « Sur deux ans, la hausse de notre chiffre d’affaires a atteint 61 %, et je pense que ça va se poursuivre », confie-t-il encore…

Lire la suite sur sudouest.fr

Philippe Etchebest sera le président du salon Exp’Hôtel à Bordeaux

194557_etche

Congrès et expositions de Bordeaux (CEB) annonce que le chef étoilé Philippe Etchebest présidera Exp’Hôtel.

Ce salon lancé cette année à Bordeaux doit accueillir les professionnels des secteurs de l’hôtellerie, de la restauration et des métiers de bouche. 20.000 visiteurs et 250 exposants sont attendus dans le Parc des expositions de Bordeaux du 17 au 19 novembre. Diplômé du lycée hôtelier de Talence, Philippe Etchebest œuvre au sein du restaurant doublement étoilé L’Hostellerie de plaisance, à Saint-Emilion. Il est connu pour ses interventions sur M6 dans l’émission « Cauchemar en cuisine »…

Lire l’article sur lejournaldesentreprises.com

ANF Immobilier se renforce à Bordeaux dans le quartier des Bassins à Flot

ANF Immobilier a ainsi conclu deux opérations (16 000 m² de bureaux) dans un environnement très qualitatif et en plein développement, le quartier des Bassins à Flot à Bordeaux, situé sur la Garonne à proximité immédiate du futur Centre des Civilisations et du Vin et du nouveau Pont Chaban-Delmas.

La construction de l’immeuble La Fabrique (3 700 m²) débutera en juillet 2013 pour une livraison fin 2014. Le Nautilus sera occupé en totalité par le distributeur Cdiscount et la banque Casino qui viennent de s’engager sur le solde de la 2ème tranche.

Seul immeuble neuf de bureaux livré fin 2014 dans ce nouveau quartier des Bassins à Flot,la Fabrique, immeuble de bureaux conçu par l’architecte Christian de Portzamparc, comptera, sur 3733 m², six étages de bureaux et 59 parkings. ANF Immobilier vient d’en réaliser l’acquisition auprès de Bouygues Immobilier, promoteur de l’opération.

Le Nautilus, immeuble de bureaux situé Quai de Bacalan et acquis par ANF Immobilier en décembre 2011, sera intégralement pris à bail par Cdiscount, filiale du groupe Casino, qui en occupe déjà la première tranche sur 7 029 m² depuis 2012. Le premier distributeur en France de produits de loisirs et d’équipements, qui s’était engagé sur 60% de la deuxième tranche, vient de signer avec ANF Immobilier un bail pour l’intégralité de la deuxième tranche. Au total, Cdiscount occupera ainsi les 12 240 m² du Nautilus permettant d’accueillir les 1 100 employés de l’entreprise dans un immobilier qui jouit d’une vue sur la Garonne, au pied du nouveau pont Chaban-Delmas, sur les terrains gérés par le Grand Port Maritime de Bordeaux.

Bruno Keller, Président du Directoire d’ANF Immobilier, a déclaré : « Par ces opérations, ANF Immobilier marque activement sa conviction dans les atouts des Bassins à Flot, nouveau lieu de vie de la métropole bordelaise. Nous démontrons toute notre compétence de développeur et d’investisseur dont la stratégie consiste résolument à investir dans des secteurs identifiés pour leur potentiel dans des métropoles régionales dynamiques.»…

Lire la suite sur bfmtv.com

La startup bordelaise Marbotic s’expose à Futur en Seine 2013

1083438_1634391_460x306

Marbotic est un des six projets régionaux présents au festival Futur en Seine, avec Azendoo, Blookup, Château Academy, Immed et Wataycan.

Elle a tout juste 30 ans, et un projet qui pourrait bien révolutionner l’univers des jouets. La Bordelaise Marie Mérouze, diplômée de l’École centrale Paris, a créé il y a quelques mois Marbotic. Sa start-up propose « 10 chiffres », un jeu où des objets en bois et les écrans de tablettes numériques interagissent.

Avec cet outil, les enfants apprennent à compter de manière ludique en posant leurs doigts, ou les chiffres en 3D équipés de capteurs conducteurs fonctionnant avec l’électricité statique du corps, sur l’application du jeu, téléchargeable sur iPad et bientôt sur les tablettes munies du système Android. « Mon idée est de stimuler en même temps la tête et le corps de l’enfant. À moyen terme, j’espère décliner ce concept avec des lettres ou des animaux, et dans plusieurs langues », explique-t-elle. Depuis ce matin, Marie Mérouze présente son jeu à Futur en Seine, festival des innovations numériques, à Paris. « C’est une belle vitrine pour moi, pour voir comment vont réagir à la fois le grand public et les professionnels. » La jeune entrepreneuse est à la recherche d’un partenaire pour lancer une fabrication industrielle de son jeu, conçu de façon artisanale en Gironde…

Lire la suite sur sudouest.fr

Crédit Photo T. David

Bordeaux : des employés de Pôle emploi et d’Auchan Mériadeck échangent leur poste

PHO5cd12ec8-d35f-11e2-81d4-af64d1414064-805x453

Le but de l’opération « Vis ma vie » est de mieux orienter les chômeurs longue durée vers les postes proposés par Auchan.

Ils se sont levés aux aurores. A 6h30, des conseillers Pôle emploi sont arrivés à l’hypermarché Auchan de Bordeaux Mériadeck (Gironde), munis de badges floqués «Vis mas vie». L’objectif : se mettre dans la peau d’une hôtesse de caisse ou d’un employé de libre service. Pendant une demi-journée, le mois dernier, les agents volontaires ont abandonné leurs fiches métier pour se frotter au terrain, derrière la caisse ou dans les rayons.

L’objectif de cette initiative inédite est de permettre aux agents de Pôle emploi de mieux cerner les métiers du géant de la distribution, afin d’y placer plus efficacement ses chômeurs. L’hypermarché propose en effet chaque année une quarantaine de postes, mais 95% sont pourvus par candidatures spontanées. «Les conseillers Pôle emploi doivent mieux connaître nos métiers pour nous envoyer les bons candidats, constate Martin Avenard, responsable des ressources humaines de la grande surface. La finalité, c’est d’embaucher des gens en situation de chômage de longue durée»

Lire la suite sur lefigaro.fr